Enzo CRIVELLI

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Almaty-Bordeaux (2-1).

Le joueur AG du match :

Enzo CRIVELLI (non noté) C’est le héros du jour, et évidemment notre homme du match ! Entré en jeu à une vingtaine de minutes de la fin à la place de Diego Rolan, Enzo Crivelli a sauvé la maison bordelaise. D’une superbe « madjer », le nouveau numéro 27 a permis à Bordeaux de réduire le score (76′) et d’ainsi valider sa qualification. Magnifique d’envie et de détermination, un peu trop parfois (encore un avertissement évitable 85′), le jeune attaquant a réveillé l’équipe et inscrit son deuxième but en pro, et sans doute l’un des plus importants de la saison ! Décisif aussi dans la conservation du ballon en fin de match, il pourrait être le grand « gagnant » de la nouvelle blessure de Cheick Diabaté.

L’équipe :

Jérôme PRIOR (6/10) : Cédric Carrasso sera sans doute de retour dimanche, mais quoiqu’il en soit, notre gardien titulaire peut compter sur une doublure de choix ! Etincelant à Lille (9/10), Jérôme Prior a réalisé une solide prestation sur la pelouse d’Almaty. Battu d’entrée par Yambéré (1′), il ne peut pas grand chose non plus sur le but de Kuat (66′). A côté de cela il aura été parfait dans ses autres interventions (17′ 88′), n’hésitant pas non plus à venir soulager sa défense par des sorties aériennes maîtrisées. Pas toujours à l’aise aux pieds ces derniers temps, il a cette fois soigné ses relances.

Frédéric GUILBERT (6/10) : Comme toute la défense, Frédéric Guilbert a eu du mal à rentrer dans la partie. Rapidement pris à défaut (2′ 6′), le latéral droit des Girondins n’a pas lâché l’affaire et aura fini par reprendre le dessus sur ses vis à vis, bloquant son couloir avec autorité. Offensivement, notre néo pro aura été décisif puisque c’est lui qui offre le but de la qualification à Enzo Crivelli (76′). Une autre de ses montées aurait pu définitivement faire basculer le sort de cette rencontre (84′). Sans être toujours exceptionnel, il est pour l’instant très intéressant.

Cédric YAMBÉRÉ (1/10) : Catastrophique ou pathétique, au choix ! Nul contre Reims, Cédric Yambéré a ensuite enchaîné les rencontres moyennes jusqu’à ce match à Almaty. Dès la 40ème seconde il handicape toute son équipe en mettant le ballon au fond de ses propres filets, d’une manière assez incompréhensible. Fébrile par la suite, il aura été le souffre douleur des attaquants kazakhs, Isael en tête (16′). En dessous de tout, il prendra un jaune pour une main idiote (63′), n’arrivera pas à s’imposer sur le second but (66′) et sera pris dans son dos sur la dernière action signée Gohou (90′). Que sauver de sa prestation ? Pas grand chose… Plus le temps passe et moins il justifie son contrat pro, que ce soit par son attitude ou par ses capacités. Vite un renfort en défense !

Nicolas PALLOIS (7/10) : Pauvre Nicolas Pallois ! Notre numéro 5 a, ce soir, donné l’impression de former une charnière centrale avec lui même, tant il n’a pas été aidé par Yambéré. Malgré tout, la prestation infâme de son coéquipier lui a permis de briller et de montrer combien il est important au sein de notre défense. Dans les airs, au sol, en anticipation, il a fait parler tout son talent (8′ 41′ 51′ 70′). Révélation de la saison précédente, l’ancien Niortais est, heureusement, toujours présent cette année. Bordeaux peut lui dire merci !

Maxime POUNDJÉ (4/10) : Profitant de la blessure de Diego Contento, Maxime Poundjé enchaînait avec une deuxième titularisation consécutive à Almaty. A l’image de ses compères, il a connu une entame de match médiocre, même si ce ne fût pas le défenseur le plus en danger, même si Isael s’est parfois joué de lui. Offensivement son apport a été proche du néant, ses montées ont été infructueuses, ses centres n’ont pas apporté de danger (24′ 48′), hormis un pour Crivelli (72′). Comme depuis plusieurs matchs il a tenté sa chance, du droit… il faudra nous expliquer pourquoi vu la catastrophe que cela est à chaque fois !

