Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Guingamp (3-1)

Le joueur AG du match :

Benoît COSTIL (7/10) : Sans lui, la rencontre aurait pu être toute autre ! Homme du match pour la Rédaction, Benoît Costil a parfaitement repris le costume de Cédric Carrasso ce soir, en stoppant le penalty de Jimmy Briand d’entrée (3′). Si le tir du capitaine breton est loin d’être parfait, l’arrêt de notre portier est bien entendu décisif. Battu sur un tir dévié de Salibur (46′), notre gardien va de nouveau réussir la parade parfaite sur un coup franc puissant de l’ailier guingampais (62′), avant de veiller sur la reprise de Deaux (63′). Très serein dans les airs ou avec les pieds, Benoît Costil est décidément en grande forme après sa belle performance du Stadium. Ça tombe bien, il faudra être encore meilleur à Paris samedi prochain !

Les titulaires :

Youssouf SABALY (5/10) : Futur international sénégalais, Youssouf Sabaly a livré une prestation convenable sur la pelouse du Matmut Atlantique. Comme à son habitude, il s’est montré très disponible dans son couloir, n’hésitant pas à multiplier les montées (25′ 40′ 45′), sans plus de réussite que les semaines précédentes. Son envie est toujours là, mais il manque de précision et d’application à la dernière passe, même si c’est lui qui lance Malcom sur sa grosse occasion (70′). Défensivement, il a été plutôt solide (17′ 23′ 39′ 85′), mais abandonne son couloir sur l’égalisation bretonne (46′), même si à sa décharge il était en train de se porter de l’avant lorsque le ballon a été perdu. Un match tout à fait correct, mais il est capable de faire beaucoup mieux au vue de ses qualités.

Jérémy TOULALAN (4/10) : Très bon lors du derby de la Garonne, Jérémy Toulalan n’a pas dégagé la même sérénité. En retard sur Thuram, il concède un penalty d’entrée de jeu (2′), ce qui lui a également valu un carton jaune. Plus appliqué par la suite (12′ 37′), il n’a pas crevé l’écran et va de nouveau être coupable sur l’égalisation bretonne, en se faisant éliminer trop rapidement (46′). Face à la vivacité des attaquants guingampais, notre capitaine a clairement souffert. Heureusement sa bonne lecture du jeu et sa sérénité lui ont sauvé le coup à plusieurs reprises, mais ce n’est clairement pas son meilleur match sous le maillot au scapulaire.

Vukasin JOVANOVIC (6/10) : Une fois n’est pas coutume, Vukasin Jovanovic a semblé plus contrôler la défense que Jérémy Toulalan. Bien qu’un peu court sur l’action qui amène le penalty (2′), le Serbe a réalisé un match très solide en charnière centrale. Dans le jeu aérien, il s’est régalé, ne laissant que des miettes aux attaquants bretons (8′ 13′ 25′ 28′ 36′ 81′), et n’a pas été en reste également dans les interventions au sol (14′ 32′ 49′ 69′ 86′). Malchanceux sur l’égalisation de Salibur, puisqu’il dévie le tir de l’ailier breton, ce qui trompe Benoît Costil (46′). Appliqué dans la relance, il a joué juste, et s’est même offert une belle montée balle au pied jusqu’à la surface adverse (22′). Clairement en progrès, il repousse assez loin la concurrence d’Igor Lewczuk.

Théo PELLENARD (5/10) : Les matchs se suivent et se ressemblent pour Théo Pellenard. Intéressant défensivement, notre latéral manque de tranchant dans ses offensives. Si l’on veut voir les choses du bon côté, il faut avouer que le vainqueur de la Gambardella 2013 a rarement été pris à défaut, et a bien tenu son poste, même si Camara l’a facilement éliminé sur son occasion (53′) et qu’il est étonnamment absent sur l’action du penalty concédé (2′). Averti pour un coude en avant (35′), il n’a pas hésité à aller au duel. A l’image de Sabaly, Théo Pellenard s’est beaucoup projeté aussi, mais n’a pas toujours été servi par François Kamano. Quand il recevait le ballon, notre numéro 21 a pratiquement systématiquement manqué de précision dans ses centres, même si l’un d’eux a conduit à la reprise de De Préville (18′). Du mieux, mais encore beaucoup de progrès à faire dans l’utilisation du ballon donc.

OTAVIO (6/10) : Déjà indiscutable dans son rôle de sentinelle, Otavio a de nouveau parfaitement tenu son rang face à Guingamp. Le Brésilien donne l’impression d’être présent depuis des années et apporte une vraie sérénité et une vraie stabilité à l’entre-jeu bordelais. Encore une fois, il a été très bon à la récupération (12′ 26′ 48′ 70′ 87′) et n’a pas semblé perturbé par les différents changements de systèmes de Jocelyn Gourvennec. Véritable plaque tournante, il a de nouveau touché beaucoup de ballons (75) et l’utilise bien (89 % de passes réussies). Auteur d’une frappe trop enlevée (55′), il manque un peu de projection offensive, même si ce n’est évidemment pas son rôle premier.

