Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Marseille (1-1)

Le joueur AG du match :

Youssouf SABALY (7/10) : Dans ce choc face à Marseille, c’est un joueur prêté par le PSG qui est élu Homme du Match par la Rédaction ! Omniprésent tout au long de la rencontre, Youssouf Sabaly a réussi une partie pleine, qui aurait pu prendre une mauvaise tournure sur ce ballon dévié sur son propre poteau (4′). Hormis cette frayeur et une intervention limite (81′), notre latéral droit a été proche du sans faute défensivement (7′ 50′ 70′ 87′ 88′) avec 16 ballons gagnés à son actif. Bordelais le plus sollicité (52 ballons touchés), il a n’a pas arrêté de prendre son couloir. Dans le coup sur l’ouverture du score (2′), il a été un poison constant pour l’arrière-garde marseillaise (8′ 30′ 43′ 72′ 85′), dans ce qui restera peut-être comme son dernier match à domicile sous le maillot girondin.

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (6/10) : Cédric Carrasso aussi disputait sans doute son dernier match à la maison sous nos couleurs, et il n’a pas à rougir de cette sortie ! Battu à bout portant par Gomis (60′), notre gardien avait mis le marseillais en échec en fin de première période (45+1′). Concentré sur le tir de Thauvin (90′), il dévie le centre de l’Olympien (90+1′) et est venu à plusieurs reprises soulager sa défense (28′ 73′ 78′). Maladroit au pied par moment (61′), il a également pu compter sur ses montants (4′ 31′) et sur la maladresse phocéenne (15′ 81′ 90+1′) pour ne pas prendre d’autres buts. L’essentiel est là au final, puisqu’il ne quitte pas le Matmut Atlantique sur une défaite.

Jérémy TOULALAN (5/10) : Titulaire en tant que défenseur central, Jérémy Toulalan, a plus manqué au milieu que crevé l’écran derrière. Loin d’être mauvais, il n’a pas non plus été exceptionnel, ayant parfois du mal à contenir Gomis. Très propre, notre numéro 14 n’a pas commis la moindre faute et est intervenu à plusieurs reprises pour écarter le danger (16′ 18′ 24′ 31′ 32′ 39′ 56′ 72′). Devant les difficultés rencontrées par les milieux girondins, il a tenté d’allonger le jeu assez régulièrement, mais ce fût loin d’être concluant, si bien qu’il est le Girondin qui a le taux de passes réussies le plus faible (65 %).

Vukasin JOVANOVIC (5/10) : Nicolas Pallois et Igor Lewczuk suspendus, Vukasin Jovanovic assurait donc l’intérim en défense centrale pour ce choc. Après un début de rencontre très hésitant, marqué par des fautes évitables (14′ 21′) et des approximations (19′), il est revenu dans le coup, pour assurer l’essentiel. Le Serbe est monté en puissance et a montré de bonnes dispositions dans les duels (28′ 32′ 45′ 53′ 68′ 72′ 80′). Malheureusement, il est un peu trop passif sur l’égalisation de Gomis (60′). Concentré et rarement pris à défaut, c’est lui qui est venu se créer la dernière occasion du match, mais n’a pas pu cadrer sa tête sur le corner de Malcom (90+3′).

Diego CONTENTO (6/10) : Décevant à Saint-Etienne, Diego Contento a été à la hauteur de l’affiche ce soir. Evidemment face à un Florian Thauvin en grande forme, notre latéral gauche a parfois souffert (53′ 90′), il n’a d’ailleurs pas pu l’arrêter sur l’action de l’égalisation (60′), mais globalement, il s’est parfaitement accroché. Notre défenseur est le bordelais qui a gagné le plus de ballons (20), réussissant de nombreuses interventions bien senties (10′ 11′ 18′ 24′ 41′ 47′ 55′ 67′ 81′ 89′). Offensivement, il souffre un peu de la comparaison avec Sabaly, ce qui est dommage puisque sur ses rares montées, il a apporté de bons centres (6′ 21′).

Jaroslav PLASIL (5/10) : Jérémy Toulalan en défense, Jaroslav Plasil a pris sa place au poste de sentinelle. Pas au niveau de son coéquipier, notre capitaine a pourtant été le milieu le plus en vue côté girondin. S’il a concédé trop de fautes (3), dont celle qui amène le poteau (3′), le Tchèque s’est bien battu pour la conquête du ballon, récupérant le cuir à 13 reprises (16′ 20′ 40′ 46′ 47′ 51′ 65′). S’il a été assez précis dans ses transmissions (86 % de passes réussies), il n’a pas suffisamment joué vers l’avant et a été trop neutre en seconde période, lorsque les marseillais ont posé leur jeu. Au final son nombre de ballons touchés (32) est loin de ses standards habituels.

