Joie Wahbi Khazri

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Paris SG (3-2).

Le joueur AG du match :

Jaroslav PLASIL (9/10) Que dire après une telle rencontre ? Jaroslav Plasil a été parfait ou presque ce soir ! A 33 ans, le Tchèque semble retrouver une seconde jeunesse cette saison, et sa colossale prestation face au PSG, ne fait que confirmer cette tendance. Tout simplement exceptionnel dans l’entrejeu, notre numéro 18 était partout ! Défensivement, il n’a cessé de venir chercher le cuir dans les pieds parisiens, grattant 14 ballons, que ce soit dans l’axe ou sur les côtés. Techniquement, il a réalisé plusieurs actions de grande classe, comme son changement d’aile pour Contento (10′), sa talonnade aérienne contrée in extremis (17′), son ballon en or pour Khazri (34′), et bien sur cette ouverture millimétrée pour Mariano sur le but de la victoire (88′). Mobile et appliqué (89 % de passes réussies), notre homme du match a peut-être réalisé l’une de ses plus belles rencontres sous le maillot au scapulaire !

L’équipe :

Cédric CARRASSO (5/10) : Au moment de l’égalisation d’Ibrahimovic (50′), on se demandait bien comment notre gardien pouvait sauver sa prestation… Peu inquiété jusque là, il avait sorti la seule tentative parisienne (35′), en repoussant l’occasion du Suédois, avant le « drame ». En manquant totalement sa relance et en sortant très mal sur le buteur parisien (50′), Cédric Carrasso avait, à ce moment là, réduit à néant tous les efforts de ses partenaires. Pas dupe, notre portier se savait responsable, et a cogité pendant plusieurs minutes (51′ 52′), mais s’est racheté… et de quelle manière, avec une double intervention de la main, puis du pied face à Lavezzi, pourtant seul dans les 6 mètres (72′). Un sauvetage exceptionnel, qu’il n’a pas pu refaire sur le penalty d’Ibrahimovic (85′)… on dirait presque tant mieux, vu la fin de match que cela nous a offert !

MARIANO (7/10) : Infatigable ! Evidemment, il y a eu beaucoup de déchet dans le jeu de notre Brésilien (19 ballons perdus), mais quelle activité ! Le latéral girondin a été le joueur le plus sollicité (74 ballons touchés) et a fait un nombre incalculable d’allers-retours. Auteur de 6 centres, il a régulièrement mis le feu dans la défense parisienne (39′ 42′ 57′ 84′), jusqu’à cette passe décisive superbe pour Diego Rolan (88′). Ses ballons dans le dos de l’arrière garde parisienne ont également été prépondérants, comme sur le deuxième but girondin (70′). Défensivement, il a parfaitement tenu son couloir, à l’image de ses retours sur Digne (3′) ou Lavezzi (61′). On peut cependant lui reprocher de mal négocier la relance, certes ratée, de Cédric Carrasso, ce qui conduira à la première égalisation du PSG (50′) et de concéder le penalty sur Lavezzi (84′)… un penalty très, très limite, contrairement au match de Mariano !

Lamine SANÉ (8/10) : Lors de la victoire référence face à Monaco en début de saison, Lamine Sané avait été monstrueux (voir ici) et a failli marquer. Ce soir, il a été monstrueux… et a marqué ! Après s’être testé sur un premier coup franc de Khazri (16′), notre capitaine est monté plus haut que Thiago Silva, pour ouvrir le score d’une tête décroisée imparable (18′). Sa première réalisation de la saison a lancé Bordeaux vers la victoire, et tout au long de la rencontre le Sénégalais a tout fait pour conduire ses troupes au succès ! Toujours bien placé (49′ 76′), il a récupéré pas moins de 20 ballons, sans commettre la moindre faute, même si une de ses interventions sur Lavezzi était à la limite (57′). Infranchissable et appliqué (96% de passes réussies), c’est comme ça qu’on aime Lamine Sané !

Tiago ILORI (6/10) : Comme Cédric Carrasso, le Portugais a bien failli nous coûter cher ce soir ! Après une première période de qualité, si ce n’est un oubli sur Ibrahimovic (35′), où il a fait parler son sens de l’anticipation, et sa qualité de relance, comme sur l’occasion de Kiese Thelin (14′), le Portugais a commis une grossière erreur. En effet, sur le premier but de Zlatan, Tiago Ilori « oublie » de dégager le ballon et couvre très mal la sortie de Carrasso… une aubaine pour le PSG (50′). Un peu en dedans par la suite, on l’a vu en grande difficulté face à Lavezzi (61′), avant de se reprendre pour finir la partie sur plusieurs bonnes interventions, laissant au final une bonne impression.

Diego CONTENTO (6/10) : Après l’intermède très moyen de Maxime Poundjé, Diego Contento retrouvait le poste de latéral gauche pour la venue du PSG. D’entrée, il se procure une énorme occasion, mais voit son plat du pied être repoussé par Sirigu (6′). Une entame, à l’image de son match : très volontaire ! Certes, il a moins été cherché que Mariano, mais l’Italo-Allemand a lui aussi fait vivre un match difficile aux défenseurs parisiens. On l’a notamment vu trouver Rolan (38′), reprendre un superbe ballon de NMB, qui est venu mourir au ras du poteau (80′), et être au départ du dernier but (88′). Même s’il n’a pas toujours été très juste offensivement (15 ballons perdus), comme défensivement, avec entre autres, un jaune après une grossière faute sur Pastore 47′), il y a vraiment très peu de choses à lui reprocher ce soir, ce qui n’a pas souvent été le cas cette saison !

