Enzo CRIVELLI  /  Vincent BESSAT

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Nantes (2-1).

Le joueur AG du match :

Diego ROLAN (8/10) : C’est lui ! Lui, l’homme du match pour la rédaction, mais surtout le dernier buteur de l’histoire de Lescure. Auteur d’un doublé (20′ 69′), l’Uruguayen a confirmé qu’il pouvait endosser le rôle du goleador de service cette saison ! Joueur offensif le plus en vue, Diego Rolan a mis Riou à contribution une première fois (8′), avant de le tromper sur penalty (20′), puis de trouver ses gants sur une jolie tête (27′). S’il n’a pas toujours fait les bons choix, notre numéro 9 a été dans tous les bons coups et s’est dépensé, multipliant les appels et les courses. En seconde période, il délivre tout un stade en reprenant victorieusement la passe de Crivelli (69′). Un doublé historique donc, qui vient couronner une prestation plus que réussie, conclue également par une série de dribbles, comme pour régaler Lescure une dernière fois (83′) !

L’équipe :

Cédric CARRASSO (5/10) : Tout de rouge vêtu, Cédric Carrasso n’a pas réussi de « clean sheat » pour cette dernière. La faute à M.Gautier, qui a accordé un penalty qui n’avait pas lieu d’être aux Nantais. Veretout ne s’est pas gêné pour le transformer (15′). Quelques secondes avant, notre portier s’était interposé sur un tir flottant de Rongier (13′). Cet arrêt est le seul véritable qu’il a eu à effectuer. Le reste du temps, il a été très vigilant sur une autre frappe du milieu nantais (49′) et surtout présent sur la dernière action de Bessat (90′). Impérial dans les airs, il a en revanche connu beaucoup trop de déchet dans son jeu au pied (28′ 42′)

MARIANO (5/10) : Soirée paradoxale vécue par notre Brésilien ! Son début de rencontre est poussif, malgré une belle activité dans son couloir, et surtout gâché par le penalty concédé sur Bangoura (14′). Difficile de lui en vouloir malgré tout, puisque avant d’accrocher involontairement le Nantais, il avait été victime d’une faute indiscutable ! Peut-être perturbé par cette action, Mariano a eu du mal à se remettre à l’endroit, manquant des choses simples, comme un contrôle basique (17′). Revenu dans son match, il a ensuite parfaitement défendu, jusqu’à la dernière action de Bessat (90′) et a souvent apporté le surnombre. S’il a pu créer le danger (27′ 64′), il a aussi perdu trop de fois le ballon (28), même si à sa décharge, il est celui qui en a touché le plus (87).

Cédric YAMBÉRÉ (6/10) : De nouveau titulaire, Cédric Yambéré a sorti une prestation très propre face aux Canaris. Souvent bien placé, l’ancien capitaine de la CFA a bien muselé les attaquants nantais. Appliqué (85% de passes réussies), il a fait parler sa puissance et n’a pas hésité à jaillir à bon escient pour couper les actions adverses (45′ 78′ 80′). Malheureusement, il a trop souvent eu tendance à dégager le ballon n’importe comment (17′), même lorsqu’il n’y avait pas de danger…

Nicolas PALLOIS (5/10) : Comme son compère de la défense centrale, Nicolas Pallois n’a pas énormément été inquiété par les attaquants nantais. S’il a bien su prendre Bangoura au marquage (4′ 33′), il est en revanche coupable de plusieurs erreurs, dont l’une d’elle aurait pu coûter cher, sur la frappe de Rougier (13′). Plus à l’aise et appliqué après le repos, il a, en revanche, trop souvent abusé des longs ballons, sans toujours ajuster ses transmissions.

Diego CONTENTO (4/10) Encore une fois, Diego Contento n’aura pas franchement brillé sous le maillot girondin. Défensivement, il n’a pas beaucoup été mis à contribution, mais les rares fois où se fut le cas, il n’a pas semblé très serein, se mettant même en danger tout seul par moment. Averti pour un tacle sur Cissokho (49′), il sera suspendu pour la réception de Montpellier. L’italo-allemand n’aura gagné que 8 ballons pour 17 perdus. Des ballons perdus, notamment lors de ses montées trop souvent mal conclues, par une frappe non cadrée (27′) ou par des centres non précis (49′ 75′). A noter tout de même qu’il est au tout départ du but de la victoire (69′).

Grégory SERTIC (5/10) : Capitaine pour cet Adieu à Lescure, Grégory Sertic retrouvait un poste de sentinelle par la même occasion. Intéressant à la récupération (11 ballons gagnés), le numéro 8 des Girondins a livré une belle bataille au milieu du terrain. Présent au pressing (39′), il a quelques fois laissé traîner et a été averti d’un carton jaune (53′). Pas toujours impérial dans le coeur du jeu, il a connu quelques difficultés à contenir Veretout. Offensivement, malgré sa position reculée il a su se procurer deux occasions, mais a manqué de précision (12′) ou de puissance (44′). Le franco-croate a cédé sa place à Nicolas MAURICE-BELAY (67′). Véritable joker de luxe, le gaucher a fait beaucoup de bien aux Girondins et a été décisif sur sa première action en trouvant Enzo Crivelli (69′). Une avant-dernière passe décisive qui ne compte pas dans les stats, mais qui est très précieuse sur le terrain. Inspiré et volontaire comme toujours lorsqu’il rentre !

