Deception Malcom / Hazem Haj Hassen

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Nantes (3-4).

Le joueur AG du match :

Adam OUNAS (6/10) : Comme souvent, Adam Ounas a apporté de la fraîcheur et un peu de folie à cette équipe bordelaise. Homme du match pour la Rédaction, le numéro 10 du soir a fait des dégâts dans la défense nantaise. S’il n’a pas réussi à marquer sur une frappe contrée (36′) et sur un coup franc vicieux (70′), le Franco-Algérien offre une magnifique passe décisive à Poko (51′). Très bon et précis avec son pied gauche, il a donné plusieurs ballons intéressants au Gabonais dans son couloir (27′ 32′). Même s’il a encore tendance à en faire trop (4′ 68′) et qu’il perd quelques balles de contre, il a clairement été le girondin le plus dangereux. Face à notre défense, il se régalerait ! Sans doute trop bon pour cette équipe, il est sorti et a été remplacé par Malcom (81′) Le Brésilien a parfaitement pris le relais en étant incisif sur le côté ! Sur une frappe du gauche détournée, il signe son premier but sous le maillot girondin (98′), qui grâce à ses partenaires de la défense n’aura servi à rien. Malcom aurait également mérité une passe décisive sur ce contre, parfaitement négocié et ce centre mal repris par Haj Hassen, directement sur Dupé (104′).

L’équipe :

Jérôme PRIOR (5/10) : Bernardoni, Prior : même combat ! D’entrée, le gardien girondin doit s’incliner devant Bammou (6′), pour le premier des 4 buts encaissés ce soir. Sur ceux de Sightorsson (65′) et Bedoya (119′), il ne peut pas grand chose, alors que sur celui d’Audel (114′), il ne repousse pas suffisamment la première frappe nantaise… Quelques instants auparavant, il avait miraculeusement évité le 3-3, en sortant une double parade énorme (116′). Le reste du temps, il a plutôt bien tenu son rôle, se montrant efficace dans les airs (59′ 79′ 113′), même s’il fût lobé sur un centre adverse (41′). Peu importe qui joue dans le but, sans défense, que ce soit Ali Ahamada ou Manuel Neuer le clean sheet est impossible…

André POKO (4/10) : De retour à un poste qui n’est pas le sien, André Poko a, comme d’habitude, fait ce qu’il a pu… Buteur sur un super service d’Ounas (51′), il aurait même pu être l’un des héros du match… Une réalisation qui est venue récompenser sa volonté d’aller de l’avant, mais hormis ce but, ce fût un festival de déchet technique ! Son jeu de passes (27′ 32′ 36′ ) et sa conduite de balle (9′ 40′ 43′) sont toujours indignes du niveau professionnel. Défensivement, il a réussi quelques interventions (28′ 41′ 55′ 105′), mais il a encore une fois laissé un espace incroyable dans son dos (13′ 28′ 64′ 78′ 97′). Certes il a la volonté, mais c’est très insuffisant, surtout quand on voit les matches de Mathieu Debuchy…

Jean AMBROSE (1/10) : Que dire ? Prometteur lors de sa première à Angers, il n’a pas du tout été au niveau aujourd’hui. Ce soir, fébrile d’entrée dans ses relances (1′ 2′), Jean Ambrose plombe le match des Girondins. Il n’est pas le seul évidemment, mais sa tentative de dribble associée à une glissade permet à Nantes d’égaliser (66′). Qu’un ailier ou un attaquant tente un petit numéro technique, évidemment, quand on est défenseur central d’une équipe en difficulté, non et 100 fois non ! Quelques minutes plus tard, il est à deux doigts de reperdre le ballon en se cassant la figure (77′), avant d’être baladé par Bammou (78′). Enfin, sur le 4ème but, il tergiverse, offre le corner de Nantes et ne prend même pas la peine de sauter pour prendre la balle à Bedoya (119′), un combo perdant qui précipite l’élimination girondine… Des erreurs inadmissibles à ce niveau ! Évidemment, tout n’était pas mauvais dans son match, mais à côté de tout cela, ses bonnes interventions aériennes passent au 78ème plan (50′ 58′ 84′)

Lamine SANÉ (3/10) : Il aura fallu 6′ seulement à Lamine Sané pour se planter lamentablement ! D’une passe nullissime il perd le ballon et met en difficulté toute l’équipe, ce qui provoque l’ouverture du score nantaise (6′). Une nouvelle erreur individuelle qui se transforme en véritable handicap pour l’équipe. Si le scénario qui s’en suivra est fou, Bordeaux a dû courir après le score à peine la rencontre commencée. Malgré cette boulette, le Sénégalais s’est plutôt bien repris depuis, en imposant plusieurs fois ses qualités physiques (13′ 43′ 90′). Son attitude n’est pas à remettre en cause sur ce huitième de finale, on l’a souvent vu parler et remotiver les troupes, mais sur le terrain il n’a pas toujours montré l’exemple, se montrant notamment trop attentiste devant Bammou (89′) et en retard sur plusieurs actions nantaises en fin de prolongations…

