Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Dijon (2-1)

Le joueur AG du match :

Valentin VADA (7/10) : Quel plaisir ! De plus en plus indispensable, Valentin Vada est élu homme du match par la Rédaction ! L’Argentin était tout simplement partout ce soir avec un volume de jeu et une activité incroyables. Son toucher de balle a été un véritable régal, il a joué juste, bien et vite, que demander de plus ? En confiance, il s’est beaucoup projeté, tentant notamment deux fois sa chance dans la même minute (36′). Ses passes ont souvent fait la différence (8′ 46′ 60′), il est d’ailleurs au départ de la grosse occasion de Plasil (79′). Notre milieu ne s’est pas contenté de se montrer offensivement et d’aimanter le ballon, puisqu’il a joué un rôle considérable à la récupération (1′ 8′ 31′ 54′). Hormis une ou deux ouvertures un peu trop fortes, difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Remplacé en fin de rencontre par Jérémy Ménez (85′).

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (6/10) : Il est de retour ! Après de longues semaines d’absence, Cédric Carrasso était titulaire dans le but à l’occasion de ce 16ème de finale de Coupe de France. Au chômage pendant 30 minutes, il réalise une première parade déterminante sur la jolie frappe de Marié (30′). Toujours à l’aise dans son rôle de leader, notre gardien a fait le travail nécessaire, en se couchant parfaitement sur les tentatives de Bahamboula (68′) et de Belmonte (73′). Malheureusement, il ne réussira pas à garder sa cage inviolée, puisque Diony d’un tir précis à ras de terre a fait trembler les filets (83′). Un but sur lequel Cédric Carrasso ne peut pas grand chose. Son « come back » reste donc satisfaisant !

Milan GAJIC (5/10) Toujours titulaire sur le flanc droit de notre défense, Milan Gajic a réalisé une partition convenable. Le Serbe a plutôt bien tenu son couloir (14′ 28′ 59′), mais par moment, il a eu du mal à contenir Bahamboula, qui est d’ailleurs à l’origine de l’égalisation dijonnaise (83′). Souvent recherché sur son côté, il a d’abord été relativement discret, puisque le jeu s’est déroulé essentiellement à gauche en première période, avant de monter en puissance. Offensivement, notre numéro 2 a réussi quelques combinaisons intéressantes avec ses ailiers (Malcom, Kamano), mais n’a jamais pu se mettre en bonne position pour centrer.

Igor LEWCZUK (6/10) : Fidèle à lui même, Igor Lewczuk a fait parler ses qualités de solidité et d’anticipation ce soir et a même tenté sa chance de loin (13′) ! Le Polonais a gagné la très grande majorité de ses duels et s’est souvent montré intraitable face aux attaquants dijonnais (7′ 15′ 61′ 68′ 88′), peu inspirés la plupart du temps. Au sol, comme dans les airs, il a fait preuve de beaucoup de sérieux pour contrecarrer les plans du DFCO. Dans la relance, il s’est souvent contenté de jouer court, laissant ses milieux servir de relais. Auteur d’une faute idiote qui a amené le danger devant le but de Cédric Carrasso (70′). Un petit défaut qu’il doit gommer pour continuer à apporter au FCGB !

Nicolas PALLOIS (5/10) : Comme son homologue polonais, Nicolas Pallois a vécu une soirée relativement tranquille. Lui aussi n’a pas eu à beaucoup forcer son talent pour tenir le choc, gérant bien la plupart de ses interventions (2′ 32′ 38′ 46′ 82′) et remportant ses duels, même si Rivière lui a pris plusieurs ballons dans le domaine aérien. En fin de première mi-temps, il est en revanche facilement éliminé par Bela dans la surface (44′) et peut remercier Arambarri qui est venu le suppléer. Lui aussi n’a pas pris beaucoup de risques dans la relance et s’est contenté de petites passes.

Maxime POUNDJÉ (4/10) : Le jeu se situant souvent dans son couloir, nous avons beaucoup vu Maxime Poundjé, pour le meilleur… comme pour le pire. Défensivement, il s’est offert quelques petites interventions (16′ 23′), mais a surtout brillé par ses imprécisions (29′) et sa maladresse, qui lui a fait commettre pas moins de 3 fautes (29′ 37′ 45′).  Offensivement aussi, il a été imprécis sur quelques passes, même si sa volonté et ses deux centres (3′ 10′) sont à mettre à son actif. Remplacé dès la reprise par Théo Pellenard (46′).

Mauro ARAMBARRI (6/10) : Auteur d’une très courte mais bonne entrée à Nancy samedi, Mauro Arambarri avait donc droit à sa première titularisation de la saison face à Dijon. Une chance que l’Uruguayen a bien saisi ! Positionné en sentinelle, il a eu un peu de mal à se situer au départ, se montrant même un peu maladroit (11′ 14′), avant de réaliser une rencontre très intéressante. Comme Toulalan ces derniers temps, il a colmaté les brèches, brillant à la récupération (12′ 30′ 44′ 77′ 90′). Combatif, il ne s’est pas caché et n’a pas hésité à aller « au charbon ». Notre milieu s’est aussi montré aux abords de la surface adverse, voyant sa reprise contrée (22′), avant de manquer le cadre à deux reprises (50′ 79′). Son entente avec Valentin Vada a également sauté aux yeux, les deux hommes se cherchant souvent à une touche de balle. S’il continue de la sorte, Mauro Arambarri va gagner de plus en plus de temps de jeu !

