Andre Poko

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Monaco (3-0).

Le joueur AG du match :

Adam OUNAS (8/10) : Quel régal ! Pro depuis quelques jours seulement (voir ICI), Adam Ounas étrennait pour la première fois son numéro 22 et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il lui a fait honneur ! Exceptionnel balle au pied, il a été insaisissable pour la défense monégasque et a fait vivre une soirée cauchemardesque à Raggi. C’est lui qui ouvre le score avec la complicité du poteau (16′), sur une frappe sèche après une prise de balle parfaite. Il avait déjà mis à contribution Nardi juste avant (14′) et fera un slalom superbe avant de buter sur le gardien ensuite (31′). Le Franco-Algérien a été un poison constant, donnant le sentiment que le ballon lui collait au pied. Détonateur du jeu girondin (64′), il a régalé le maigre public du Matmut Atlantique, même s’il a parfois voulu en faire un peu trop (30′). Défensivement, même s’il a lâché Raggi une fois (47′), il n’a pas rechigné à faire les efforts, récupérant quelques ballons précieux (52′). Légèrement touché il a cédé sa place à  Gaëtan Laborde (74′) : Notre jeune attaquant a fait une entrée dynamique et est tout proche de trouver la faille (81′).

L’équipe :

Cédric CARRASSO (5/10) : Hormis un tir de Boschilia (5′) et un centre dévié par Guilbert (83′), Cédric Carrasso a été au chômage technique ce soir. Bien protégé par sa défense, notre gardien a vu les rares tentatives monégasques fuir le cadre (6′ 40′ 79′). Il a profité de ce calme plat pour parler, rassurer et placer son arrière garde. On notera tout de même une relance au pied manqué qui aurait pu mal se terminer (39′), mais cela reste moins « grave » que ses 2-3 dernières bévues.

André POKO (7/10) : Méconnaissable ! S’il a beaucoup souffert défensivement avant le repos (5′ 23′ 29′) et qu’il a eu du déchet par moment, André Poko a sans doute livré sa meilleure prestation de la saison ce soir. En seconde période, il a parfaitement bloqué son couloir et réalisé plusieurs interventions décisives (51′ 53′ 59′ 60′ 80′). C’est aussi et surtout offensivement que le Gabonais a étonné lors de cette rencontre. Il récupère le ballon à l’origine du but d’Ounas (16′) et a multiplié les allers retours sur son côté. Si d’habitude il n’arrive pas à faire la différence, on ne peut pas en dire autant ce soir. Des centres dangereux pour Rolan (33′ 40′), Diabaté (62′), Laborde (80′), des combinaisons intéressantes avec Plasil notamment (70′) et il est proche de provoquer un csc (88′)… qui offre finalement le corner du 3-0.

Frédéric GUILBERT (7/10) : Toutes ces absences en défense centrale ont au moins le mérite de nous faire découvrir un très bon Frédéric Guilbert à ce poste ! Déjà intéressant à cette place sur la pelouse d’Angers, notre défenseur a confirmé ses bonnes dispositions face à Monaco. Toujours bien placé et intelligent dans sa lecture du jeu, il a été exemplaire. Aucune erreur à signaler, des duels gagnés et des interventions bien senties, notamment en fin de rencontre (82′ 83′).

Cédric YAMBÉRÉ (6/10) : En quelques matchs, Cédric Yambéré est passé de la catastrophe, au passable pour être plutôt bon lors de cette rencontre ! S’il a encore du mal à se situer par moment, comme sur ce ballon en profondeur pour Mbappe (40′) et qu’il confond parfois vitesse et précipitation, notre numéro 21 a livré une copie intéressante ce soir. Dans les airs ou dans les pieds il a régné en maître, ne laissant que des miettes aux attaquants monégasques (10′ 28′ 36′). Peu inquiété après la pause, il a été serein (69′) et n’a jamais réellement été mis en danger. Pourvu que ça dure !

Diego CONTENTO (6/10) : Titulaire sur le flanc gauche de la défense, Diego Contento a été au diapason de ses coéquipiers. Défensivement il a coupé beaucoup de trajectoires et n’a pas souvent été pris à défaut, même s’il a eu du mal à bien jugé quelques ballons (29′ 80′). Offensivement, il a été plus discret que Poko, et c’est bien dommage, car quand il est monté il a apporté le danger, comme en fin de première période (40′). Il doit d’ailleurs sortir de ce match avec une passe décisive, malheureusement Diabaté en a « décidé » autrement (52′). Quoiqu’il en soit, l’ex du Bayern confirme son retour en forme depuis quelques semaines.