Lukas LERAGER (5/10) : Lui aussi indiscutable dans son rôle, Lukas Lerager n’a pas été le bordelais le plus en vue ce soir. Le Danois n’a pas été catastrophique, loin de là, mais son influence a été un peu trop limité. Il n’a pas toujours eu son impact habituel sur la pelouse du Matmut Atlantique, même si on notera un excellent retour défensif notamment (59′). Offensivement, il s’est surtout montré par des ouvertures et des changements d’ailes précis, mais il a eu plus de mal à aller se montrer aux avants postes. Une tête non cadrée sur corner (22′) à mettre à son actif malgré tout, ainsi qu’un carton jaune dans le « Bastien time » (44′). Victime du changement de système, il a cédé sa place à Alexandre Mendy (63′).

Younousse SANKHARÉ (6/10) : Troisième larron du milieu de terrain, Younousse Sankharé a réussi un bon match, malgré quelques approximations. Une passe offerte directement dans les pieds de Briand (12′) aurait pu coûter cher, et son raté du droit dans la surface aussi (54′)… Sa belle activité compense néanmoins tout cela. Toujours disponible, l’ancien Lillois est le milieu à s’être le plus montré offensivement, sans pour autant oublier ses tâches défensives (25′ 34′ 40′ 50′ 77′). Notre numéro 13 a gratté 12 ballons et cela a souvent été le point de départ de bon contres bordelais. En véritable joueur « box to box », il a initié plusieurs bonnes actions. Son numéro personnel méritait un meilleur sort que de frôler le poteau de Johnsson (83′). Après s’être découvert des talents de buteur, c’est en temps que passeur décisif qu’il a brillé ce soir, puisque c’est lui qui offre le troisième but à Cafu (90+2′).

MALCOM (6/10) : Après 5 rencontres de suite, où il a été élu homme du match, Malcom rentre un peu dans le rang. Pourtant sa partie est encore très intéressante ! Notre Brésilien a rapidement sollicité Johnsson (11′) et a beaucoup fait souffrir la défense guingampaise. Difficilement arrêtable, il est à de nombreuses reprises venu dézoner pour se retrouver en position de numéro 10. C’est de là, qu’il lance Kamano sur l’action qui amène le penalty (29′) et c’est encore d’ici qu’il offre une passe décisive à Alexandre Mendy (75′). Brillant, il a néanmoins manqué d’un peu de précision sur un premier face à face avec Johnsson (52′), puis d’altruisme lorsqu’il vient buter sur le portier danois au lieu de servir De Préville (70′). Averti pour un excès d’engagement (41′), il n’est pas passé très loin du rouge, et inutile de dire que devoir se passer de lui pour aller à Paris aurait été légèrement embêtant…

Nicolas DE PRÉVILLE (4/10) : Pour le moment De Préville rime avec difficile ! Il fait les efforts, il apporte dans le jeu, même si tout n’est pas encore très fluide, mais on le sent un peu trop obnubilé par le fait d’inscrire son premier but. Face à Guingamp, il avait l’occasion rêvée de le faire avec un penalty (31′), que Johnsson a malheureusement stoppé. Le fait que Kamano ait marqué derrière va sans doute éviter de trop le faire gamberger. Sur ses autres tentatives, l’ancien Rémois a manqué de précision (6′ 17′ 63′ 65′), mais on sent que les qualités sont là. En attendant que le déclic arrive, il a cédé sa place à Jonathan Cafu (74′).

François KAMANO (7/10) : Le meilleur passeur du championnat s’est mué en buteur ce soir ! Opportuniste, il a parfaitement jailli pour suivre le penalty repoussé de De Préville (31′), un penalty qu’il avait lui même obtenu. Une réalisation qui est venue récompensée une bonne première demi heure de sa part. Bien en jambes, il a alterné les dribbles et les dédoublements avec réussite. Proche d’une nouvelle offrande, il peut regretter que De Préville ait raté le cadre (6′) et surtout que Mendy n’ait pas marqué sur son décalage intelligent (70′). Toujours très vif balle au pied, il a donné des sueurs froides à Kerbrat puis à Eboa-Eboa. Valentin Vada est venu prendre sa place pour les dernières minutes (88′).

Les remplaçants :

Alexandre MENDY (++) : Son saut dans les bras de Jocelyn Gourvennec restera comme une image forte de la soirée. Décisif, Alexandre Mendy a permis à Bordeaux de reprendre l’avantage, face à son ancienne équipe, en marquant d’un tir puissant à ras de terre (75′). Son second but sous le maillot girondin fait oublier sa grosse occasion précédemment manquée (70′)

Jonathan CAFU (++) : Entrée gagnante pour Jonathan Cafu également ! Sa technique a apporté un plus à une équipe bordelaise dominatrice. Alors qu’il venait de rentrer il est au tout départ de l’action du 2-1 (75′) et est venu s’offrir son premier but girondin sur une offrande de Younousse Sankharé (90+2′).

Valentin VADA (=) : L’entrée en jeu de l’Argentin est bien évidemment trop courte pour être jugée.

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (8/10) : Jocelyn Gourvennec a trouvé son équipe type, et ça marche ! Evidemment, tout n’a pas été parfait, mais son onze de départ est cohérent et son coaching a été très bon. Notre entraîneur n’a pas hésité à prendre des risques en faisant rentrer un attaquant (Mendy) à la place d’un milieu (Lerager). Alexandre Mendy va faire la différence, tout comme un deuxième entrant : Jonathan Cafu. Si Bordeaux réussit un excellent début de championnat, sur son banc Jocelyn Gourvennec n’est pas loin du sans faute lui non plus !

La Rédaction




Laisser un commentaire