Stade Chaban-Delmas (FCGB-PSG 2015)

A quelques jours de dire « Adieu Lescure », la rédaction d’Actugirondins vous propose un hommage à ce stade, dans lequel nous avons vécu énormément d’émotions. Nous avons sélectionné 50 matchs qui nous ont marqué sur les 30 dernières années. Que ce soit par leur scénario, leur particularité, leur enjeu, leur suspense, ces rencontres resteront dans nos mémoires, dans vos mémoires.

Dans la quatrième partie de cet hommage, nous allons retrouver les matchs classés entre la 25ème et la 21ème position. Au programme : des petits papiers, les adieux d’une idole, des duels face à l’OL et un douloureux souvenir.

25ème – BORDEAUX 2-2 (7 TAB 6) MONTPELLIER

1/2 finale de la Coupe de la Ligue – Mercredi 12 Février 1997

Gilbert Bodart - Crédit photo : sharkfoot.fr

Gilbert Bodart – Crédit photo : sharkfoot.fr

Le contexte : Cinquième de Division 1, qualifié pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue, Bordeaux réussit une saison tout à fait honorable. La réception de Montpellier doit permettre aux Marine & Blanc d’obtenir leur ticket pour la finale de la Coupe de la Ligue, pour la première fois de leur histoire.

Le match : Après une première période sans but, tout va s’accélérer après le repos. Recrue de l’intersaison, Stéphane Ziani ouvre le score (49′) et lance Bordeaux vers la finale. Un avantage que les protégés de Rolland Courbis ne conserveront pas la faute à … Ibrahima Bakayoko (67′). Il faut ensuite attendre les prolongations pour voir la situation se décanter grâce à une tête de Kaba Diawara (95′), malheureusement dans la foulée Laurent Robert (111′) ramènera de nouveau les Héraultais. Tout se jouera donc dans une séance de tirs au but… mythique !

Le fait marquant : Cette saison là, Bordeaux possède un gardien belge adoré par Lescure : Gilbert Bodard. Le portier des Marine & Blanc, élu meilleur gardien de la saison, va être le héros de la séance de tirs au but. Grâce à un petit papier caché dans le short, Bodard a noté les préférences de chaque montpelliérain dans cet exercice particulier. Un stratagème qui lui permettra de repousser les penalty de Laurey et Kosecki… avant de qualifier Bordeaux en transformant le sien ! Une séance qui restera dans l’histoire du club… plus que celle de la finale perdue face à Strasbourg (0-0) quelques semaines plus tard…

24ème – BORDEAUX 2-0 LILLE

38ème journée de Ligue 1 – Samedi 24 Mai 2003

 

Le contexte : Quatrième de championnat, à égalité de points avec Auxerre et Sochaux, Bordeaux ne doit pas se rater pour ce dernier match face à Lille. En plus de l’enjeu sportif, il y a un gros côté émotionnel pour cette soirée, puisque l’idole de Lescure, Pedro Pauleta quittera la Gironde après ses 90 minutes.

Le match : La victoire est obligatoire pour les Marine & Blanc opposés aux hommes de Claude Puel. Après 15′, la star de la soirée, et de la saison, Pedro Pauleta trouve la faille sur un service de Darcheville (1-0). Sous la pression des Auxerrois et des Sochaliens qui gagnent également, les Girondins doivent absolument tenir le résultat. Malgré quelques opportunités nordistes, cela sera le cas, jusqu’à la libération totale, grâce à un penalty de Pauleta, évidemment (90′).

Le fait marquant : 98 matchs de L1, 65 buts, un triplé magique pour commencer, des gestes de génie… Pedro Pauleta est le chouchou, le goleador, le magicien des Girondins pendant 3 saisons. Ce soir là, il sortira sous une ovation énorme, les larmes aux yeux à quelques secondes de la fin. Après ce dernier doublé qui offrira la 4ème place aux Girondins, le Portugais signera à Paris, et même cela on lui pardonnera à l’Aigle des Açores !

23ème – BORDEAUX 2-0 LYON

6ème journée de Ligue 1 – Dimanche 19 Septembre 2010

 

Le contexte : Même si nous n’en sommes qu’au début du championnat, il y a le feu à Bordeaux… et à Lyon ! Respectivement 18èmes et 16èmes, Girondins et Rhodaniens sont déjà dos au mur au moment de s’affronter sur la pelouse de Chaban-Delmas.

