Joie Bordeaux - Ludovic OBRANIAK

Olympique Lyonnais 1-1 FC Girondins de Bordeaux (10ème journée de Ligue 1)

Les joueurs alignés : Carrasso – Mariano, Sané, Planus, Orbàn – NGuemo, Sertic, Obraniak, Jussiê, Saivet – Diabaté.

Après avoir espéré une deuxième victoire d’affilée qui aurait fait un bien fou au moral et qui aurait un peu redoré le blason des Girondins, les démons du temps additionnel ont réapparu au plus mauvais moment. Sans des erreurs de Planus, débordé par un illustre inconnu (Pléa ?) et de Carrasso qui repousse mal le ballon sur une frappe lyonnaise, on aurait pu repartir de Gerland avec les trois points. Le destin en a décidé autrement, et donc Lyon arrache le point du match nul devant des bordelais peu inspirés tout le match. Score final : 1-1 (Obraniak 62′ / Briand 90+2).

Match globalement mauvais des deux équipes. Beaucoup de déchet dans les passes (86% pour Lyon et 84% pour Bordeaux mais la grande majorité des passes étaient latérales ou pour revenir en arrière…), des occasions ratées de part et d’autre, une prise de risque minime, etc. Bref, en voyant le classement actuel de deux des plus grandes équipes françaises de l’histoire on peut comprendre le manque de prise de risque, le but étant justement de ne pas prendre de buts. Ironie du sort, Bordeaux a été diablement efficace ce soir, pourquoi ? Un tir cadré, un but. Celui d’Obraniak (63′), bien servi par Saivet (pas avare d’effort ce soir) qui lui adresse parfaitement le ballon qui a permis à l’ancien lillois d’ajuster Lopes de près d’un plat du pied gauche. Pendant la première période les deux formations se sont regardées, jaugées sans se jeter à corps perdu bien au contraire. Pourtant dès la 2ème minute Benzia a décoché une frappe, certes largement au-dessus, mais qui pouvait laisser croire qu’il y aurait de l’intensité. Finalement non, c’était assez soporifique même si l’OL a dominé la rencontre. Honnêtement, l’ouverture du score bordelaise avait tout du holp-up comme l’an dernier mais l’issue ne fut pas la même, parce que Bordeaux a joué « à la baballe » pendant un quart d’heure sans aucune envie de faire le break. Stratégie payante, puisque Briand a ramené les siens au score dans les arrêts de jeu. Ils n’avaient pas le droit, la gestion de la fin de match fut catastrophique alors que les Girondins évoluaient à 11 contre 10 (suite à l’expulsion de Lacazette). Dernier point à mettre en avant, c’est le coaching de Francis Gillot. Alors qu’une semaine fatigante attend les joueurs (3 matchs en 9 jours) l’ancien coach sochalien a décidé de laisser le 11 de départ tout le match alors qu’il y avait des joueurs en forme comme Traoré ou Rolan sur le banc.

En tous cas, le sentiment qui prédomine ce soir est la rage. Il est inconcevable de perdre deux points comme Bordeaux les a perdus, surtout qu’en ce moment il vaudrait mieux préserver les avantages qu’on se crée, difficilement en plus. Alors qu’avec la victoire les Girondins pouvaient revenir dans la 1ère partie du championnat (10ème) c’est finalement encore à cette 15ème place qu’on se traîne (voir le classement). L’idéal serait de battre l’Apoel jeudi en Ligue Europa. Allez Bordeaux !



Laisser un commentaire