Cédric YAMBÉRÉ (6/10) : Soyons honnête, la surprise du chef réalisé par Willy Sagnol en titularisant Yambéré ne nous avait pas forcément emballé… Sur le terrain les deux fois au Parc cette saison, l’ex capitaine de la CFA avait affiché ses limites… pas ce soir ! Positionné en sentinelle, notre numéro 21 a semblé aimanté les ballons aujourd’hui. Du pied, malgré une première perte de ballon dangereuse (2′), mais surtout de la tête, Cédric Yambéré a assuré et a gagné 18 ballons. Venant presser ses adversaires, il a souvent embêté Ibrahimovic (22′ 45′), n’hésitant pas à aller au charbon, même si ce n’était pas toujours à bon escient. Offensivement, il a pris peu de risque, mais ce n’était pas forcément son rôle, même si sa seule tentative a fini très loin du but de Sirigu (87′)

Clément CHANTÔME (6/10) : C’est un véritable porte-bonheur ! Toujours invaincu en Gironde, Clément Chantôme retrouvait ce soir « son » club. Pendant 90 minutes, le natif de Sens a pourtant défendu bec et ongles le maillot au scapulaire. Accrocheur, notre milieu de terrain n’a jamais rien lâché et s’est souvent arraché pour venir contrecarrer les plans des milieux de terrain parisiens (14 ballons gagnés). Moins en vue offensivement que son compère Jaroslav Plasil, le numéro 11 bordelais gâche une belle opportunité en reprenant un excellent centre de Kiese Thelin… directement dans le visage de Sirigu (68′), quelques minutes après une première tentative trop écrasée (56′).

Wahbi KHAZRI (9/10) : Avec un 9/10, Wahbi Khazri aurait pu tout aussi bien que Jaroslav Plasil, être l’homme du match ! Evidemment cela aurait été mérité aussi pour le Tunisien, tout simplement époustouflant ce soir. Techniquement, ce fût un véritable régal, on retiendra notamment sa double roulette du début de match (9′), ou son extérieur du pied pour Diego Rolan (20′). Passeur décisif sur corner (18′), notre meneur de jeu a été de tous les bons coups, mais aura longtemps manqué de réussite dans la surface parisienne, comme sur son centre en retrait (34′), ou sur sa reprise ratée après l’occasion de Chantôme (68′). Finalement, 2 minutes plus tard, Khazri nous offrira une première délivrance en venant pousser de la tête un ballon dans le but vide (70′). Très malin sur l’action, il a lu la trajectoire de la passe de Kiese Thelin, plus vite que tout le monde. Rayonnant dans l’entre-jeu, il cédera sa place à Nicolas Maurice-Belay (75′). Tout de suite dans le ton du match, notre gaucher a apporté une touche technique supplémentaire, malheureusement ni Contento (80′), ni Rolan (82′) ne l’ont transformé en passeur décisif.

Diego ROLAN (8/10) : Homme du match à Caen, Diego Rolan a retrouvé son jardin pour notre plus grand bonheur ! En première période, son jeu à une touche de balle a fait merveille (5′ 20′), mais il n’a pas réussi à concrétiser ses premières occasions, manquant le cadre sur ses frappes (38′ 39′). Une chose qui s’est reproduite après le repos (55′ 82′), mais c’était pour mieux nous faire chavirer de bonheur, lorsqu’il a parfaitement repris ce caviar de Mariano, pour nous offrir la victoire (88′). Une récompense pour l’Uruguayen, déjà dans le coup sur le but de Khazri (70′), et auteur d’un superbe numéro face à Zoumana Camara (78′). Quel pied de le voir jouer de cette façon ! Sorti sous une ovation méritée, il a été remplacé par Abdou Traoré (90′), très utile pour conserver le ballon dans les arrêts de jeu.

Isaac KIESE THELIN (6/10) : C’est sans doute la meilleure prestation de Kiese Thelin depuis son arrivée. Dans son duel à distance avec Ibrahimovic, il perd 2-0 au niveau des buts, mais dans le jeu, c’est notre Suédois qui aura été plus grand ce soir. Très en jambes, on l’a vu d’entrée mettre le feu dans la surface parisienne, avec un centre pour Contento (6′), ou une belle frappe après s’être débarrassé de Silva et Motta (14′). Un peu moins influent par la suite, il a été très présent dans les duels, peut-être trop même (5 fautes commises), avant de refaire surface après l’heure de jeu. Passé pas loin de la passe décisive avec un bon service pour Chantôme (68′), il le sera quelques minutes plus tard avec une tête parfaite, que Wahbi Khazri n’a plus qu’à pousser dans le but (70′). Enzo Crivelli (83′) est venu prendre sa place en fin de rencontre, sans pouvoir se mettre en évidence.

Oui ! Oui ! Oui ! Quel match mes amis, quel match ! Du jeu, des buts, des retournements de situation, du suspense et enfin la délivrance ! Au terme d’une rencontre d’anthologie, Bordeaux bat donc le grand Paris (3-2). Portés par un duo Plasil-Khazri rayonnant au milieu du terrain, les Girondins ont fait vibrer Chaban-Delmas ce soir. C’est toute l’équipe qui est à féliciter après une telle prestation. Fautif sur un but, Carrasso a sauvé Bordeaux peu de temps après, la défense sous l’impulsion d’un Sané infranchissable a été à la hauteur, et l’attaque, superbe comme rarement, à l’image de la doublette Kiese Thelin-Rolan, de plus en plus complémentaire. Cette victoire, en plus d’être savoureuse, est importante, puisqu’elle nous permet de rester dans le coup pour la course à l’Europe, en récupérant notre 6ème place perdue hier (voir ici). Prochain rendez-vous à Toulouse, pour affronter une équipe au plus mal samedi prochain (à 20h). Allez Bordeaux !

La rédaction AG