Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Paris SG (1-4)

Le joueur AG du match :

Jérémy TOULALAN (6/10) : Même dans la défaite, on peut se satisfaire d’avoir retrouvé un Jérémy Toulalan à ce niveau là ! Elu homme du match par la Rédaction, notre milieu a longtemps fait jeu égal (voir plus) avec celui du PSG. Omniprésent à la récupération (5′ 12′ 31′ 47′ 59′), il a livré un très beau combat et remporté de nombreux duels. On retiendra notamment une superbe intervention glissée face à Lucas (40′) en fin de première période. S’il s’est moins projeté comme lors des derniers matchs, il a assuré ses transmissions la plupart du temps. Malheureusement, malgré son expérience et sa bonne volonté, il a lui aussi souffert en fin de rencontre et craqué face au talent des joueurs de la Capitale.

Les titulaires :

Jérôme PRIOR (3/10) : On ne gagne pas un grand match sans un grand gardien ! Bordeaux en avait un ce soir… sur le banc ! Titularisé, malgré le retour de Carrasso, Jérôme Prior a clairement failli à sa mission face au PSG. Si le coup franc de Di Maria est superbe, il est clairement sur la trajectoire pour sortir le ballon (19′). Fusillé par Cavani à deux reprises (60′ 74′), il ne peut qu’accompagner le cuir au fond à chaque fois, avant d’être trop court sur le tir victorieux de Di Maria (81′). Une mésentente avec Lewczuk qui aurait pu coûter un but gag (17′), une relance au pied ratée (23′) sont également venues « garnir » sa prestation, à peine sauvée par un face à face remporté à 0-1 (merci Matuidi 28′) et une tête de Thiago Silva facilement captée (53′). Ridicule à Lille à pareille époque l’an passé, il n’est décidément pas l’homme des 1/2 finales de Coupe de la Ligue !

Milan GAJIC (6/10) Voici la bonne surprise de la soirée ! L’absence de Sabaly pouvait donner des sueurs froides aux Girondins, il n’en a rien été tant Milan Gajic l’a parfaitement suppléé. Notre latéral est tout de suite rentré dans la partie, multipliant les interventions décisives en début de rencontre (1′ 3′ 7′ 8′ 9′). Concentré et appliqué, il a gagné beaucoup de duels face à Di Maria, même s’il est totalement débordé par l’Argentin au départ du dernier but. Solide, le Serbe ne s’est pas contenté que de défendre puisqu’il s’est projeté à de nombreuses reprises aux abords de la surface parisienne, notamment en seconde période (47′ 58′ 90′). Petit à petit, il commence donc à prouver qu’il a sa place aux Girondins !

Igor LEWCZUK (4/10) : Au Parc en championnat, Igor Lewczuk avait vécu un enfer. Ce soir fût un peu mieux mais clairement insuffisant face au PSG et un attaquant de la trempe de Cavani. Le Polonais a pourtant coupé pas mal de trajectoires et d’actions parisiennes (5′ 29′ 45′ 48′), mais il s’est aussi montré trop approximatif, comme sur cette intervention qui s’est transformée en remise pour Matuidi (42′). Proche de la mésentente avec Jérôme Prior (17′), notre numéro 5 n’a donc pas toujours été à l’aise, même s’il est resté plus appliqué que son compère de la défense centrale…

Nicolas PALLOIS (3/10) : A de trop rares moments, il y avait le vrai Nicolas Pallois sur la pelouse du Matmut Atlantique. On parle de celui qui est solide, rapide et efficace dans les duels (12′ 35′ 52′)… Malheureusement, notre gaucher a trop souvent montré son mauvais visage. Evidemment, ce qui marque le plus, c’est surtout sa responsabilité qui est engagée sur le deuxième but, où il est beaucoup trop loin de Cavani (60′). Bougé physiquement par Lucas sur une grosse occasion parisienne (30′), il a été imprécis et maladroit comme sur sa faute, plus qu’évitable sur Di Maria (64′). Remplacé par Jaroslav Plasil peu de temps après (67′).

Maxime POUNDJÉ (5/10) : Pour être honnête on s’attendait à un match beaucoup plus délicat pour Maxime Poundjé. Souvent opposé à l’insaisissable Lucas, notre latéral gauche a eu du mal à le tenir lors du premier acte (12′ 16′ 30′), mais a malgré tout montré des gages de sécurité dans son couloir. En seconde période, il a même presque été irréprochable (46′ 52′ 56′ 73′ 80′) et a eu le mérite de s’accrocher. Offensivement, ce n’est toujours pas suffisant, même si là aussi il a tenté quelques chevauchées, sans que la précision ne soit au rendez-vous, malheureusement. Quoiqu’il en soit, ce n’est pas le plus à blâmer ce soir !

