Nicolas Pallois

FC Girondins de Bordeaux 1 – 0 FC Kairat Almaty 24795 spectateurs

Les joueurs alignés pour Bordeaux : Prior – Guilbert, Yambéré, Pallois, Contento (Poundjé 14′) – Poko, Traoré (Maurice-Belay 71′), Saivet, Khazri – Rolan (Crivelli 83′), Kiese Thelin.

Buteur(s) : Khazri (27′)

Avertissements pour Bordeaux : Crivelli (87′)

Après un nul arraché à Saint-Etienne, les Girondins de Bordeaux recevaient ce soir le Kairat Almaty, à l’occasion du barrage aller de la Ligue Europa. La mission était simple, s’imposer avec un écart le plus important possible. Tout en montrant un visage séduisant, ce qui fait défaut aux bordelais depuis bien longtemps.

A la fin de cette rencontre, c’est que l’on se demande vraiment si Bordeaux veut la jouer cette compétition. Comme d’habitude ou presque, les Girondins ont bien démarré, trouvant un corner (2e). Mais, ensuite, il ne s’est pas passé grand-chose de plus. Le premier fait de match est intervenu à la 14′, quand Diego Contento, claqué à la cuisse droite, a été remplacé par Maxime Poundjé. C’est d’ailleurs le nouvel entrant qui a allumé le premier pétard sur une demi-volée à 25-30 mètres (17′). Malheureusement, son action n’a pas été décisive. Whabi Khazri, jusqu’ici très brouillon, a lui su envoyer un pétard mais sous la barre. Servi par Henri Saivet, le tunisien a bénéficié de l’appel d’Isaac Kiese Thelin pour s’ouvrir une fenêtre de tir sur son pied droit. Un ballon enroulé, à la trajectoire parfaite, le gardien adverse n’a pu que constater les dégâts. Du côté kazakh, Isael, le brésilien ailier droit, a été le seul dans les 45 premières minutes a créer du danger. Sa frappe limpide (30′) à 25 mètres a fleurté avec la barre de Jérôme Prior. Mais sinon, le match n’a pas été terrible… Bordeaux a trouvé le montant a deux reprises (coup franc direct de Saivet (34′), pointu d’André Poko (59′) après un petit pont dans la surface, s’il vous plait). Si les hommes de Willy Sagnol se sont imposé ce soir, c’est uniquement grâce à l’éclair de génie que le Kairat n’a pas eu. Sinon, au niveau des occasions dangereuses, c’est du 50%/50%. 10 tirs à 6, seulement 16 tentatives pour les deux équipes confondues… Cette stat’ résume a elle seule le manque d’allant offensif dans cette partie. Le symbole, quand Henri Saivet attend, patiemment, au milieu de terrain, à la 93ème minute, du soutien. Incompréhensible. Les sifflets et la bronca montée dans le stade était à ce moment on ne peut plus logique. En plus, la suite va être bien compliquée… C’est probablement ça le plus inquiétant, lorsqu’on voit à l’horizon un road trip à Lille dimanche et au Kazakhstan jeudi prochain. Ça promet.

Le coach annonçait «la double confrontation de la saison». Pour se faire, il va falloir assurer deux voire trois fois plus qu’ils ne l’ont fait ce soir. Les bordelais ont réalisé une prestation terne, sans relief. Au moins, on se souviendra du 27 Août comme étant le trajet le plus long de l’histoire en Coupe d’Europe. Enfin, pour garder un bon souvenir, il faudra gagner au Kazakhstan et après cette première confrontation, une chose est certaine, c’est pas gagné !