Joie Nicolas Pallois poing serré - FCGB/PSG

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Paris SG (1-1).

Le joueur AG du match :

Nicolas PALLOIS (9/10) : Défendre parfaitement ne suffit pas à Nicolas Pallois, qui s’est aussi mué en buteur ce soir ! Notre homme du match a offert un point à l’équipe en reprenant parfaitement, et du droit s’il vous plait, un corner de Malcom dévié par Diabaté (66′). Un but marqué… et un autre évité ! Époustouflant, il sort le tir de Lucas (90+1′) qui allait donner la victoire à Paris. Excellent de bout en bout, il a régné dans les airs (39′ 46′ 80′ 86′), a remporté beaucoup de duels (16 ballons gagnés) et multipliés les interventions défensives (23′ 25′ 35′ 50′ 74′). Comme prévu, son retour fait un bien fou à cette équipe !

L’équipe :

Jérôme PRIOR (5/10) : Soirée frustrante pour Jérôme Prior. On pensait qu’il allait beaucoup être mis à contribution ce soir, mais au final il n’a eu que très peu de travail. Battu sur la tête d’Ibrahimovic qu’il ne fait que regarder (59′), notre gardien peut aussi remercier Nicolas Pallois de l’avoir secondé (90+1′) et Lucas de s’être troué (37′). Le reste du temps, il a vu les tentatives parisiennes fuir le cadre (3′ 84′). Bon au pied et dans les airs, à une exception près à chaque fois (21′ 57′), notre portier s’est également découvert des talents de latéral en allant tacler Augustin en dehors de sa surface (83′).

Mathieu DEBUCHY  (7/10) : A la veille de l’annonce de la liste des 23 pour l’Euro, Mathieu Debuchy a mis toutes les chances de son côté. Certes, on peut lui reprocher un peu de maladresse (15 ballons perdus) et un manque de précision, mais il n’a pas hésité à prendre son couloir. Défensivement, il a gagné une grande majorité de ses duels et a été très rarement passé par les attaquants parisiens. Serein, il a utilisé toute sa palette pour gagner le ballon : tacles glissés (26′ 46′), anticipation (49′ 53′ 55′ 78′), jeu de tête (77′ 88′). Pour sa dernière au Matmut Atlantique, c’est une réussite !

PABLO (7/10) : Titulaire en l’absence de Frédéric Guilbert, Pablo a brillé. Le PSG doit l’inspirer, lui qui avait réaliser des débuts remarqués face au club de la capital en septembre dernier. Même s’il est pris sur le but d’Ibrahimovic (59′), le Brésilien a livré un duel acharné au Suédois, et est souvent sorti vainqueur de ses affrontements (18 ballons gagnés), non sans agacer Zlatan… un peu comme Henrique en son temps. Vigilant (13′ 40 ’47’ 53′ 82′), dur sur l’homme (37′ 81′) et bien placé (24′ 46′), il a rempli sa mission, formant avec Nicolas Pallois une belle charnière centrale.

Diego CONTENTO (6/10) : Comme Mathieu Debuchy, Diego Contento a bien tenu son couloir ce soir. Souvent opposé à Angel Di Maria, l’ex Munichois avait une tâche très compliquée et s’en est plutôt bien tiré, même si l’Argentin est décisif et plus qu’inspiré sur le but parisien (59′). Intéressant dans son placement (3′ 79′), l’italo-allemand a été plus solide qu’inspiré. En effet, pas ridicule offensivement, il n’a pas connu de réussite sur ses quelques montées (44′ 52′ 63′), même si certaines de ses ouvertures auraient mérité un meilleur sort (52′ 75′). Avec 51 ballons touchés, il est le meilleur bordelais dans ce domaine.

Lamine SANÉ (3/10) : De retour dans le groupe et sur le terrain, Lamine Sané n’a pas fait de miracle et n’a pas retrouvé son talent, qu’il n’a plus montré depuis très, très, très longtemps ! Titularisé en sentinelle, le Sénégalais n’a pas pesé sur les débats et n’aura servi à rien, comme souvent, se mettant plus en évidence par ses mauvais choix et ses pertes de balle (45′ 49′ 65′ 73′), que par la qualité de son football. Quelques ballons gagnés dans les airs (16′ 27′ 79′)pour sauver sa prestation, mais on se demande vraiment ce qu’il faisait là… et peut-être que lui aussi, tant sa motivation ne sautait pas aux yeux…

