7 mois sans gagner à l’extérieur ! C’est sur ce triste constat que nous avons quitté les Marine et Blanc après le match au Moustoir contre Lorient et une défaite 3-2, le dimanche 4 octobre. Deux semaines après et en ayant traversé une trêve internationale, les joueurs auront forcément à cœur de se rattraper devant leur public, eux qui connaissant un début de saison très difficile. D’autant qu’ils affronteront une équipe qui leur réussit en général bien…

FCGB – MHSC : Le passé

Le chiffre

18 : 22 rencontres entre Bordelais et Montpelliérains depuis 1982, qui s’expliquent notamment par les différentes relégations des deux équipes. Sur ces 18 matches, il y en aura même un de Coupe de La Ligue, en 1997. Pourtant, ce n’est pas ce chiffre qui nous intéresse dans ces rencontres disputées à Lescure, mais bel et bien le nombre très important de victoires : 18 ! Ce qui représente un pourcentage de victoires de 82%. Mieux, et cela aurait même pu être le chiffre de cet avant-match, les Pailladins ne se seront imposés qu’une seule fois à Bordeaux, en 2003, et sur le plus petit des écarts (0-1, but de Bamogo). Les trois rencontres restantes ne sont donc que des nuls, dont aucun ne s’est fini en 0-0. Autrement dit, on ne s’ennuie en général pas contre les Orange et Bleuu, qui sont en général gage de buts et de victoires pour les Girondins.

La saison dernière

2-1 : Comment, mais comment oublier ce match ? 23 mai 2015. Deux semaines avant, les Bordelais faisaient leurs adieux au Stade Chaban-Delmas avec une victoire contre Nantes, marquée par un doublé de Diego Rolan… Ce même Diego Rolan qui s’illustrera donc contre Montpellier afin d’inaugurer on ne peut mieux un Nouveau Stade de Bordeaux plein à craquer ! C’est après une frappe de Chantôme puis une belle passe décisive de Crivelli que l’Uruguayen inscrira un nouveau doublé, rentrant dans l’histoire des Girondins. Le but de Bakar à la 63ème ne changera rien à la belle fête du soir.

Joueur AG du match : Diego Rolan

FCGB – MHSC : Les forces en présence

Pourrait-on parler de combat d’infirmes dans le match de dimanche prochain ? Vu les dispositions actuelles des deux équipes, le terme, bien qu’un peu fort (et surtout humoristique) ne semblerait pas inapproprié ! Le temps presse en effet pour les Girondins, qui n’ont empoché que 2 victoires en 9 journées de Ligue 1. Si les matches nuls contre Paris ou encore Saint-Étienne sont de bons résultats, on ne peut pas en dire de même des défaites contre Reims, Lorient ou évidemment de la fessée 6-1 infligée par Nice… En plus de ça, les Marine et Blanc semblent connaître des carences sur (presque) toutes les lignes. Que ce soit celle de la défense, où, si Pallois reste le meilleur joueur de la saison avec Khazri et sauve souvent les erreurs de Poundjé, Pablo est à un rythme d’une grosse erreur par match. Si la recrue estivale ne fait pourtant pas forcément des mauvaises parties, celles-ci sont à chaque fois gâchées par une bourde, comme contre Lorient. Diego Contento écarté du groupe, c’est un Maxime Poundjé qui enchaîne les prestations plus indigestes les unes que les autres (en plus de s’afficher piteusement sur les réseaux sociaux…) et n’est ni bon défensivement ni offensivement. Sur le couloir droit, Gajic et Guilbert semblent tous les deux avoir du mal, le numéro 2 ayant même été sorti à la 30ème minute contre Lyon sur un choix tactique de Sagnol. En attaque, le bât blesse aussi : si Crivelli semble s’imposer dans l’esprit du coach bordelais notamment par son envie, le reste semble être bien trop tendre cette saison. Diego Rolan, meilleur buteur lors de l’exercice 2014/2015, n’a ouvert son compteur but qu’à la dernière journée, contre Lorient. Kiese Thelin peine à convaincre, tandis que Touré et Diabaté sont blessés et que Jussiê est encore trop court pour enchaîner 90 minutes à un bon niveau. La bonne rentrée d’Adam Ounas, ponctuée d’un but au Moustoir, devrait forcer Willy Sagnol à l’intégrer dans le groupe, ne pouvant passer à côté du potentiel affiché. On notera aussi que les supporters commencent doucement à remettre en question la présence de Cédric Carrasso aux buts. Si le portier a réalisé de très bons matches par le passé, il semble peu à peu sur le déclin et certains quémandent de voir plus souvent Jérôme Prior, très bon lors de la blessure du numéro 16 girondin… C’est finalement au milieu que les Girondins s’en sortent le mieux, avec un Chantôme qui revient bien (deux très bons matches contre Lyon puis contre le Rubin Kazan malgré sa blessure en fin de match), un Plasil de retour et un Saivet dont le replacement en box-to-box est, on ne cessera de le répéter, une vraie trouvaille de l’ancien latéral du Bayern Munich. Évidemment, on ne peut pas, en ce début de saison, parler des Girondins sans parler de Wahbi Khazri… Le tunisien est partout sur le terrain et est énorme partout ! Derrière l’attaquant, à gauche, à droite… Son activité et sa qualité technique sont un atout indéniable pour les Girondins, à tel point que le numéro 24 en est déjà à 4 buts et 5 passes décisives en Ligue 1 (meilleur passeur du championnat). C’est bien lui qui peut, à chaque rencontre, faire basculer le score en faveur des Marine et Blanc, d’un coup de génie.