Clément CHANTOME (6/10) : L’ambiance bouillante de cette rencontre a semble-t-il réveillé Clément Chantôme ! Très décevant ces dernières semaines, l’ancien Parisien a retrouvé ses jambes et sa science du jeu au bon moment. Impérial à la récupération (18 ballons gagnés), il a souvent aimanté le cuir, n’hésitant pas à aller le chercher dans les pieds nantais (10′ 58′). On l’a également vu très souvent orienté le jeu à bon escient. Offensivement, on reste toujours un peu sur notre faim, notre dernière recrue donnant l’impression de jouer parfois avec le frein à mains lorsqu’il s’approche de la surface adverse, à l’exception d’une jolie frappe qui a mis Riou en difficulté (44′).

Jaroslav PLASIL (6/10) : A l’image de Clément Chantôme, Jaroslav Plasil a retrouvé un second souffle pour l’événement. Très en vue tout au long de la rencontre, le Tchèque a livré un match plein. Au contact de Vizcarrondo pour le penalty obtenu (19′), notre numéro 18 a fait parler sa lecture du jeu pour créer des décalages très intéressants (32′ 44′ 84′). Même si son nombre de ballons récupérés n’est pas impressionnants (11), il est allé au combat et a annihilé quelques actions dangereuses (70′ 82′). A la limite de la rupture en fin de match, il n’a jamais lâché et tenu son rang durant les 90 minutes.

Wahbi KHAZRI (4/10) : On l’imaginait bien en héros de cette soirée si spéciale… au final il aura été la déception de ce match. Le Tunisien a donné l’impression de ne jamais pouvoir prendre le jeu à son compte lors de cette rencontre. Peu précis sur coups de pieds arrêtés (6′ 7′ 66′) ou dans ses dribbles (8′), il a souvent fait les mauvais choix (27′). Trop timide, on n’a pas reconnu le feu follet habituel. Khazri a perdu beaucoup trop de ballons pour peser sur les débats (19). Tout ça aurait pu être effacé s’il avait cadré sa reprise de volée, alors qu’il était idéalement placé dans la surface… malheureusement il n’a trouvé que la transversale de Riou (64′). Comme un symbole, Marc Planus (90+1′) est venu prendre sa place, histoire de tenir le score, mais surtout de refouler cette pelouse une dernière fois !

Isaac KIESE THELIN (4/10) : Étrange sentiment que nous laisse IKT ! Quand il n’est pas là, on regrette ses qualités de remiseur et de combattant qui servent beaucoup à ses coéquipiers, et quand il est présent comme ce soir, on se demande parfois ce qu’il apporte… Certes son jeu dos au but et ses quelques déviations bien senties (5′ 38′) lui donnent un peu de crédit, mais à côté de cela, c’est un peu juste ! Censé compenser l’absence de Diabaté, le Suédois ne comble pas le vide laissé par le Malien pour l’instant en tout cas. Devant le but, hormis une tête non cadrée (4′) il aura été beaucoup trop discret. Bien pris par la défense centrale nantaise, Kiese Thelin a eu du mal à exister. Entré à sa place, Enzo Crivelli (62′) aura été un des grands bonhommes de la soirée ! Le jeune attaquant débloque ses statistiques en ce jour si spécial, et grâce à son subtil et superbe décalage pour Rolan, devient le dernier passeur décisif de l’histoire de Lescure (69′). Une récompense juste pour le vainqueur de la Gambardella 2013 qui est allé au combat durant chaque seconde, parfois un peu trop (87′). Parfois limité techniquement, il a compensé par son jeu de corps et par sa volonté de tous les instants. Un guerrier, un vrai, et pour un combat comme celui là, c’était parfait !

Une journée fantastique et une soirée magique, que demander de plus ? Poussé par un public en transe, les joueurs ont répondu présents dans l’engagement et dans le résultat surtout avec ce court, mais précieux succès (2-1). Capitale dans la course à l’Europe (3 points d’avance sur Montpellier pour la 6ème place), cette victoire l’est évidemment aussi et surtout pour la symbolique. Avec un Diego Rolan double buteur, Bordeaux a réussi ce qu’il devait faire : rendre un bel hommage au Parc Lescure. Entré en jeu pour les dernières secondes, après avoir reçu plusieurs ovations, Marc Planus restera évidemment aussi comme l’un des hommes de la soirée… Une soirée si parfaite, dont on se souviendra très longtemps. Très émus de quitter notre stade… mais impatients de découvrir notre nouveau « chez nous » dans deux semaines contre Montpellier, pour peut-être une finale pour la 6ème place. Avant cela, il y a un déplacement à Lyon (samedi 21h), et une revanche à prendre. Allez Bordeaux !

La rédaction AG



Laisser un commentaire