Maxime POUNDJÉ (4/10) : Titulaire en l’absence de Diego Contento, Maxime Poundjé a encore montré beaucoup de signes de faiblesse ce soir. Son couloir gauche a beaucoup été arpenté par les Canaris qui sont notamment passé par là pour obtenir le coup franc du 3-3 (114′). Ce ne fût pas une autoroute malgré tout et notre latéral s’est accroché, réalisant quelques interventions bien senties (18′ 43′ 54′). A deux reprises il a même été décisif en contrant les attaquants nantais dans la surface (26′ 73′), malheureusement ses sacrifices ont également été accompagnés par beaucoup d’approximations et d’erreurs de marquage (41′ 79′ 85′). Offensivement, ses montées ont souvent été stéréotypées (32′ 33′) et trop rares. En fin de match, il prend sa chance et allume le Virage Sud, alors qu’il y avait beaucoup mieux à faire et du monde dans la surface (83′)

Abdou TRAORÉ (3/10) : Ce n’est pas encore ce soir que l’éternel espoir bordelais s’est révélé ! Son impact au milieu du terrain a été réduit au strict minimum. Quelques récupérations, 2-3 accélérations et voilà comment passer 120′ sans trop se faire remarquer… Auteur de plusieurs pertes de balles dangereuses (4′ 39′), il s’est surtout concentré sur ses tâches défensives, sans trop de réussite et en courant souvent derrière le ballon. Offensivement, il a tout simplement été transparent, une fois de plus serait-on tenté de dire… Il a pas mal touché le cuir, mais n’a pris aucun risque, n’a créé aucun décalage et ne s’est presque jamais projeté vers l’avant, et quand il l’a fait, il a systématiquement buté sur un nantais (24′ 34′).

Valentin VADA (5/10) : Contrairement à Abdou Traoré, Valentin Vada s’est beaucoup montré ce soir. Titulaire dans un rôle plus défensif, l’Argentin n’a pas tout réussi, et a connu un début de match très délicat, n’arrivant notamment pas à prendre le ballon à Bammou sur le 0-1 (6′). S’il a parfois perdu le ballon aux abords de la surface (53′ 92′) et donné des munitions aux Canaris, il s’est beaucoup battu et s’est illustré à la récupération (45′ 47′ 70′ 72′). Offensivement, il a permis de créer des décalages, trouvant souvent une solution adaptée sur les côtés (41′ 42′ 83′ 85′). Passeur décisif pour Crivelli sur un coup franc parfaitement tiré (22′), il a pourtant connu pas mal de déchet dans ce domaine, gâchant quelques munitions (17′ 68′ 90+2′).

Thomas TOURÉ (3/10) : Titularisé sur le côté gauche de l’attaque bordelaise, Thomas Touré n’a pas souvent fait les différences nécessaires. Malgré une envie débordante et quelques jolis numéros techniques (8′ 62′), ses courses n’auront au final pas apporté grand chose. Sa seule tentative a nettement fui le cadre de Dupé (85′). Maladroit offensivement donc et défensivement aussi. On ne pourra pas lui reprocher de ne pas avoir été actif pour aider ses partenaires, mais sa volonté s’est surtout traduite par des fautes … Sur l’une d’elle il écopera d’un carton jaune (72′) et surtout sur une autre totalement évitable, il concède le coup franc amenant le 3-3 (114′). Intéressant lors de son entrée face à Rennes, il n’a pas confirmé ses bonnes dispositions actuelles.

Enzo CRIVELLI (5/10) : Du bout du pied sur un coup franc de Vada, Enzo Crivelli a inscrit le premier but girondin (22′). Un but arrivé après un début de match où il n’avait pas énormément pesé. Plutôt à l’aise par la suite, il ne peut convertir un très bon service de Rolan, en étant contré in extremis par la défense nantaise, avant de trouver la barre sur sa tentative suivante (37′). Une occasion qu’il aurait certainement pu un peu mieux négocier. Intéressant par moments avec son jeu dos au but (40′), il n’a pas toujours pu ou su combiner avec ses coéquipiers de l’attaque. Moins en vue après la pause, il a cédé sa place à la 77′ à Hazem HAJ HASSEN (4/10)Surprise du groupe convoqué par Willy Sagnol, le Tunisien a déjà débloqué ses statistiques en étant passeur sur le but de Malcom (98′). Malheureusement, il aurait du aussi être buteur sur un superbe service du Brésilien, mais sa tête, trop molle, n’a trouvé que Dupé (104′), alors qu’il y avait la place de la mettre ailleurs dans le but… Pour le reste, une frappe plus qu’écrasée (92′) et une main venue gâcher la dernière balle d’égalisation (120′). Pour le reste, il a essayé de jouer en première intention, mais a souvent manqué de précision.

