Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Nancy-Bordeaux (0-2)

Le joueur AG du match :

Igor LEWCZUK (6/10) : Pallois blessé, Sertic sur le départ, mais Igor Lewczuk est bien là ! Titulaire indiscutable en défense centrale, le Polonais a réalisé un match très solide qui lui permet d’être élu joueur du match par la Rédaction ! Notre numéro 6 a tout simplement été impressionnant dans les duels, même si Hadji n’a pas du tout été à la hauteur. Infranchissable (1′ 12′ 13′ 38′ 56′ 59′ 69′) ou presque, il n’a laissé que des miettes à ses adversaires, gagnant pas moins de 29 ballons. Propre (aucune faute commise) et appliqué à la relance (90% de passes réussies), il a quand même eu un petit coup de mou après le quart d’heure de jeu, laissant notamment filer Robic dans son dos (14′), mais pas de quoi gâcher la bonne impression laissée.

Les titulaires :

Jérôme PRIOR (6/10) : Catastrophique face à Paris, Jérôme Prior gardait la confiance de son entraîneur pour ce match à Nancy, et le choix a été payant ! S’il n’a pas énormément été sollicité, notre jeune gardien a parfaitement fait le travail. Pendant une heure, il a vu les tirs nancéiens fuir le cadre (14′ 17′ 40′), puis s’est bien interposé sur la frappe de Cétout (63′), bien qu’elle lui arrive dessus. Concentré et serein, il est également venu rassurer sa défense, en réalisant quelques sorties bienvenues (64′ 81′ 90′). Avant le retour de Cédric Carrasso mardi, Jérôme Prior termine (?) donc son intérim sur une bonne prestation.

Milan GAJIC (5/10) Avec la blessure de Sabaly, Milan Gajic enchaînait lui aussi une nouvelle titularisation sur la pelouse synthétique de Marcel-Picot. Moins à son avantage qu’en Coupe de la Ligue, le Serbe a eu du mal à rentrer dans la rencontre et à contenir les ailiers lorrains (14′ 19′). Logiquement averti sur sa seule faute (36′), il s’est ensuite bien repris, verrouillant son couloir droit (40′ 57′). On retiendra notamment son joli tacle glissé dans la surface pour contrer Marchetti (62′). Offensivement, notre latéral a été discret, même s’il réalise une très belle montée pour servir Vada (79′).

Théo PELLENARD (5/10) : Titulaire surprise en défense centrale, Théo Pellenard faisait ses premiers pas en pro à ce poste. La première demi-heure a été pénible pour le vainqueur de la Gambardella 2013, souvent mis en difficulté. Devancé par Marchetti (14′), il remet le ballon involontairement à Robic sur son occasion (17′) avant d’être sévèrement averti (31′). Après avoir montré des signes de fébrilité (41′), il s’est ensuite bien repris (45+2′ 56′ 63′). Intéressant dans son placement et plutôt appliqué, il a semblé se sentir de plus en plus à l’aise. Avec le départ probable de Grégory Sertic, notre jeune gaucher pourrait donc encore « dépanner » à ce poste dans les semaines à venir.

Maxime POUNDJÉ (4/10) : De nouveau préféré à Contento au poste de latéral gauche, Maxime Poundjé n’a guère impressionné ce soir. Notre numéro 29 a eu beaucoup de difficulté à contenir Anthony Robic… L’ailier de l’ASNL s’est en effet joué de lui à plusieurs reprises (15′ 17′ 25′ 48′ 56′), même si lui aussi a été un peu meilleur au fil des minutes, réalisant quelques interventions (69′ 83′). Trop maladroit (45′ 72′), il a perdu plus de ballons (16) qu’il n’en a gagné (14). Difficile dans ces conditions de se montrer à son avantage offensivement. Sa participation aux attaques a d’ailleurs été proche du néant… comme trop souvent !

Jérémy TOULALAN (6/10) : L’homme en forme de 2017 a été à la hauteur des espérances ce soir encore ! Très présent au milieu du terrain, Jérémy Toulalan est le joueur qui a touché le plus de ballons (86). Incontournable dans le jeu des Girondins, notre récupérateur a encore gratté un nombre de ballons impressionnant (33). Avec intelligence et maîtrise (2′ 40′ 45′ 55′ 63′ 81′), il a souvent été là pour annihiler les attaques des nancéiens. En attaque, il a été assez neutre, malgré un amour de passe en profondeur pour Gaetan Laborde (21′) ou un bon mouvement initié (80′). Souvent pressé par les milieux lorrains, il n’a pas tout fait bien et a, de ce fait, perdu beaucoup de ballons (29). Malgré ce chiffre important, il est clairement devenu le maillon fort du milieu girondin !

Jaroslav PLASIL (4/10) : Si Toulalan démontre son utilité de match en match, c’est beaucoup plus compliqué pour Jaroslav Plasil. Après son entrée délicate en Coupe de la Ligue mardi, notre capitaine n’a pas été plus à la fête à Marcel-Picot ! Si sa participation à la récupération n’est pas à remettre en cause (16 ballons gagnés), le Tchèque a eu du mal à se mettre en évidence. Il s’est fait bouger à plusieurs reprises, se trouant (42′) ou perdant un ballon chaud juste devant la surface, sur l’occasion de Cétout (63′). Hormis un bon ballon pour Laborde (37′), il n’a pratiquement jamais fait de passes intéressantes, se contentant de jouer court… et souvent sans prendre le moindre risque. Parfaitement servi par Laborde, il manque une belle occasion en fin de première période (45′) en déposant une tête bien trop molle.