Henri SAIVET (6/10) : De retour de blessure et de suspension, Henri Saivet retrouvait sa place et son brassard de capitaine par la même occasion. Un peu discret avant la pause, il s’est contenté de (bien) faire le travail à la récupération, mais est resté assez bas. Au fur et à mesure de la rencontre, le Sénégalais est monté en puissance. Malgré quelques mauvaises passes, il a su tirer son épingle du jeu aussi bien défensivement qu’offensivement. Des retours importants (55′ 59′ 87′), un bon ballon dans la profondeur pour Diabaté (59′) et un but de la tête sur corner (88′) pour venir donner du relief à son match.

Jaroslav PLASIL (7/10) : Déjà présent lors du dernier affrontement entre ces 2 équipes en Coupe de la Ligue en 2002, Jaroslav Plasil portait cette fois ci le maillot Marine & Blanc, et on s’en réjouit au vue de sa prestation ! Mobile, technique, appliqué, le Tchèque a donné l’impulsion au milieu de terrain girondin. En jouant dans les intervalles, il a offert quelques passes de toute beauté (13′ 30′ 70′), sans pour autant oublier de défendre. D’une jolie talonnade il est venu prolonger un centre d’Ounas, que Diabaté a pu reprendre sur Nardi (63′). Brillant et indispensable quand il est à ce niveau il a cédé sa place à Abdou Traoré (77′), auteur d’une entrée propre et intéressante techniquement.

Valentin VADA (7/10) : S’il continue comme ça, on va vite tomber amoureux de Valentin Vada ! Quel plaisir de voir jouer l’Argentin qui respire le football à plein nez. Dans ses contrôles, dans ses passes, dans ses changements d’appui, dans ses dribbles dans les petits espaces, il a été rayonnant sur la pelouse du Matmut Atlantique. Il a été à l’origine de nombreuses actions dangereuses grâce à sa technique irréprochable (40′ 50′ 52′). Le jeune milieu girondin tire également le corner qui apporte le 3ème but (88′). Moins chanceux sur sa tentative (53′), il a aussi perdu quelques ballons en en faisant un peu trop (47′ 78′), mais difficile de lui en vouloir, car lui aussi a mis beaucoup de volonté et de combativité !

Diego ROLAN (7/10) : Et un et deux et trois … buts en 3 matchs pour Diego Rolan ! Après une chevauchée fantastique contre Kazan, une tête victorieuse à Angers, l’Uruguayen a cette fois ci trouvé la faille du droit en profitant d’une grossière erreur défensive de l’ASM (57′). S’il a timidement débuté la rencontre, il a ensuite totalement été libéré et fait vivre un calvaire à ses adversaires. Sa relation technique avec Valentin Vada est incontestable et a fait des ravages. Proche de reprendre plusieurs centres avant la pause (33′ 40′), il s’est offert une superbe frappe (50′) avant donc de trouver la faille. Techniquement au dessus du lot, Diego Rolan semble revenir en très grande forme, de bonne augure avant l’OM… et le mercato ? Remplacé par Robin Maulun (84′), qu’on ne reverra malheureusement pas avant plusieurs semaines (voir ICI).

Cheick DIABATÉ (3/10) : Le vilain petit canard de la rencontre est … Cheick Diabaté ! Dans une équipe très en forme ce soir, le Malien a semblé un, deux, trois, voire 10 niveaux en dessous par moment. Il erre comme une âme en peine sur le terrain et n’a jamais été dans le bon tempo en première période, ralentissant quelques attaques et effectuant quelques déviations… à contre courant. En seconde mi-temps, il y a eu un léger mieux, mais il a gâché un nombre incalculable d’occasions. Sur un caviar de Contento il manque le cadre de la tête (52′), avant de ne pas pouvoir faire fructifier une belle passe de Saivet (59′) et de buter sur Nardi de près (62′ 65′). On va dire qu’il a au moins réussi à se montrer … mais il doit sortir de cette rencontre avec au moins un but.

Quel match ! En surclassant Monaco (3-0), les Girondins accèdent aux quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Devant une faible affluence (horaire oblige), les joueurs de Willy Sagnol ont réalisé une prestation plus qu’aboutie. Emmené par un Adam Ounas en feu, le FCGB a maîtrisé une formation monégasque très passive. Hormis Diabaté, toujours trop pataud et maladroit, tous les joueurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu, et notamment les jeunes comme Valentin Vada, encore très en vue ce soir. Une bonne chose avant de recevoir Marseille dimanche (21h), dans le dernier match de l’année. Allez Bordeaux !

La rédaction AG



Laisser un commentaire