Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match StEtienne-Bordeaux (2-2)

Le joueur AG du match :

Adam OUNAS (7/10) : Préféré à François Kamano, Adam Ounas a parfaitement justifié sa titularisation et est élu Homme du match par la Rédaction ! Dans un premier acte très faible, il a été le seul girondin a être dangereux, même si ses premiers centres (5′ 15′) ou son tir dévié (35′) n’ont pas inquiété Ruffier. C’est lorsqu’il est venu défier le jeune Maiga que notre ailier a pris plus de poids et a fait la différence, même s’il a trouvé le pied du gardien stéphanois sur sa tentative en angle fermé (38′). Récompensé de ses efforts, il va ouvrir le score peu de temps après, sur un penalty très bien exécuté (42′). De nouveau décisif après le repos, c’est lui qui centre sur le but de Laborde (50′). Toujours aussi technique, il a également eu une attitude irréprochable sur le plan défensif (58′ 60′ 69′). Malheureusement, c’est blessé à l’épaule qu’il a quitté la rencontre, remplacé par François Kamano (72′).

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (6/10) : Exceptionnel à Dijon, Cédric Carrasso a vécu une première période plutôt tranquille dans le Chaudron, les Verts ne cadrant pas leurs tentatives (18′ 36′ 37′). Malheureusement juste avant le repos, il s’est incliné devant Beric (45′). Le Slovène a mis fin à 478 minutes d’invincibilité bordelaise : le record de la saison en Ligue 1 ! Sur ce but, la responsabilité de notre gardien n’est pas engagée… mais cela part d’une touche qu’il a lui même concédé en ratant complètement une relance au pied ! En seconde période, il a été décisif, repoussant les tentatives de Veretout (46′), Monnet-Paquet (51′) et Beric (54′), avant de céder sur le but à bout portant de Pajot (65′). Difficile de lui reprocher quelque chose, même si le tir de l’ancien Rennais lui arrive sur le corps.

Youssouf SABALY (4/10) : Si sa saison est plutôt satisfaisante, Youssouf Sabaly ne semble pas au mieux en ce moment. Le joueur prêté par le PSG n’a pas dégagé énormément de sérénité ce soir. Malgré quelques interventions (5′ 13′ 52′ 75′ 89′), il a beaucoup souffert défensivement face à Kévin Monnet-Paquet. Souvent dépassé (17′ 43′ 75′), il est trop passif sur la première égalisation des Verts (45′) et ne peut pas empêcher le ballon de Pajot de rentrer sur le 2-2 (65′). Offensivement, un bon centre (59′) au milieu de plusieurs montées infructueuses. Sa relation avec Malcom n’a pas sauté aux yeux et même avec Ounas devant lui, il n’a jamais donné l’impression de pouvoir apporter le plus nécessaire, malgré ses 74 ballons touchés, plus haut total du match pour les Bordelais.

Igor LEWCZUK (5/10) : Sans être excellent, Igor Lewczuk a été plus à son avantage que lors de ses dernières sorties. Auteur de plusieurs bonnes interventions (3′ 7′ 18′ 39′ 55′ 80′), le Polonais a répondu présent dans les duels, aériens notamment, et a su faire parler son physique sans en abuser. Par moment, il a eu du mal face à la vivacité des attaquants stéphanois, étant pris sur l’enchaînement d’Hamouma (37′) et laissant Beric s’échapper sur le 1-1 (45′). Offensivement, il a été décisif en obtenant un penalty, généreux (41′) et est allé placé un coup de tête au dessus du but de Ruffier (70′).

Nicolas PALLOIS (3/10) : Difficile de ne pas en vouloir à Nicolas Pallois ce soir ! Logiquement expulsé, que peut-il bien se passer dans sa tête pour faire un tacle aussi dur près de la ligne de touche, dans les arrêts de jeu ? Résultat, un rouge et une suspension pour la rencontre face à l’OM, qui vient s’ajouter à celle de Lewczuk ! Un geste idiot, inutile, qui met l’équipe en difficulté, et ce n’est pas une première sur son CV ! Notre numéro 5 vient gâcher une prestation qui n’était jusque là pas mauvaise. Présent dans les duels, il avait fait parler sa puissance à bon escient (17′ 26′ 29′ 56′ 72′), et s’était même permis le luxe de réaliser un « combiné » intervention-grand pont de toute beauté sur Veretout (55′). Pas toujours convaincant malgré tout, il a connu du déchet habituel sur ses ouvertures (8′ 40′), s’est parfois montré laxiste (80′) et aurait en plus du se voir sanctionner d’un penalty (60′).

Diego CONTENTO (4/10) : A l’image de son alter ego, Youssouf Sabaly, Diego Contento n’a pas livré un bon match à Geoffroy Guichard ! Moins en difficulté en première période, il a tenu son couloir tant bien que mal (29′ 35′ 38′), mais n’a pas assez « suivi » Romain Hamouma dans ses décrochages. Notre latéral gauche a vécu un deuxième acte encore plus pénible, n’arrivant que rarement à endiguer les attaques stéphanoises, sauf en commettant des fautes, ce qui lui a valu un jaune plus que logique (61′). Offensivement, il a tout simplement été transparent, malgré une entame intéressante avec Adam Ounas… Bon depuis son retour de nulle part, il semble marquer le pas depuis deux semaines, ce qui ne rassure pas avant de voir son duel face à Florian Thauvin, particulièrement en forme.