Le match : Pour son retour à Bordeaux, quelques semaines après son transfert retentissant à Lyon, Yoann Gourcuff n’existera pas. Hué par une grande partie du public, le meneur de l’OL n’y arrivera pas, et son club non plus, malgré plusieurs occasions ! Après un premier acte fermé, Alou Diarra, de la tête sur un coup franc de Jaroslav Plasil (60′), ouvre le score. Dans les toutes dernières secondes, Jussiê inscrira un but mémorable (90+2′).

Le fait marquant : Orgasmique ! Y’a-t-il un autre mot pour qualifier le but de Jussiê ? On joue les dernières secondes de ce Bordeaux-Lyon sous tension quand Lloris sort loin de son but pour renvoyer un ballon de la tête,  directement dans les pieds de notre brésilien. Contrairement à l’immense majorité des joueurs dans cette situation, Jussiê ne tirera pas et se lance alors dans une folle chevauchée. Le magicien slalome entre Toulalan et la défense centrale de Lyon, avant de tromper le gardien international d’un plat du pied gauche parfait. Du grand art !

22ème – BORDEAUX 0-4 SOCHAUX

34ème journée de Ligue 1 – Samedi 7 Mai 2011

Le contexte : Huitième du championnat, le Bordeaux de Jean Tigana vit une saison pénible. Il reste un petit espoir de devenir européen, et cela commence par un succès face à une étonnante formation sochalienne qui devance les Girondins d’un tout petit point.

Le match : Plutôt que de match, parlons plutôt d’une demi-heure. C’est le temps qu’il a fallu pour que cette rencontre ne vire au cauchemar et à la boucherie. Après 30′, Sochaux mène en effet 0-4 sur la pelouse de Chaban-Delmas. Les lionceaux se baladent dans une défense apathique. C’en est trop pour les Ultras qui quitteront le stade dans la foulée. Ils ne manqueront rien !

Le fait marquant : C’est une terrible soirée noire qu’aura vécu Bordeaux en ce 7 Mai 2011. A l’issue de cette rencontre, durant laquelle sa fille sera prise à partie dans les tribunes, Jean Tigana donnera sa démission. Alors qu’il a récupéré un groupe traumatisé, l’ancien milieu des Girondins n’aura jamais trouvé la solution pour relancer l’équipe. Trop têtu, trop fier et trop peu aidé par des joueurs démissionnaires, Jean Tigana sera remplacé quelques semaines plus tard par le coach qui était sur le banc d’en face ce soir là : Francis Gillot !

21ème – BORDEAUX 2-2 LYON

33ème journée de Ligue 1 – Samedi 17 Avril 2010

Le contexte : Promis au titre à la trêve, Bordeaux vit un début d’année 2010 cauchemardesque. Cinquième à deux points du podium et de Lyon, le club au scapulaire s’enfonce. D’une importance capitale, cette rencontre a surtout un goût de revanche, puisqu’elle arrive quelques jours seulement après la qualification de l’OL pour les demi-finales de la Ligue des Champions, au dépend des Girondins.

Le match : Ce match qui sent la poudre par tout de suite très fort. Cela est chaud, électrique et cela va d’un but à l’autre. A ce petit jeu là c’est Chamakh qui frappe le premier en smashant un coup franc de Gourcuff dans la cage de Lloris (26′). Malheureusement en début de seconde période, Ederson égalise d’une jolie frappe (55′). Un beau but, mais qui parait bien fade à côté du chef d’oeuvre de Jaroslav Plasil qui va loger une véritable mine dans la cage lyonnaise (62′). Un nouveau but insuffisant pour s’imposer puisque Cris se chargera de ramener Lyon, dix minutes plus tard (71′, 2-2).

Le fait marquant : Du haut niveau ! Après un superbe affrontement en Ligue des Champions, les deux équipes auront offert un beau spectacle au public de Chaban-Delmas. Malheureusement ce que l’on retiendra aussi et surtout de cette rencontre, c’est la bagarre générale qui a eu lieu dans les arrêts de jeu. Cette rencontre qui aura été tendue tout le long se terminera dans la confusion. A l’origine, un attentat horrible d’Anthony Reveillère sur Benoit Trémoulinas. Notre latéral qui aurait pu avoir la jambe cassée se relève pour se venger. Les deux hommes seront expulsés, tout comme Jussiê, auteur d’un vilain coup (mais tellement mérité) sur Miralem Pjanic.

Dès demain, retrouvez la suite de cet hommage à Chaban-Delmas, avec les matchs que nous avons classé entre la 20ème et la 16ème position.



Laisser un commentaire