Jaroslav Plasil

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Lorient (2-0).

Le joueur AG du match :

Jaroslav PLASIL (7/10) : Déjà brillant à Montpellier samedi, Jaroslav Plasil confirme, que même à 34 ans, il est un élément indispensable du jeu bordelais. Véritable métronome au milieu du terrain, notre numéro 18 semble retrouver une seconde jeunesse depuis quelques temps et ce n’est pas pour nous déplaire. Auteur de l’ouverture du score sur une frappe de l’intérieur du pied (44′), le Tchèque avait déjà obligé Chaigneau à sortir le grand jeu sur un premier tir superbe (7′). A l’origine de nombreuses actions bordelaises en première période (3′ 9′ 36′), il réalise un joli numéro de duettiste avec Touré en fin de rencontre (77′). Mobile et disponible, malgré quelques moments plus délicats, Plasil a fait parler sa justesse technique et sa vista, et comme défensivement il a fait le travail (42′ 62′), il est élu homme du match par la Rédaction.

L’équipe :

Cédric CARRASSO (7/10) : Le nouveau capitaine bordelais réalise une prestation digne de son brassard ! Comme samedi, il garde sa cage inviolée, et s’il a sorti le grand jeu dans les dernières minutes dans l’Hérault, c’est toute la rencontre qu’il a brillé face à Lorient. Son plus bel arrêt, il le réalise sans doute sur le face à face de Philippoteaux (61′), mais avant cela face à Paye (9′) ou après face à Jeannot (89′), il a tout simplement été irréprochable. Bon dans les airs et serein le reste du temps, malgré une relance ratée (17′), il peut aussi remercier Touré (26′) ou Guerreiro pour leur maladresse (81′).

André POKO (6/10) : La Coupe de la Ligue semble réussir à André Poko ! Très bon au tour précédent face à Monaco, le Gabonais a réalisé un nouveau match très intéressant contre Lorient. Il nous a fatigué rien qu’à le regarder, tant il a multiplié les courses dans son couloir droit, étant un vrai modèle de générosité. Beaucoup, beaucoup de montées à mettre à son actif donc et d’entrée 2 belles occasions offertes à Rolan (3′ 7′). Malheureusement la qualité de ses centres n’a pas souvent été au rendez-vous. Défensivement, il a été éliminé à quelques reprises (22′ 86′), mais a globalement bien tenu son poste, réalisant plusieurs jaillissements (53′ 67′ 76′) et un tacle important pour empêcher un tir lorientais (65′). S’il reste un peu maladroit (32′), André Poko est clairement en progrès à ce poste de latéral !

Frédéric GUILBERT (7/10) : C’est incontestablement en défense centrale que Frédéric Guilbert donne la pleine mesure de son talent ! Comme en fin d’année dernière, il a brillé à ce poste, se montrant très intelligent dans ses placements et ses déplacements. Ses tacles à la « Planus » ont été parfaitement maîtrisés (26′ 48′ 87′) et ses interventions toujours pleines de sang froid (2′ 22′ 33′ 53′ 64′). Malin, appliqué et rayonnant dans l’axe de la défense, il a été d’une justesse remarquable, se permettant même le luxe d’une petite escapade balle au pied en fin de rencontre (90+1′). Si l’on doit lui faire un petit reproche, on notera quelques imprécisions sur son jeu long, mais difficile de lui en tenir rigueur tant il impressionne.

Cédric YAMBÉRÉ (6/10) : Moins en vue que son compère de la défense centrale, Cédric Yambéré n’a pas pour autant démérité ! Catastrophique en Coupe de France avec Sané à ses côtés, notre numéro 21 confirme qu’il semble bien meilleur associé à Guilbert. Sobre et propre, il a été solide dans les duels aériens et a très souvent eu le dernier mot face aux attaquants lorientais (29′ 75′ 82′). En fin de rencontre, il a été très important pour couper de nombreux centres bretons (79′ 81′ 83′ 86′). Il est malgré tout l’auteur d’une mauvaise relance qui aurait pu coûter cher (33′), mais cela ne gâche pas sa bonne prestation d’ensemble.

Diego CONTENTO (5/10) : A l’issue de cette rencontre, il n’y a pas énormément de choses à reprocher à Diego Contento. Battu sur quelques duels (54′ 89′) qui ont amené des situations intéressantes pour Lorient, il a plutôt bien tenu son couloir sur l’ensemble des 90 minutes. Présent et concentré, il a écarté le danger quand il se présentait (59′). Offensivement, l’ex joueur du Bayern souffre de la comparaison avec Poko, car si l’on a énormément vu le Gabonais, lui a été plus discret. Quelques montées et des combinaisons avec Ounas ou Plasil, mais qui se sont très rarement terminées par des centres, si ce n’est des ballons trop longs (42′ 90+2′).