Jérémy TOULALAN (5/10) : Titulaire mais pas capitaine ce soir, Jérémy Toulalan a été plutôt moyen. Loin d’être aussi transcendant qu’à son habitude, notre sentinelle a clairement eu du mal. Pourtant dans la récupération, il a encore brillé (2′ 7′ 13′ 17′ 29′ 51′ 58′ 64′ 83′), récupérant pas moins de 22 ballons. Cependant, il a eu du mal à réguler le tempo du jeu girondin et a souvent été trop lent dans ses relances, se retrouvant plusieurs fois sous la pression des milieux adverses. Peu inspiré, il n’a jamais su mettre du rythme ou prendre quelques risques. A l’image de beaucoup de ses coéquipiers, il a été en dessous de ses standards habituels dans la précision (77% de passes réussies).

Jaroslav PLASIL (5/10) : De retour dans le onze de départ, Jaroslav Plasil n’a lui aussi pas crevé l’écran. Discret avant le repos, il a eu du mal à se rendre disponible et à créer les bons décalages. Notre capitaine ne s’est pas assez montré et ne s’est pas suffisamment projeté, même lorsqu’il réussissait à récupérer le cuir (25′ 37′). Décisif au retour des vestiaires, il dévie du dos, le centre d’Ounas, pour offrir le second but à Laborde (50′). Une action qui vient ré-hausser sa prestation offensive beaucoup trop neutre. Défensivement, il a été précieux par moment (52′ 57′ 75′) et a été plutôt juste techniquement (5 ballons perdus seulement). Touché dans un duel avec Pajot, il a cédé sa place à Valentin Vada (84′).

Younousse SANKHARÉ (4/10) : Avec un début de match intéressant à la récupération (2′ 4′), Younousse Sankharé semblait parti sur de bonnes bases, qu’il n’a jamais confirmées ! Notre numéro 13 n’a pas été à son aise dans le Chaudron malgré une tête non cadrée (16′) et une frappe repoussée par Ruffier (82′). Son énergie habituelle a été « remplacée » par beaucoup de maladresses (10′ 60′). Souvent peu inspiré dans ses choix, il a perdu autant de ballons qu’il n’en a gagné (13). Physiquement, nous l’avons connu meilleur, ses courses ont souvent été inutiles et ses passes peu judicieuses. Sur ces 90 minutes il a plus ressemblé au joueur qu’il était à Lille, qu’à celui qu’il est depuis son arrivée à Bordeaux.

MALCOM (4/10) : Comme à Dijon, Malcom a été particulièrement discret ce soir ! Le Brésilien a clairement souffert de la comparaison avec Adam Ounas. Il a d’ailleurs touché 3 ballons de moins que notre numéro 17, pourtant sorti à 20 minutes de la fin. Une bonne combinaison avec Sankharé (40′), un décalage bien senti (44′), une ouverture parfaite pour Kamano (81′) et des coups de pieds arrêtés plutôt bien tirés à mettre à son actif, mais c’est bien évidemment trop peu. Notre gaucher n’a pas assez provoqué, pourtant face à Maiga, il y avait très clairement la place de faire la différence. Peu inspiré, il a eu du mal à combiner avec Sabaly, préférant revenir en arrière ou se perdre dans des mauvais choix (86′). En espérant qu’il se soit « réservé » pour le match face à l’OM !

Gaëtan LABORDE (5/10) : Lors du match aller, Gaetan Laborde avait été éblouissant… ce fût moins le cas ce soir, malgré un nouveau but à mettre à son actif. Bien placé, il a eu l’instinct de se mettre au second poteau pour pousser au fond la déviation de Plasil et ainsi marquer (50′). Cette action est la seule qu’il a eu à se mettre sous la dent durant cette rencontre. Bien pris par la charnière stéphanoise, il a eu du mal à exister, malgré des appels tranchants dans le dos de ses adversaires. Logiquement averti pour une semelle sur Perrin (12′), il a d’abord été précieux dans son repli défensif, avant d’être trop court sur le coup de pied arrêté qui amène le 2-2 (65′). Diego Rolan (66′) est venu prendre sa place peu de temps après.

Les remplaçants :

Diego ROLAN (=) : Une entrée relativement moyenne pour l’Uruguayen qui a tenté d’apporter en décrochant, mais malgré quelques petits numéros techniques, il n’a jamais su se montrer dangereux.

François KAMANO (-) : 20 minutes, on ne peut plus frustrante ! François Kamano avait du feu dans les jambes et aurait pu faire la différence sur chacune de ses accélérations, malheureusement il a été beaucoup trop maladroit, gâchant presque toutes ses munitions par des approximations (81′ 83′) et des mauvais choix (87′ 89′).

Valentin VADA (=) : Venu prendre la place de Jaroslav Plasil touché, l’Argentin n’a eu le temps de toucher que 4 ballons ce soir.

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (6/10) : A croire que Jocelyn Gourvennec lit nos articles ! Non plus sérieusement, la titularisation d’Ounas à la place d’un Kamano fatigué était demandée, et notre entraîneur l’a fait. Le match du Franco-Algérien lui a donné raison. Pour le reste, il a également fait souffler Valentin Vada, mettant Jaroslav Plasil sur le terrain. Même s’il a été moyen, le Tchèque est décisif sur le second but… Son coaching a surtout été dicté par les blessures, mais il a été plutôt cohérent. Evidemment, on regrettera malgré tout, le niveau plutôt faible dans le jeu affiché par l’équipe depuis plusieurs semaines !

La rédaction AG