Grégory SERTIC (2/10) : Oui il est très gentil, agréable, bon esprit, mais quelle catastrophe sur le terrain ! Comment vouloir le prolonger après une prestation aussi pitoyable ? Titulaire au milieu et porteur du brassard, Grégory Sertic a fait une entame de match pourtant correcte, avec notamment un bon centre pour Malcom (5′). Seulement un match ne dure pas 15 minutes ! Absent, inutile, imprécis (24′ 48′ 57′), il a été un véritable handicap pour le collectif bordelais. Auteur de la faute sur Lucas qui amène le premier but (19′), il est en retard dans son duel sur le deuxième (60′) avant d’être repositionné en défense et d’être de nouveau impliqué sur le dernier but, en étant tout d’abord trop loin de Cavani, puis en remettant le ballon sur Di Maria (81′). Il va peut-être quitter Bordeaux gratuitement, et vu le match de ce soir, il ne semble pas valoir beaucoup plus !

Valentin VADA (5/10) : Très bon samedi, Valentin Vada a fait un match plutôt correct ce soir. Volontaire et impliqué à la récupération (9′ 14′ 31′), notre milieu de terrain a, comme Jérémy Toulalan, lui aussi fait jeu égal avec les Parisiens… pendant 45 minutes. Sa technique et son jeu en une touche de balle ont fait du bien à l’équipe, il est d’ailleurs au point de départ de l’égalisation (32′). Sur coup franc, il a également fait passer quelques frissons à la défense du PSG (36′ 63′), et a tenté sa chance sans succès (73′). En seconde période, son apport est devenu de plus en plus limité et il a trop souvent été pris à défaut par ses adversaires. Remplacé par Abdou Traoré (82′) en fin de rencontre.

MALCOM (5/10) : Après son penalty manqué dimanche, Malcom nous devait une revanche ! Sans être étincelant, le Brésilien a effectué une rencontre plutôt correcte, ponctuée par un travail remarquable sur le but de Diego Rolan (32′). Appliqué (9′ 40′) il a essayé de faire parler sa technique, sans toujours y parvenir. Sa bonne volonté et ses courses auront malgré tout fait plaisir à voir. Pas toujours précis et plutôt bien pris au marquage, il a néanmoins eu du mal à réellement peser sur les débats. Jérémy Ménez a pris sa place après le deuxième but parisien (67′).

Diego ROLAN (5/10) : Héros de la dernière victoire girondine face au PSG (en 2015), Diego Rolan aurait pu cette fois aussi être le héros. Profitant du travail de ses coéquipiers de l’attaque, il a inscrit le but de l’égalisation (32′), qui restera au final anecdotique. S’il a eu du mal à se défaire de la charnière centrale parisienne, l’Uruguayen n’a pas hésité à décrocher pour proposer des solutions. Malheureusement, il l’a trop souvent fait et n’a pas suffisamment été présent dans la surface. Volontaire, il est également revenu défendre, et s’est offert un joli numéro technique (62′), mais cela reste trop peu pour faire mal au PSG.

François KAMANO (4/10) : A l’origine de l’égalisation en obligeant Trapp à la parade (32′), François Kamano a donc de nouveau été décisif, bien qu’en position de hors jeu ! Le Guinéen fait son trou dans l’effectif girondin, même si ce soir il a eu du mal à se mettre en évidence. A droite, ou à gauche, il n’est pas suffisamment passé, malgré quelques combinaisons intéressantes avec Milan Gajic. L’ancien Bastiais a connu trop peu de réussite, dans ses dribbles, comme dans ses centres (56′ 66′). Lui aussi avait la volonté de bien faire, cela n’a pas été suffisant pour réellement faire mal au PSG.

Les remplaçants :

Jaroslav PLASIL (-) : Entré à la place de Nicolas Pallois (67′), Jaroslav Plasil s’est positionné dans son rôle habituel au milieu. Quelques passes réussies, mais surtout une incapacité à faire la différence et trop de passivité, ce qui ne pardonne pas face aux Parisiens.

Jérémy MENEZ (=) : Son entrée n’a pas changé la face de la rencontre. Trop peu servi et trop peu disponible, il a fait le minimum, dans un match qui était déjà perdu.

Abdou TRAORÉ (=) : Quelques minutes inutiles de plus dans la compétition à mettre à l’actif d’Abdou Traoré !

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (3/10) : Jocelyn Gourvennec a eu tout faux ou presque ! Ses choix les plus discutables ont été de cuisants échecs. Laisser Jérôme Prior dans le but et Grégory Sertic sur le terrain ont presque facilité la victoire du PSG ! Pourquoi ne pas avoir remis Cédric Carrasso ? S’il n’est pas à 100 %, pourquoi le prendre dans le groupe alors ? La mise sur le banc de Jérémy Ménez était un autre choix fort, mais difficile de dire si c’était bien vu ou non. En revanche son coaching a lui aussi été très insuffisants, en particulier la sortie de Pallois pour l’entrée de Plasil. Le nouvel entrant a eu du mal à se mettre dans le bain, quant à la sortie de Pallois, elle a conduit au repositionnement de Sertic dans l’axe de la défense, pour le succès que l’on sait ! 

La rédaction AG




Publier un nouveau commentaire