Abdou TRAORÉ (5/10) : Avec le départ d’Henri Saivet, Abdou Traoré se voyait offrir une nouvelle titularisation. Loin d’être extraordinaire, il a tenu son rang, sans grand éclat, mais sans erreur. Pendant une grosse demi-heure, il s’est montré trop discret et trop frileux, se contentant de passes courtes et de prises de risques minimales. Un peu plus présent par la suite, il a semblé prendre confiance, réalisant notamment des changements d’ailes intéressants (50′ 69′). Défensivement, il a fait ce qu’il fallait, mais a été en retard sur certains duels, laissant parfois ses coéquipiers aller au charbon à sa place.

Nicolas MAURICE-BELAY (5/10) : Comme depuis quelques temps, c’est dans le coeur du jeu que l’on a retrouvé Nicolas Maurice-Belay face à Lorient. Notre gaucher a beaucoup gêné la défense bretonne par ses prises de balle et son jeu entre les lignes. Malheureusement, comme lorsqu’il évolue dans le couloir, il a souvent eu du mal à aller au bout de ses actions, malgré des bons décalages pour Rolan (6′) ou Crivelli (40′). Pas toujours bien inspiré, il a fait quelques mauvais choix (49′) et perdu plusieurs ballons à des endroits stratégiques du terrain. Défensivement, lui aussi à fait sa part du travail, sans paraître au dessus du lot. Valentin Vada (67′) a pris sa place, se montrant tout de suite très disponible et juste dans ses transmissions. L’Argentin a même pris sa chance sans succès (77′).

Adam OUNAS (6/10) : Homme du match au tour précédent, Adam Ounas a été le meilleur du trio offensif du soir, sans pour autant atteindre le même niveau que contre Monaco. Evidemment, lorsqu’il a le ballon dans les pieds, c’est souvent un véritable régal (5′ 59′ 70′) et un calvaire pour ses adversaires, mais il a parfois tendance à en faire un peu trop au lieu de choisir une solution plus simple et efficace (38′ 55′ 78′). Peu en réussite dans ses tentatives (28′ 35′), le Franco-Algérien est tout de même décisif, puisque c’est lui qui tire le corner amenant le csc lorientais (56′). Logiquement fatigué de ses efforts, il a cédé sa place à Jussiê (84′pour les dernières minutes de la rencontre.

Enzo CRIVELLI (4/10) : Cheick Diabaté laissé au repos, c’est Enzo Crivelli qui occupait la point de l’attaque girondine pour ce match. Si le Malien a marqué des points avec 3 buts lors des 2 dernières rencontres, l’International Espoir n’a pas connu le même succès. Sur sa seule véritable opportunité, servi par une louche de NMB, il a poussé trop loin son ballon et n’a pas pu armer sa frappe (40′). Cerné et pris par la défense centrale des Merlus, Enzo Crivelli a eu du mal à exister et à remporter ses duels. Utile par ses décrochages et son jeu dos au but, il n’a pas souvent pu se retourner et est apparu relativement isolé. Des efforts comme toujours, mais une partie compliquée et un nouveau carton jaune (90′) à mettre à son actif.

Diego ROLAN (4/10) : Que d’occasions gâchées pour Diego Rolan ! D’entrée, seul au second poteau il manque le cadre (3′), avant de voir sa tête subir le même sort (7′), d’armer une frappe molle (37′) et de buter sur Chaigneau dans la foulée, alors qu’il était idéalement placé (37′). Cela fait beaucoup pour un seul homme… Heureusement la qualification assurée sa maladresse est quelque peu pardonnée, d’autant plus qu’il est à l’origine du but de Plasil (44′). Quelques belles accélérations et un travail défensif abouti donnent également du crédit à son match, même si sa seconde période est plus discrète. Thomas Touré (76′) l’a remplacé et s’est mis en évidence quelques secondes plus tard avec un échange avec Plasil et une jolie frappe (77′). Si son entrée à Montpellier a été très légère, il a cette fois fait les efforts et a été utile dans la conservation du ballon.

La qualification est donc en poche pour Bordeaux, vainqueur de Lorient (2-0). Malgré le départ de Saivet, sans doute bientôt imité par Sané, les Girondins ont effectué une rencontre de qualité. Offensivement maladroits à l’image de Diego Rolan, ils ont pu compter sur un Jaroslav Plasil rayonnant au milieu, sur un Cédric Carrasso efficace et sur une défense rassurante pour assurer leur passage en demi-finale. Place désormais au championnat, avec la réception de Lille samedi (20h). Allez Bordeaux !

La rédaction AG



Laisser un commentaire