Abdou TRAORÉ (2/10) : Son avertissement pour contestation (21′) nous a rappelé sa présence ! Fantomatique dans le coeur du jeu, le Malien a tout simplement été « bouffé » par ses adversaires ! Que ce soit techniquement, tactiquement ou physiquement il a été débordé ce soir. Beaucoup n’ont pas compris sa prolongation de contrat et quand on voit un tel match on se demande bien pourquoi Willy Sagnol l’a souhaitée. On ne peut plus décevant, il a cédé sa place à Nicolas Maurice-Belay (69′). Bien entré dans la partie, NMB est dans le coup du but de Crivelli. Ses accélérations ont apporté un plus à une équipe jusque là amorphe.

Henri SAIVET (5/10) : C’est une prestation moyenne que nous a offert le capitaine girondin ce soir. Pas le plus mauvais dans l’entre-jeu, il n’a pas non plus ébloui les observateurs. Etouffé en début de rencontre, il a peu à peu sorti la tête de l’eau et permis à Bordeaux de mieux maîtriser le ballon. Plusieurs combinaisons intéressantes avec Rolan et Khazri notamment, mais un impact limité par rapport à ses précédentes sorties.

André POKO (3/10) Il y a certains matchs ou le déchet technique d’André Poko nous paraît insupportable, cette rencontre à Almaty en fait partie ! Comme à son habitude, le Gabonais a montré beaucoup d’envie mais malheureusement pour lui, le football se joue aussi avec les pieds ! Notre numéro 17 a multiplié les pertes de balle, notamment en première période (15′) et a eu beaucoup de mal à récupérer le cuir. Offensivement dans son couloir droit, il n’a pas démérité, mais ses centres sont indignes du niveau européen. Une remarque qui vaut également pour ses frappes (37′ 58′)…

Wahbi KHAZRI (5/10) : Malgré un match moyen et un énième carton évitable (29′), Wahbi Khazri n’a pas démérité. C’est sa frappe, non cadrée, qui est la principale occasion girondine de la première période (42′). Volontaire mais pas toujours très bien inspiré, il a eu du mal à inquiéter Plotnikov, et à trouver ses coéquipiers sur ses transmission aux abords de la surface. Sans être mal tirés, ses coups de pieds arrêtés n’ont pas été déterminants ce soir. Fatigué et victime de crampes, il a cédé sa place à Milan Gajic (86′) pour les dernières minutes du match.

Diego ROLAN (2/10) : Préservé à Lille dimanche, Diego Rolan était présent sur le terrain d’Almaty pour ce match retour. Présent est peut-être un bien grand mot, tant l’Uruguayen a été décevant ce soir. Incapable de faire la moindre différence, notre attaquant n’a absolument pas pesé sur les débats. Son seul fait d’arme est sa remise astucieuse sur l’occasion de Khazri (42′). Pas au point ou la tête ailleurs ? L’avenir nous le dira, en attendant sur ce match sa valeur est de loin inférieure aux 15 millions demandés. Inexistant offensivement, Diego Rolan commet également la faute qui amène le second but kazakh (66′) avant de céder sa place à Enzo Crivelli (69′).

Isaac KIESE THELIN (4/10) : Buteur à Larnaca, Isaac Kiese Thelin n’a pas connu la même réussite ce soir. Il faut dire que le Suédois a eu très peu de munitions pour faire trembler les filets. Hormis quelques courses et plusieurs remises intéressantes, il n’aura pas fait beaucoup de mal à la défense du Kairat. Devancé par Kuat (66′) sur le second but d’Almaty, il se « rachète » en réalisant un joli numéro dans la surface au départ du but de Crivelli (76′).

Ouf, ouf, ouf ! Ce n’est pas glorieux du tout, mais Bordeaux accède donc à la phase de poules de la Ligue Europa. Grâce à un but importantissime d’Enzo Crivelli, les Girondins se qualifient difficilement au Kazakhstan, et ce malgré une défaite logique (2-1). Plombé d’entrée par un csc d’un Yambéré catastrophique, le FCGB est passé tout près de l’élimination. Outre Crivelli le buteur providentiel, les Marine & Blanc ont pu compter sur quelques éléments forts (Pallois ou Prior notamment) pour se « sauver ». Le premier objectif européen est atteint, mais avec une telle équipe, difficile d’espérer quelque chose pour la suite, si elle n’est pas renforcée ! En attendant, Bordeaux va devoir digérer le voyage retour et se relancer en championnat face à Nantes, au Nouveau Stade, dimanche (17h). Allez Bordeaux !

La rédaction AG



Laisser un commentaire