Diego ROLAN (4/10) : Surprenant capitaine du soir, Diego Rolan n’a pas réussi à conduire ses coéquipiers à la victoire. L’Uruguayen n’a pas réalisé sa meilleure prestation de la saison, loin de là. Sans être catastrophique, il n’a pas souvent su se mettre en position favorable. On notera tout de même une bon ballon offert à Crivelli (37′) et un tir enroulé hors cadre (88′). Comme d’autres, notre numéro 9 a tenté de mettre du rythme en jouant en une touche, mais sans réussite la plupart du temps. Souvent bien cerné, il y avait toujours ou presque un pied qui venait le gêner et l’empêcher de passer. Pour la dernière partie des prolongations il a cédé sa place et son brassard à Jaroslav Plasil (106′). L’entrée du Tchèque associée à un changement de système a été un échec total comme en témoigne le score passé de 3-2 à 3-4…

L’entraîneur :

Willy SAGNOL (0/10) : Normalement, nous ne notons pas la « prestation » de Willy Sagnol et de son staff, mais ce soir ce n’est plus possible ! Bien vissé sur son siège, qui n’a rien d’éjectable, notre entraîneur réalise une belle saison pourrie, en toute tranquillité ou presque ! Combien d’humiliations allons-nous encore devoir subir ? Quelle équipe sera la prochaine à nous marquer 4 ou 5 buts ? Ce soir, notre coach avait décidé d’aligner une équipe « bis ». Exit les cadres habituels, on tente un peu tout et n’importe quoi, et on confie le brassard à Diego Rolan, vous me direz on l’a bien confié à Yambéré… On fait donc jouer une équipe de « remplaçants » pour un match de Coupe de France, à domicile, face à l’ennemi nantais ! Alors oui, à Angers avec une formation presque équivalente, nous étions allés chercher la qualif’, mais à cette époque, Bordeaux était en forme, revenait dans le coup en championnat et était dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue, mais là, pourquoi ? Quel était le match le plus important de la semaine entre celui-ci et Guingamp, où l’enjeu sera de conforter une 11ème place ? Alors on veut bien, les titulaires habituels n’auraient peut-être pas fait mieux, mais prendre ce risque, là comme ça, aujourd’hui, alors que c’est notre dernière chance de sauver notre saison, c’est non ! La plupart de ses choix de départ se sont avérés perdants… Et puis le coaching, parlons du coaching … Oui Malcom rentre et marque avec de la réussite, mais pourquoi avoir sorti Crivelli et surtout Ounas, les attaquants les plus dangereux ? Pourquoi changer Rolan pour mettre Plasil et désorganiser une équipe qui n’avait pas besoin de cela ? Des systèmes qui changent tous les matchs ou presque, et plusieurs fois par match ou presque, même sur FIFA (ou PES) on est plus régulier à ce niveau… Certes Willy Sagnol n’est pas sur le terrain et n’est pas responsable des énormes erreurs individuelles systématiques de ses « joueurs », mais à un moment donné, il faut que les choses changent… Vous me direz ça change de temps en temps, on en prend 4, des fois 5 et des fois 6… Jean Tigana et Francis Gillot se sont fait « taper » pour moins que ça.

Encore une fois, c’est une soirée de m**** que nous aurons vécu ! Éliminés au terme de la prolongation (3-4), les Girondins ont sans aucun doute fait une croix sur la saison 2015-2016, qui restera comme un cuisant échec… D’une incroyable faiblesse défensive, Bordeaux encaisse de nouveau 4 buts, et encore à domicile, et face à Nantes pour que l’humiliation soit totale. Malgré quelques bonnes séquences et un Adam Ounas en jambes, les Girondins ont été plombés par une arrière garde catastrophique, à l’image du néophyte Jean Ambrose, coupable sur 2 des 4 buts. Peu importe qui joue, on a l’impression que rien ne change dans cette équipe. Sur le banc, Willy Sagnol est toujours en place, malgré des erreurs indiscutables… Que faire à part subir et supporter ? Mais p**** c’est dur d’être bordelais !

La rédaction AG