Alors que les Girondins de Bordeaux se sont encore écroulés hier soir lors de leur déplacement à Reims, leur attaquant, Enzo Crivelli, a pris le temps, quelques jours auparavant, de répondre aux questions du site L’Équipe.fr et d’évoquer ainsi son parcours. Attaquant combatif, le jeune buteur nous explique tout d’abord avoir acquis cet état d’esprit auprès de ses parents, qui n’ont eu de cesse de lui apprendre à tout donner pour obtenir ce qu’il désirait, mais au travers des galères par lesquelles il a dû passer. Voilà presque trois ans, son père décédait quasiment sous ses yeux, le forçant à devenir irréprochable dans son comportement afin de soutenir ses proches, montrer l’exemple. Avouant jouer aujourd’hui pour l’ensemble de ses amis et de sa famille, Enzo Crivelli avoue ne pas apprécier son image de joueur « bourrin » que les non-connaisseurs lui attribut mais que malgré ce jeu engagé qui le caractérise, il a appris à mieux se canaliser et compte rester lui-même quoi qu’il arrive.

« Mes parents m’ont toujours répété que, dans la vie, il fallait être un battant, que si je voulais obtenir des choses, je devais aller les chercher. Du coup, sur le terrain, je fais tout pour obtenir ce que je veux […] Le décès de mon père n’a fait que renforcer ma volonté. Aujourd’hui, avant chacun de mes matches, je pense à lui […] En fait, je ne joue pas pour moi. Quand je joue, je pense à mon père, ma mère, à mon grand frère […] J’ai un jeu engagé et parfois, ça dérape. Après, je n’ai jamais blessé personne, je ne suis pas méchant […] J’arrive quand même à mieux me canaliser sur le terrain. »

Source : l’équipe.fr