Le couperet est officiellement tombé depuis quelques heures maintenantCe n’est pas une surprise, juste une confirmation : Cédric Carrasso va quitter Bordeaux à l’issue de cette saison. Le club au scapulaire l’a officialisé par le biais d’un communiqué de quelques lignes, froid et sans passion, à l’opposé de l’image que nous laissera notre gardien de but !

Le successeur

Presque un mois jour pour jour après le titre de Champion de France, les Girondins annoncent la signature de Cédric Carrasso, le 29 juin 2009. Pour environ 8 millions d’euros, le FCGB recrute le gardien du « rival » toulousain. Brillant dans le but, l’Avignonnais est, avec André Pierre Gignac, le grand artisan de la saison réussie par le TFC, qui finira 4ème et surtout meilleure défense de l’élite. Convoqué en équipe de France depuis plusieurs semaines, Cédric Carrasso voit en Bordeaux et en la Ligue des Champions un tremplin idéal avant la Coupe du Monde 2010. De leur côté, les Girondins ont flairé le bon coup en l’enrôlant, car s’ils viennent de mettre fin à l’hégémonie lyonnaise en Ligue 1, les Marine & Blanc ont besoin d’un successeur à un Ulrich Ramé trop souvent blessé… Le mariage semblait parfait, et il l’a été ! Arrivé dans la peau d’un numéro 1, notre nouveau portier dispute son premier match à Montréal, le 25 juillet 2009, lors du Trophée des Champions face à Guingamp. Première rencontre et premier trophée pour Carrass’ ! Même s’il a été formé à Marseille et qu’il a mis sur le banc la « légende » Ulrich Ramé, Cédric Carrasso s’adapte vite et bien en Gironde et fait très rapidement l’unanimité. Toujours régulier dans le but, excellent sur sa ligne, calme et rassurant, notre gardien participe grandement à l’exceptionnel parcours des Bordelais en Ligue des Champions, mais ne pourra pas empêcher une fin de saison qui se transformera en long chemin de croix.

Laurent Blanc parti, Chamakh ou Gourcuff aussi, la Coupe d’Europe devant la télé après une Coupe du Monde de funeste mémoire, la saison 2010-2011 s’annonce compliquée pour tout le monde en Gironde ! Elle l’aura été aussi pour Cédric Carrasso, même s’il fût l’un des rares à être à la hauteur dans l’effectif meurtri « récupéré » et ajusté par Jean Tigana… De cet exercice, une date reste dans toutes les têtes. Nous sommes le 29 mai 2011, et à la 55ème minute de l’ultime journée du championnat, face à Montpellier, notre gardien entre en jeu pour remplacer Ulrich Ramé qui fait ce soir là ses adieux à la Ligue 1 et qui tourne le livre de ses années bordelaises. Une soirée riche en émotions, avec de multiples hommages rendus au double champion de France. Bref, le genre de moments que nous aurions aimé voir pour Cédric Carrasso en cette fin de saison…

Fidèle leader, même pendant les années galères

Venu à Bordeaux pour disputer le haut du tableau et la Ligue des Champions, Cédric Carrasso a surtout été présent dans les moments difficiles. Sous la houlette de Francis Gillot, Bordeaux et son gardien vivent d’abord l’enfer, se retrouvant relégables fin novembre après une défaite à Dijon (2-0) avant de revenir de nulle part, pour au final terminer la saison 2011-2012 à la 5ème place, et ainsi retrouver l’Europe après 2 ans d’absence ! Vice-capitaine de l’équipe, Cédric Carrasso est un taulier et devenu le « Dieu » et le chouchou du public de Lescure. La saison suivante restera comme particulière pour lui. En effet, pour la première et l’unique fois de sa carrière, il dispute l’intégralité de tous les matchs du championnat. Indispensable et régulier, Cédric Carrasso est un élément moteur de Bordeaux et garde sa place même en Coupe de France…. Trophée que les Marine & Blanc remporteront le 31 mai 2013 sous l’impulsion de leur gardien, décisif à de nombreuses reprises durant ce parcours.

L’été suivant, la rumeur d’un départ enfle progressivement. C’est Bursaspor qui fait les yeux doux à Cédric Carrasso. Pour moins de 2 millions d’euros, notre portier semble proche de s’engager avec l’ambitieux club turc, qualifié pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Finalement, il ne bougera pas et restera fidèle à Bordeaux. Si bien que le 15 juillet 2013, c’est un autre français qui prend la direction de l’Anatolie : Sébastien Frey. Dans la foulée du départ de Jaroslav Plasil pour Catane, Cédric Carrasso est nommé capitaine de l’équipe par Francis Gillot pour la saison. Il est sans doute le seul joueur à la hauteur de l’effectif lors de cette période. Le 15 décembre 2013 pour le dernier match de l’année civile à Chaban-Delmas, c’est par un message « surprise » passé sur les écrans géants du stade qu’il annonce sa prolongation à Bordeaux ! Désormais lié avec le FCGB jusqu’en juin 2017, il fête cela en arrêtant un penalty, l’une de ses spécialités. Compliqué, cet exercice l’est beaucoup pour Bordeaux qui manque de leaders et de caractère. Le 12 avril 2014, dans le but de responsabiliser ses coéquipiers, il décide de laisser le brassard de capitaine, que Grégory Sertic récupérera. Cela n’aura pas de réels effets pour Bordeaux qui achèvera sa saison à une triste 7ème place du championnat, et ce malgré le talent de notre gardien, premier de notre classement des notes 2013-2014. Avec l’arrivée de Willy Sagnol, Cédric Carrasso reste au top et prend part aux moments historiques du club (dernier match à Lescure, inauguration du Nouveau Stade). Il est de nouveau premier de notre classement des notes à l’issue de la saison 2014-2015 ! Quelques mois plus tard, c’est rempli d’émotions qu’il rentre sur la pelouse du Matmut Atlantique, le 18 Octobre 2015. En communion avec tout le stade, il rend hommage à Dominique Dropsy, son ancien mentor, décédé des suites d’une longue maladie…

Gravement blessé, numéro 1 retrouvé, mais non prolongé

Le tournant de la carrière girondine de Cédric Carrasso a sans doute eu lieu le 23 Janvier 2016. Sur la pelouse de Nantes, notre gardien sort en larmes, conscient de ce qu’il vient de se produire. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche, notre gardien connait une deuxième très grave blessure, après celle subie à Marseille et qui lui a fait perdre sa place au profit de Mandanda. Âgé de 34 ans, la suite de sa carrière semble s’écrire en pointillés ! A force de travail et de courage, il retrouve son niveau, mais pas encore sa place… Le nouveau coach Jocelyn Gourvennec décide en effet de faire de Jérôme Prior son titulaire au début de cette saison, afin de garder une continuité avec les matches de préparation. Le vainqueur de la Gambardella 2013 passe à côté de ses deux premiers rendez-vous, et à la demande générale ou presque, Carrasso retrouve la cage girondine… face à Nantes ! Lors de ce derby gagné (1-0), il a prouvé à tout le monde qu’il n’avait rien perdu de ses qualités, étant directement élu Homme du Match par la Rédaction. De nouveau blessé face à Nancy le 22 octobre 2016, il va manquer plusieurs mois de compétition, avant de reprendre naturellement sa place contre Rennes en février dernier. Depuis, ses prestations sont restées régulières et il n’est évidemment pas étranger à la belle année 2017 réalisée par Bordeaux.

Ovationné depuis de longues semaines, il a reçu un hommage appuyé du Virage Sud et du Stade dimanche dernier face à l’OM, le 13 mai 2017, pour ce qui restera comme son dernier match à domicile sous nos couleurs… Évidemment, son âge et sa fragilité physique des derniers mois ne plaident pas en sa faveur, et Benoît Costil est un excellent gardien. Malgré tout, il y a sans doute l’art et la manière d’annoncer les choses… Un simple et bref communiqué après que le dernier match à la maison soit passé, et même si nous ne savons sans doute pas tout, inutile de préciser que cela n’est pas digne du tout du FCGB…

Merci pour ces moments

Oh Carrass’, oh notre « Dieu » ! Qui aurait pu croire qu’un joueur formé par Marseille puisse, chez nous, faire autant l’unanimité ? Qui aurait pu croire que tu puisses être le chouchou du public pendant ces 8 années ? Merci d’avoir si haut porté nos couleurs, merci pour ta loyauté et ta fidélité, merci pour tous ces penaltys stoppés, merci d’avoir si souvent joué au sauveur, merci pour toutes les fois où tu nous as régalé, merci pour ces moments de bonheur…

Bonne chance pour la suite et sache que tous les supporters bordelais te portent, et te porteront, à jamais dans leur cœur !




Laisser un commentaire