Jaroslav PLASIL (6/10) : Si les deux « jeunes » ont brillé, le « vieux » Jaroslav Plasil n’a pas été en reste ! Le Tchèque a également contribué à la domination bordelaise et a fait preuve d’une belle activité. Se plaçant souvent entre les lignes, il a apporté beaucoup de solutions à ses coéquipiers et a souvent réalisé la passe juste et dans le bon tempo. C’est lui qui lance Diego Rolan sur sa grosse occasion (41′) et il est dans le coup sur l’ouverture du score de Malcom (53′). Il n’a pas tout réussi, à l’image de sa frappe qu’il envoie au dessus du but, alors qu’il était bien placé (79′). Un peu moins en vue que ses compères à la récupération, malgré quelques bonnes interventions (45′ 68′ 78′).

MALCOM (7/10) : On est en train de retrouver le Malcom de cet été ! Etincelant en début de saison, le Brésilien a connu plus de difficultés les mois suivants, mais là il semble sur le bon chemin. Auteur d’un coup franc somptueux samedi, il a de nouveau trouvé le chemin des filets, du droit cette fois, concluant de façon opportuniste une action qu’il avait initié (53′). Indiscutablement le meilleur des attaquants ce soir, Malcom a fait mal à la défense du DFCO. Sa technique a fait merveille (6′ 50′ 52′) et il a régalé ses partenaires, distillant des passes parfaites (56′ 58′), comme sur l’occasion de Valentin Vada (36′). Après une rencontre accomplie, il a cédé sa place à Gaëtan Laborde (76′).

Diego ROLAN (4/10) : Titulaire en position d’avant-centre, Diego Rolan n’a pas vraiment répondu aux attentes. L’Uruguayen n’a pas ménagé ses efforts et a beaucoup participé à la construction du jeu (20′ 60′ 71′), mais il a trop souvent délaissé son poste… Alors qu’il avait réalisé un beau numéro avec Plasil, il manque le cadre face à Leroy (41′). C’est malheureusement sa seule réelle occasion du match, car pour le reste il a bien été pris par Abdelhamid. Malgré une technique toujours irréprochable, notre numéro 9 n’a pas réellement peser sur les débats, laissant les « remplaçants » faire le travail !

François KAMANO (5/10) : Héros du dernier Bordeaux-Dijon, François Kamano n’a pas endossé le costume du sauveur ce soir ! Le Guinéen a eu du mal à faire la différence dans son couloir, même s’il s’est offert quelques accélérations intéressantes (21′ 36′) qui ont offert de belles opportunités aux Girondins. Hormis un bon centre sur l’occasion de Jaroslav Plasil (79′), notre attaquant s’est montré un peu trop imprécis dans la zone de vérité. Défensivement, l’ex joueur de Bastia n’a pas compté les kilomètres, récupérant le cuir à de nombreuses reprises (36′ 40′ 48′)

Les remplaçants :

Théo PELLENARD (6/10) : Entré en jeu dès le retour des vestiaires, Théo Pellenard n’aura presque jamais été mis en danger. Notre jeune latéral a réalisé de nombreuses interventions (49′ 71′ 75′), étant souvent le premier sur le ballon. S’il est un peu en retard sur le but, difficile de lui imputer une responsabilité, puisqu’il s’est retrouvé entre deux dijonnais. Offensivement, il n’a pas toujours été précis, mais est beaucoup monté (49′ 50′ 85′ 89′) et lance Jérémy Ménez sur l’action décisive (90+2′).

Gaetan LABORDE (++) : Des efforts, des courses, un tir non cadré (86′), mais surtout le but de la victoire (90+2′). Idéalement servi par Ménez, Gaetan Laborde a donc donné la qualification aux Girondins ce soir !

Jérémy MENEZ (++) : C’est le Jérémy Ménez qu’on aime ! A peine 5 minutes sur le terrain et une action décisive : récupération, accélération, caviar (90+2′), du grand art !

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (7/10) : Jocelyn Gourvennec nous a également convaincu ce soir ! Notre entraîneur avait décidé de conserver son 4-3-3 qui convient le mieux aux joueurs, et c’était plutôt bien vu. La titularisation de Mauro Arambarri a été appréciable et une vraie réussite, tout comme son coaching. Il n’a pas hésité à faire un changement dès la pause, avant de lancer Laborde puis Ménez en fin de rencontre, les deux hommes décisifs ce soir. Prestation sans fausse note sur son banc !

La rédaction AG




Laisser un commentaire