AS Saint-Etienne 2-2 FC Girondins de Bordeaux (36ème journée de Ligue 1)

La feuille de match

Saint-Etienne : Ruffier – Malcuit, Théophile-Catherine, Perrin (c), Maiga (90+1′ Polomat) – Selnaes (85′ Saivet), Pajot, Veretout – Hamouma, Beric, Monnet-Paquet (79′ Nordin)

Bordeaux : Carrasso – Sabaly, Lewczuk, Pallois, Contento – Toulalan, Plasil (c) (84′ Vada), Sankharé – Malcom, Laborde (66′ Rolan), Ounas (72′ Kamano)

Buts : R.Beric (45′), V.Pajot (65′)A.Ounas (42′, sp), G.Laborde (50′)

Avertissements bordelais : G.Laborde (12′), D.Contento (61′) – Expulsion : N.Pallois (90+1′)

Le résumé

« Pas de matchs le 5 Mai » ! C’était le mot d’ordre dans les tribunes, en hommage aux victimes de la catastrophe de Furiani… et cela a longtemps été le cas sur le terrain, avant que les deux équipes ne se livrent un peu plus dans une rencontre décousue, qui n’aura pas trouvé de vainqueur !

Dans une ambiance particulière, puisque les supporters des deux camps avaient choisi le silence pour protester contre la date de la rencontre, cette affiche capitale dans la course à l’Europa League débute sur un tout petit rythme. C’est un véritable festival d’erreurs techniques et de mauvais choix qui marque cette entame. Rien ne se passe, jusqu’à une tête non cadrée de Sankharé (16′), puis une reprise d’Hamouma qui connait le même sort (18′). Le Stéphanois est le seul véritable animateur de cette première période (37′), avec Adam Ounas. Volontaire, notre ailier est à deux doigts de tromper Ruffier dans un angle fermé (38′). Finalement, c’est Monsieur Schneider qui va lancer les hostilités, en accordant un penalty généreux aux Girondins pour une faute (présumée) de Maiga sur Lewczuk. Ounas transforme tranquillement en prenant Ruffier à contre-pied (42′, 0-1). Un avantage plutôt heureux que les joueurs de Jocelyn Gourvennec n’emmèneront même pas aux vestiaires ! Hamouma encore lui lance subtilement Beric dans le dos de la défense bordelaise, le Slovène trompe Carrasso de près (45′, 1-1). L’arbitre siffle la pause sur ce score de 1-1 !

Après un premier acte abominable, la seconde période démarre sur de meilleures bases ! D’entrée Veretout, bien placé dans la surface, oblige Carrasso à la parade (46′). Si les Verts allument la première mèche, c’est de nouveau Bordeaux qui va prendre les commandes ! Sur un coup franc vite joué, Ounas centre, Plasil dévie, et Laborde conclut du pied gauche au second poteau (50′, 1-2). Un avantage important mais très vite fragilisé, puisque Monnet-Paquet frappe et voit son ballon dévié par Carrasso toucher le haut de la barre (51′). Mieux, les Stéphanois sont de plus en plus dangereux, Beric d’un tir croisé en angle fermé est proche d’égaliser (54′). Décidément mal inspiré (comme d’habitude), Monsieur Schneider va ensuite oublier un penalty aux Verts pour une faute de Pallois (60′)… avant d’accorder dans la confusion le but du 2-2 à Pajot (65′) ! Si sur le cafouillage le ballon franchit bien la ligne (merci la goal line technology), le milieu des Verts semble bien contrôler le cuir du bras ! De nouveau à égalité, les deux équipes ne se quitteront plus, malgré quelques petites opportunités de part et d’autres, mais ni Beric (80′), ni Sankharé (82′), ni Kamano (83′) et ni Veretout (87′) ne feront la décision. Dans les arrêts de jeu, Nicolas Pallois trouve en revanche le moyen de se faire expulser pour un tacle très sévère et inutile (90+1′). Un rouge qui ne change rien au résultat mais qui le prive de la rencontre face à l’OM… Score final : 2-2 !

Que penser de ce point pris dans le Chaudron ? Dans la lutte pour la 4ème place, ce n’est pas une bonne affaire, mais pour l’Europa League, garder Saint-Etienne à distance plus que raisonnable est une excellente chose ! Même s’ils ont un matche en moins, les Verts semblent trop loin pour revenir sur Bordeaux, qui en cas de victoire parisienne en finale de la Coupe de France, peut presque se considérer européen ! La prochaine rencontre se passe de tout commentaire puisqu’il s’agit d’un Bordeaux-Marseille (dimanche 14 à 21h), mais il faudra être meilleur que ce soir pour ne pas avoir de très mauvaise surprise…

Allez Bordeaux !