DIABATE

Cheick Diabaté is back ! Plus apparu depuis le match contre Valenciennes en fin d’année dernière (victoire 2-1), le Malien devrait faire son retour dans le groupe à l’occasion du déplacement à Reims ce samedi (20h sur beIN SPORTS). Notre numéro 14 va apporter du poids à une attaque girondine en manque d’inspiration (2 buts en L1 en 2014). Avant de reprendre la compétition, il s’est confié au journal 20minutes sur sa relation compliquée avec le public bordelais. Des supporters pas toujours tendres avec lui…

Voici un extrait de son entretien accordé au quotidien 20minutes  :

Le public vous a beaucoup critiqué lors de la fin de la première partie de saison, vous avez trouvé cela injuste ?

«Non, j’ai beaucoup de respect pour le public. Il faut savoir qu’à Bordeaux, on compte sur moi. Si l’équipe ne gagne pas, on peut dire que Cheick n’a pas été bon. Je suis un joueur professionnel donc j’accepte les critiques. Je n’ai pas forcément besoin de trouver une excuse mais je sais qu’à un moment, j’ai forcé un peu car j’avais mal au genou. Je voulais arrêter car quand on a une blessure on ne peut pas être à 100% sur le terrain. Moi, j’ai forcé car il y avait un manque d’attaquant. Quand Jussiê a rejoué et marqué, je suis allé voir le coach en lui disant que je préférais arrêter pour me soigner car avec la douleur, je ne peux pas être bon à 100 %. Comme j’avais mal, je pouvais avoir des occasions mais je ne pouvais pas être bon dans le jeu. J’ai du caractère, je ne suis pas rancunier mais lorsque les gens disent que je ne suis pas bon, je veux leur prouver le contraire. J’ai toujours accepté les critiques.»

Oui mais c’est souvent vous qui prenez le plus de critiques…

«Ce n’est pas grave, j’accepte. Quand je me suis arrêté après la blessure, c’est bizarre parce que pleins de gens sont venus me dire, «Cheick, il faut que tu reviennes, on ne gagne pas». Il y a des gens qui n’ont compris mon importance que lorsque je me suis blessé. La blessure m’a fait mal mais aussi du bien car des gens ont compris que ce n’était pas que de ma faute si on ne gagnait pas. C’était l’équipe qui passait une période difficile. Les gens qui m’ont sifflé, vous allez voir, ils vont m’applaudir ! Donc qu’est ce que je peux dire ? Ils m’ont déjà sifflé, et puis applaudit et puis encore sifflé… Moi, j’aime le public. J’ai besoin de lui pour être motivé.»

Retrouvez ici l’intégralité de cette interview.

Capable du meilleur comme du pire, Cheick Diabaté a un jeu et un physique atypique… Énervant, agaçant par moment, mais finalement important lorsque l’on regarde les statistiques : 7 buts en 15 matchs de Ligue 1. Le retour du Malien annonce-t-il le renouveau de l’attaque girondine ? Espérons-le… Réponse dès samedi !

Source : 20minutes.fr



Laisser un commentaire