Clément CHANTÔME (non noté) Sauf grosse surprise, l’aventure bordelaise de Clément Chantôme s’est terminée à la 22ème minute de ce Bordeaux-PSG. Une rencontre qu’il avait moyennement commencé et qu’il a dû quitté, touché à l’épaule. André POKO (4/10) est entré à sa place. Fidèle à lui même, le Gabonais s’est beaucoup donné lors de ce match, mais c’est clairement trop juste pour ce niveau. Brouillon et maladroit, il s’est distingué par sa maladresse et son nombre très élevé de fautes. Il en a presque commis autant qu’il n’a gagné de ballons (5 contre 6). Notre milieu a eu du mal à combiner avec ses coéquipiers, même s’il a par moment bien su se projeter (72′ 82′), comme sur l’action qui amène le corner de l’égalisation (65′).

Jaroslav PLASIL (6/10) : Encore une fois le capitaine a montré l’exemple ce soir ! Actif et volontaire, il a comme samedi dernier, été l’initiateur de bonnes attaques girondines, comme sur l’action de Diabaté (12′). Intéressant dans ses déplacements, le Tchèque n’a pas hésité à tenter sa chance, mais a vu ses frappes mourir sur Trapp (17′), ou à quelques centimètres du but (63′). Il a malgré tout donné l’impression de baisser d’intensité au fur et à mesure de la partie et n’a pas toujours effectué les bons choix, perdant en précision par rapport à ses statistiques habituelles (78% de passes réussies). Défensivement, il a rempli sa part du travail (9 ballons gagnés).

Adam OUNAS (5/10) : De retour dans le 11 de départ, Adam Ounas a livré un match correct face à Paris, même si on aurait aimé encore mieux, vu le talent du garçon. Notre numéro 22 a été le détoneur de quelques attaques bordelaises (6′ 17′ 41′), mais il lui a souvent manqué ce petit quelque chose pour être décisif. On retiendra notamment cet excellent décalage pour Rolan, et ce ballon qu’il ne peut ensuite pas cadré (43′). Discret au retour des vestiaires avant de devoir céder sa place sur blessure. C’est Malcom (60′) qui est alors rentré et qui a encore montré de belles choses durant la demi-heure passée sur le terrain. Son corner est le point de départ de l’égalisation (66′), une fois de plus. Techniquement, le Brésilien a fait quelques misères aux défenseurs du PSG (73′ 76′ 88′).

Cheick DIABATÉ (5/10) En déviant (involontairement) le corner de Malcom (66′), Cheick Diabaté a rendu la monnaie de sa pièce à Nicolas Pallois qui lui avait offert un but face à Lorient. Ce coup de pied arrêté vient donner un peu plus de saveur au match du Malien, pas mauvais, mais nettement moins impressionnant que samedi. Sa seule véritable action s’est conclue par une frappe contrée (12′). Sur le coup, et comme lors d’autres phases de jeu, il a semblé trop long dans son enchaînement. Difficile de lui reprocher autre chose sur ce match, il s’est bien battu, a dévié quelques ballons de la tête (6′ 25′) et est venu aider sa défense (31′ 49′). Pour ce qui restera peut-être comme sa dernière en Gironde, il a été remplacé par  Enzo Crivelli (69′). Hormis un tampon sur David Luiz d’entrée (70′) et une tête non cadrée (87′), très peu de choses à retenir de l’entrée de notre jeune attaquant…

Diego ROLAN (5/10) : A l’instar des autres attaquants, Diego Rolan s’est montré actif mais trop peu inspiré aux abords de la surface. Des courses, des appels, des dribbles qui ont régalé le public (42′ 73′), mais au final rien d’exceptionnel face au but. L’Uruguayen n’a pas converti sa seule occasion, en venant buter sur Kevin Trapp (43′). Ses choix n’ont pas toujours été judicieux, et s’il a bien embêté la défense parisienne par sa vivacité, il a trouvé à qui parler. Averti pour un tacle sur Aurier (14′), il n’a pas réussi à devenir le héros comme lors du match de la saison dernière.

Bordeaux termine donc cette première saison au Matmut Atlantique par un nul face au PSG (1-1). Les champions de France n’ont sans doute pas forcé leur talent, mais notre équipe a su les mettre à mal et n’a pas été ridicule, ce qui n’était pas forcément gagné d’avance. Défensivement, le FCGB a même été proche du sans faute, grâce notamment à une prestation XXL de Nicolas Pallois. Revenus à la 10ème place du championnat, les Girondins iront à Caen samedi (21h) pour ce qui sera le dernier match d’une saison 2015-2016 bien triste. Allez Bordeaux !

La rédaction AG