Valentin VADA (5/10) : Entre un Toulalan intéressant et un Plasil très moyen, nous avons droit à un Valentin Vada sur courant alternatif ! Toujours très mobile et ne ménageant pas ses efforts, notre milieu de terrain s’est, comme à son habitude, beaucoup dépensé. Il a joué quelques minutes de moins que son capitaine et a pourtant touché beaucoup plus de ballons que lui (74 au total). L’Argentin a rempli sa part du travail à la récupération (11′ 61′ 72′) et s’est montré assez souvent dans le camp adverse. Auteur d’une belle frappe (52′), il manque ensuite le cadre sur une reprise décevante (79′). Inspiré sur l’action de Malcom (80′), il a souvent eu le mérite de jouer en première intention, ce qui a malheureusement conduit à un déchet très important (15′ 43′ 63′) et à 20 ballons perdus. Remplacé en fin de rencontre par Mauro Arambarri (87′).

Adam OUNAS (5/10) : Revenu de sa (trop ?) courte punition, Adam Ounas était donc titulaire sur le synthétique de Picot. Si la surface l’avait inspiré à Châteauroux, ce ne fût pas toujours le cas ce soir. Notre numéro 17 a lui aussi joué par intermittence, mais quand il a accéléré, il a souvent mis à mal la défense de l’ASNL (42′ 54′ 56′). Ses coups de pieds arrêtés ont également semé la zizanie dans la surface adverse (54′ 57′). Bien évidemment, cela reste encore trop peu pour un joueur de son talent, qui doit plus régulièrement prendre le meilleur sur ses vis à vis. Il a perdu trop de ballons (23) alors qu’il n’a pourtant pas beaucoup provoqué… Il a cédé sa place en fin de match à François Kamano (83′).

Gaëtan LABORDE (6/10) : Suspendu mardi, Gaëtan Laborde récupérait ce soir « son » poste d’avant-centre. Fidèle à lui-même, notre attaquant a énormément couru et a multiplié les appels. Un peu juste sur un bon centre de Ménez (22′), il n’a pas pu se mettre en position de tir (17′ 37′), mais aurait pu être passeur décisif, en se montrant particulièrement appliqué dans son enchaînement pour Plasil (45′). S’il a débuté la seconde période par un raté devant le but (51′), il n’a jamais lâché et est à l’origine de l’ouverture du score en déposant son adversaire pour provoquer le csc de Cuffaut (68′). Intéressant dans le jeu, il est au départ du contre mal conclu par Kamano (85′). Si Bordeaux cherche un attaquant, Gaëtan Laborde prouve qu’il est plus qu’une simple doublure !

Jérémy MENEZ (5/10) : Revenant lui aussi, Jérémy Ménez n’a pas fait trembler les filets, contrairement au match aller. Pas toujours inspiré, motivé ou bien servi, notre numéro 7 n’a eu aucune occasion à se mettre sous la dent. En revanche, il a offert quelques ballons très intéressants, notamment à Gaetan Laborde (22′ 51′), qui auraient mérité d’être décisifs. Pas en réussite dans ses dribbles, il a été meilleur dans ses changements d’aile, bien qu’il se soit trop souvent contenté de revenir jouer vers l’arrière. S’il ne l’a pas énormément fait en première période, il est souvent revenu défendre après l’ouverture du score (74′ 77′), avant de céder sa place à Malcom (78′).

Les remplaçants :

MALCOM (++) : Son entrée en jeu a été particulièrement active et sublimée par ce somptueux coup franc (88′). Un tir trop croisé (80′), un contre pas très bien mené (85′) et le tournis donné à l’arrière garde de l’ASNL, avant donc de nous régaler ! Un bijou en pleine lucarne (88′) qui a assuré le succès girondin. Comme Bordeaux, Malcom aime beaucoup la Lorraine, puisque son dernier but en Ligue 1 datait de ce déplacement à Metz (0-3).

François KAMANO (-) : Souvent bon en sortant du banc, François Kamano n’a pas franchement été à la hauteur de cette réputation. On ne l’a réellement vu qu’une fois, pour gâcher ce contre (85′) qui aurait pu libérer Bordeaux…

Mauro ARAMBARRI (+) : Entré à la 87′, décisif à la 88′ en obtenant le coup franc du 0-2. What else ? En espérant que ça incite Jocelyn Gourvennec à le faire jouer un peu plus !

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (7/10) : Des choix forts et un coaching gagnant, rien à redire sur le match de Jocelyn Gourvennec ! Notre entraîneur n’a pas hésité à titulariser Théo Pellenard en défense centrale, vu la situation de Grégory Sertic, on ne peut que se réjouir de cette prise de risque. Offensivement, il a décidé de relancer Ounas et Ménez. Les deux n’ont pas été exceptionnels, mais au moins le Breton a le mérite de faire jouer la concurrence. Si son coaching a été tardif, il n’en reste pas moins décisif puisque Mauro Arambarri obtient le coup franc du break, parfaitement exécuté par un autre entrant : Malcom.

La rédaction AG




Publier un nouveau commentaire