Si les Girondins connaissent un début de saison très poussif pour une équipe d’un tel calibre, les supporters Marine et Blanc peuvent se consoler en allant voir du côté de leurs homologues héraultais ! En effet, la saison de La Paillade se résumait, jusqu’à la 8ème journée de Ligue 1, à… Un seul petit point, durement acquis contre le promu Troyes. Le reste n’était que défaites ! Si les joueurs du MHSC se sont ensuite réveillés avec une victoire 2-1 contre Lorient, ils retomberont rapidement dans leurs travers en perdant 2-0 contre Lille, sur un pénalty consécutif à une scandaleuse simulation de Boufal et en ayant eux-mêmes ratés un pénalty, le premier dans la carrière de Boudebouz ! Boudebouz qui fait partie d’un recrutement loin d’être mauvais du club officiant à la Mosson, avec notamment les prêts de Yatabaré ou Bensebaini, tandis que Roussillon, auteur d’un très bon début de saison, revenait de son prêt à Sochaux. Dans le même temps, les Montpelliérains enregistraient les départs de trois hommes forts de l’équipe avec les transferts respectifs de Mounier et El Kaoutari, un temps annoncé à Bordeaux, à Bologne et Palerme. De son côté, Barrios reviendra dans le club qui l’avait prêté, le Spartak Moscou. Nul doute que les départs des meilleurs passeurs et buteurs pailladins mais aussi du taulier de la défense avec Hilton sont une explication suffisante pour expliquer le sinistre début de saison orange et bleu, le manque d’efficacité de Bérigaud  n’aidant pas… Qui doivent en plus de cela se priver de deux autres tauliers en la personne de Jourdren et de Sanson, blessés (luxation de l’épaule droite pour le premier, ligaments croisés pour le second). Yatabaré est lui aussi forfait, tout comme Saihi et Bérigaud, alors que Dabo et Bensebaini sont suspendus, ce qui n’arrangera sûrement pas les affaires d’un MHSC déjà en grande difficulté avec tous ses joueurs disponibles. Montpellier fait donc peur à voir cette saison, autant dans le niveau du jeu affiché qu’au niveau comptable (4 points engrangés en 9 matches, différence de buts de -8). En cas de nouvelle défaite contre les Girondins (ce qui serait la huitième de la saison en dix matches), Rolland Courbis, déjà sur la sellette, pourrait bien être limogé de son poste d’entraîneur…

Les deux équipes semblent donc être en difficulté ces derniers temps, même si le match devrait, si la logique est respectée, tourner en la faveur des Girondins, qui ont d’ores et déjà la faveur des pronostics face à une faible équipe de Montpellier. Attention néanmoins au sursaut d’orgueil d’une équipe qui n’a (déjà) plus grand chose à perdre… Vous retrouverez ainsi les différents pronostics, de la rédaction d’ActuGirondins comme des vôtres, dans une nouvelle brève dimanche prochain, avant le match.



Laisser un commentaire