Valentin VADA (4/10) : Remplaçant à Geoffroy Guichard, Valentin Vada retrouvait sa place pour cette affiche, mais ce ne fût pas une grande réussite. S’il est dans le coup (et au sol) sur l’ouverture du score (2′), l’Argentin a globalement eu du mal à se montrer aux abords de la surface marseillaise, même si c’est lui qui centre pour Kamano (35′). Pas forcément inspiré, il a gâché un bon coup franc (38′) et a souvent couru dans le vide. Logiquement averti (50′), notre milieu a souffert face à ses vis à vis marseillais et notamment lorsque Dimitri Payet venait se situer dans sa zone. Défensivement, sa prestation est assez insignifiante, puisqu’il n’a gagné que 4 ballons. Gaëtan Laborde l’a remplacé pour les 20 dernières minutes (72′).

Younousse SANKHARÉ (4/10) Comme Valentin Vada, Younousse Sankharé n’a pas brillé face à l’OM. Le joueur formé au PSG n’a pas manqué de volonté et a parfois fait parler son physique pour sortir vainqueur de duels (12′ 43′ 82′), mais il a donné le sentiment de jouer par intermittence et rarement dans le bon tempo. A l’image de sa frappe totalement manquée (8′) alors que le côté gauche était « ouvert », il n’a pas souvent fait les bons choix. Trop peu présent à la récupération lui aussi (4 ballons gagnés), notre numéro 13 a perdu 10 ballons et a été discret comme rarement dans la zone de vérité adverse… Auteur d’une bonne demi-saison, Younousse Sankharé semble un peu s’essouffler.

MALCOM (6/10) Si toute la défense marseillaise s’est arrêté sur la première action, Malcom a continué son chemin pour délivrer un caviar à Diego Rolan (2′). Décisif d’entrée, le Brésilien a donc rapidement été récompensé de ses bonnes intentions. Notre ailier a donné du fil à retordre à Patrice Evra qui, malgré son immense talent (ou pas), a souvent été pris à défaut (8′ 13′ 43′). Volontaire et inspiré sur son côté droit, il a beaucoup combiné avec Youssouf Sabaly. Malheureusement, il n’a pas toujours été précis dans ses centres (49′ 71′), ce qui vient nuancer une nouvelle prestation intéressante de sa part !

Diego ROLAN (7/10) : Préféré à Gaëtan Laborde, Diego Rolan n’a mis qu’une grosse minute pour justifier la confiance de Gourvennec, en reprenant victorieusement l’offrande de Malcom (2′). Souvent irrégulier, il faut reconnaitre que notre attaquant a quand même l’art de marquer dans les grands matchs ! Techniquement très intéressant (5′ 34′), il n’a pas ménagé ses efforts et a posé bien des soucis à la défense centrale marseillaise, grâce à la qualité de ses appels en profondeur (47′ 70′). Lui aussi n’a pas tout réussi dans les derniers mètres, mais il est de nouveau passé proche de devenir le héros, malheureusement Pelé est parfaitement intervenu sur son coup de tête (71′).

François KAMANO (4/10) : De retour dans le onze de départ, François Kamano n’a guère brillé ! Comme souvent ces derniers temps, il nous laisse sur notre faim, car s’il a les jambes, il ne pèse plus suffisamment sur les rencontres. Dangereux à deux reprises en fin de première période (34′ 43′), l’ancien Bastiais n’a pas su concrétiser ses temps forts pour faire le break. Opposé à un Hubocan pas à l’aise et rapidement averti (15′), il n’a jamais su le pousser dans ses derniers retranchements. Une nouvelle fois, il a eu tendance à en faire trop sur quelques actions (33′ 52′), un mal trop récurrent chez lui. Adam Ounas (63′) est logiquement venu le suppléer.

Les remplaçants :

Adam OUNAS (+) : Homme du match à Saint-Etienne, Adam Ounas était pourtant sur le banc ce soir, mais a réalisé une entrée très intéressante. Si lui aussi à trop porté le ballon sur quelques actions, il a apporté beaucoup de dynamisme, réalisant un joli centre pour Rolan (71′) ou étant proche de marquer le but libérateur dans les arrêts de jeu (90+2′).

Gaëtan LABORDE (-) : A l’inverse d’Adam Ounas, Gaëtan Laborde a fait une entrée très discrète. Apparu à la 72ème, il n’a touché que 3 ballons… même s’il a obligé Pelé à se détendre (89′).

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (6/10) : Avec sa charnière centrale suspendue, Jocelyn Gourvennec a dû innover et a privilégié (logiquement) un duo Toulalan-Jovanovic derrière. La prestation défensive a plutôt dû rassurer notre entraîneur qui avait également décidé d’aligner Rolan en pointe au détriment de Laborde, un choix payant puisque l’Uruguayen a rapidement marqué. La titularisation de Kamano plutôt qu’Ounas n’est en revanche pas apparu ecomme indiscutable. Dans son coaching, le Breton a pris des risques dans les derniers instants avec un passage en 4-4-2 qui a permis à Bordeaux de respirer un peu plus, sans que cela ne soit couronné de succès.

La Rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *