Nampalys Mendy

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Nice (1-2)

Le joueur AG du match :

Nicolas MAURICE-BELAY (6/10) : Sa sortie a changé la face du match, simple hasard ou coïncidence ?  Quoiqu’il en soit, NMB a été l’un des seuls au niveau ce soir, pendant la grosse heure passée sur le terrain. Gêné par des douleurs au genou, il avait pourtant les jambes pour amorcer la plupart des attaques girondines (16′ 29′). On notera notamment son action qui amène le penalty (32′) et son superbe centre pour Contento (38′). Accélérateur de jeu, notre numéro 19 est désigné homme du match par la rédaction. Entré à sa place, Sessi D’Almeida (63′) a été plein de volonté, mais a souvent eu du mal à se positionner au milieu du terrain. Le jeune vainqueur de la Gambardella 2013 a plusieurs fois semblé perdu sur le terrain, mais n’a pas ménagé ses efforts. Il est l’auteur d’un bon sauvetage dans la surface (81′), mais n’aura finalement fait que retarder l’échéance.

L’équipe :

Cédric CARRASSO (4/10) : Deux tirs cadrés pour Nice et deux buts ! Les statistiques sont terribles pour Cédric Carrasso, qui n’a pas esquissé le moindre geste sur la tête d’Amavi (66′), avant d’être puni de près par Pléa (90′). Le reste du temps notre gardien a vu les tirs niçois fuir le cadre (36′ 55′). Il a plutôt été rassurant dans les airs, mais a encore montré des faiblesses dans son jeu au pied (40′)

MARIANO (3/10) : De retour à son poste de prédilection, le Brésilien n’a pas brillé ce soir. En première période, il a été relativement tranquille, même s’il est en retard sur le ciseau de Pléa (42′), avant d’être beaucoup plus en difficulté après la pause, malgré un bon retour (60′). Mariano a laissé beaucoup trop d’espace dans son dos et a été battu dans les duels par Eysseric. Son couloir droit est devenu un terrain de jeu tranquille pour les Azuréens. Offensivement, il a tenté des montées en première période, mais a manqué de précision pour apporter le danger devant les buts d’Hassen.

Marc PLANUS (4/10) : Certes il a toujours son intelligence de jeu, qui lui permet d’être le joueur à gagner le plus de ballons (21) et il continue de faire parler son sens de l’anticipation (54′), mais après ? Ce soir, ça semble tellement insuffisant au vue de ses errements en toute fin de rencontre. Mis dans le vent par le moindre petit coup de rein, il est tout simplement à la rue quand les adversaires jouent très rapidement. Sur le but victorieux de Plea (90′), il a, un voire deux trains de retard et est d’une passivité incroyable… la prochaine fois, on lui donnera un appareil photo pour prendre le cliché de la défaite au premier plan.

Nicolas PALLOIS (3/10) : Intraitable à Monaco, et lamentable ce soir ! Pourtant, il a bien débuté et réussi une première période relativement intéressante avec plusieurs bonnes interventions, même s’il est battu au duel sur l’action du retourné de Pléa (42′). A la limite dans la première demi heure de la seconde période, il a sauvé quelques situations de justesse, mais a eu tendance à se compliquer la vie. Sa fin de match est un condensé d’erreurs, qui nous a rappelé son match contre Lyon. Il a encore voulu jouer au lieu de dégager le ballon, et a mis en danger son équipe (81′), mais ça ne semble pas le déranger, vu qu’il le fait à chaque match ! En retard sur le dernier but niçois (90′), comme tous ses coéquipiers !

Maxime POUNDJÉ (5/10) : Titulaire au poste de latéral gauche, Maxime Poundjé a plutôt bien tenu son couloir, bien aidé par le peu d’intensité mis par Bauthéac pendant une heure. Malgré tout, on sent bien que quand l’adversaire insiste sur son côté, notre numéro 29 reste trop fragile. Il n’aura récupéré que 4 ballons, pour 14 perdus… Il faut dire qu’au niveau des passes, il a beaucoup de progrès à faire, puisqu’il a rendu énormément de ballons à l’adversaire, en appuyant pas assez ses transmissions. Offensivement, c’est toujours nettement insuffisant, mais il y au moins une volonté évidente de participer au jeu. Suite à l’égalisation niçoise (66′), il a cédé sa place à Emiliano Sala (68′). Nous n’avons rien contre l’Argentin qui donne beaucoup et qu’on aimerait tant voir marquer en L1, mais ce soir ce n’est plus possible ! Ce n’est pas possible de faire une entrée aussi calamiteuse ! Bien lancé par Touré, il se présente devant Hassen, mais son dribble est beaucoup trop long (86′), et la suite de son action est indigne du niveau de la L1. Censé nous faire gagner, Sala est au point de départ de l’action qui nous fait perdre avec un contrôle de la poitrine trop long, qui se terminera par le but de Pléa (90′).

Grégory SERTIC (3/10) : Malade, il a failli ne pas jouer la rencontre… malheureusement il était bien présent sur le terrain ! Ce soir, comme depuis de trop longues semaines, Grégory Sertic n’est que l’ombre du joueur génial qu’il était la saison passée. D’entrée son coup franc gâché donne le ton de son match catastrophique (2′). Aucun impact sur le jeu offensif et défensivement à part faire des fautes (4 en première période), dont l’une lui a valu un jaune (26′), il n’aura servi à rien. Un peu mieux en début de seconde mi-temps, il aurait pu sauver sa rencontre et Bordeaux avec un coup franc qui s’écrasera sur la barre (78′). Au bout du rouleau, il a été remplacé par David Djigla (87′). Première en L1 pour notre Béninois, qui n’aura pas eu le temps de se mettre en évidence.

Jaroslav PLASIL (4/10) : Poko et Traoré à la CAN, aucune recrue … Jaroslav Plasil continue d’enchaîner les rencontres, et à 33 ans, malgré toute la bonne volonté du monde, ça ne peut pas toujours tenir ! Aujourd’hui ça a tenu une mi-temps ! Une période pendant laquelle, le Tchèque a fait parler sa technique et sa qualité de passe (100 % de réussite) pour permettre à Bordeaux d’avoir une petite domination sur le jeu. Après la pause, il a sombré et a été « mangé » dans le coeur du jeu ! Trop court sur la tête d’Amavi (66′), aux abonnés absents sur l’action qui amène le but de Pléa (90′)… bref 45′ cauchemardesque pour Plasil !

Diego ROLAN (5/10) Buteur sur un pénalty parfaitement tiré (33′), l’Uruguayen aurait pu redevenir le héros de Chaban-Delmas. Malheureusement, s’il a amorcé quelques belles actions, et qu’il s’est battu défensivement, Diego Rolan s’est petit à petit éteint dans cette rencontre. Avant son but, il avait notamment manqué le cadre après une belle remise de Touré (31′). En seconde période, à part un bon rush mal terminé (85′), il a été trop peu présent et n’a jamais réussi à prendre le jeu à son compte.

Diego CONTENTO (5/10) : Postionné au milieu du terrain à la surprise générale, Diego Contento a été intéressant dans son nouveau rôle. Juste techniquement, il a bien combiné avec Maurice-Belay ou Touré pour créer le danger dans le camp niçois. Averti pour une altercation avec Grégoire Puel (37′), il est passé à deux doigts de doubler la mise sur un bon centre de NMB, en réalisant un bel enchaînement, stoppé par Hassen (38′). Dangereux pour les niçois qui ont commis 3 fautes sur lui, il a fait quelques bonnes interventions défensives (63′)… avant de lui aussi vivre une fin de match noire ! Redescendu d’un cran après la sortie de Poundjé, Contento a souffert face à Bauthéac. S’il a tenté de s’accrocher tant bien que mal, il est mal placé et loupe son intervention devant son vis à vis, sur le but de Pléa (90′)… Décisif, dans le mauvais sens du terme !

Thomas TOURÉ (5/10) : Fidèle à lui même, Thomas Touré a beaucoup couru et s’est démené pour venir semer la zizanie dans la défense azuréenne. Il a multiplié les appels sur tout le front de l’attaque, mais hormis un coup franc trop mou (28′) et une superbe remise en talonnade pour Rolan (31′), il a eu du mal à réellement se montrer dangereux. Auteur d’un nouveau coup franc, vicieux, bien repoussé par Hassen (48′), il a semblé bien démarrer le second acte, mais laisse au final une impression mitigée. Touré a beaucoup tenté… mais beaucoup raté ! Il aura perdu 22 ballons et ne sera jamais mis en position pour trouver la faille !

Difficile de trouver des mots sans être grossier envers les « joueurs » ce soir ! On a longtemps cru pouvoir gagner en faisant une prestation plus que médiocre… sauvée par un éclair de Maurice-Belay et un penalty de Rolan (33′)… et puis on s’est fait rattraper et punir ridiculement ! Cette défaite (1-2), la deuxième de suite à domicile est inadmissible, mais au fil du match elle est parue comme inévitable. Rien, cette équipe n’a rien montré, comme à Monaco (si on a le droit de le dire sans froisser Willy Sagnol ?). Dans la Principauté, notre coach avait mis en avant la solidité défensive de son équipe… ce soir cet argument ne tient pas, dans la défense a été ridicule ! Largués en L1, éliminés de la Coupe de la Ligue, avant de l’être de la Coupe de France, sauf miracle, cette deuxième partie de saison est bien partie pour ressembler à rien … enfin si à celle de la saison dernière ! Décimée par les blessures, par les départs à la CAN, cette équipe n’a plus d’essence, plus d’idée, plus d’envie… Vivement le mercato, pour pouvoir changer tout ça ! Ah ? Il a déjà commencé ? Comme notre descente au classement très certainement ! Allez Bordeaux !

La rédaction AG