Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Rennes (1-1)

Le joueur AG du match :

MALCOM (++) : L’entrée de Malcom a clairement changé le visage des Girondins. Amorphes et étouffés, les Marine & Blanc se sont réveillés lorsque le Brésilien est apparu sur le terrain. Elu joueur du match par la Rédaction, notre gaucher a apporté la vivacité et la technique qu’il manquait au côté droit bordelais ! A l’origine de l’ouverture du score (56′), il a placé plusieurs accélérations dévastatrices et a été dans tous les bons coups (59′ 60′ 68′ 76′ 90′ 90+3′). Le jour et la nuit avec Adam Ounas qui était titulaire à « sa » place (52′)

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (5/10) : De retour mardi en Coupe, Cédric Carrasso enchaînait ce soir face à Rennes. Comme contre Dijon, notre gardien n’a pas pu garder sa cage inviolée, puisque il s’est incliné sur la tête de Gourcuff (69′), une action sur laquelle il n’a pas pu faire de miracle. Avant cela, il avait réalisé une belle parade sur la frappe croisée d’Amalfitano (23′), mais avait aussi été trop court sur le ballon en profondeur pour Sio (43′). Après le repos il s’est saisi d’un tir peu dangereux de Prcic (64′) et a été rassurant dans les airs. Il peut également s’estimer heureux de voir la tête de Sio fuir son cadre (79′).

Milan GAJIC (5/10) : Comme toute l’équipe, Milan Gajic a vécu un premier acte pénible. S’il n’a pas non plus pris l’eau, il a eu beaucoup de difficulté face aux décrochages de Gourcuff ou aux montées de Baal. En seconde période, le Serbe a légèrement haussé son niveau de jeu, mais le but vient malheureusement de son côté (69′). Offensivement, il est passeur décisif en centrant pour Ménez (56′), sur l’une de ses premières montées. Ce « coup d’éclat » est un peu l’arbre qui cache la forêt, tant il n’a pas brillé dans ce domaine, la faute à un déchet beaucoup trop important (23 ballons perdus).

Igor LEWCZUK (=) Sorti blessé avant le repos, Igor Lewczuk était en train de réaliser une rencontre très correcte. Pas toujours impérial, le Polonais a malgré tout réussi plusieurs interventions (9′ 20′), venant seconder Carrasso sur l’occasion de Sio (43′). C’est un problème musculaire qui lui a fait quitter ses partenaires. Younousse Sankharé a pris sa place (44′).

Nicolas PALLOIS (5/10) : Du bon et du moins bon pour Nicolas Pallois ce soir ! Souvent opposé à Sio, notre numéro 5 a montré du répondant à l’attaquant ivoirien, même s’il a parfois été à la limite. Il a d’ailleurs été averti pour un duel aérien trop rugueux (80′). L’ancien Niortais a coupé pas mal de trajectoires pour repousser le danger (8′ 23′ 35′ 38′ 72′ 85′), même s’il ne l’a pas toujours fait de manière très académique. Avec 17 ballons gagnés, il est dans ses standards habituels. En revanche, il s’est montré trop imprécis, voire brouillon dans ses transmissions (8′ 22′). Sur le but de Gourcuff, il semble aussi un peu attentiste (69′)…

Théo PELLENARD (4/10) : En passe de devenir le numéro 1 après avoir été longtemps numéro 3 à ce poste, Théo Pellenard n’a pas vécu une soirée tranquille ! Opposé à Amalfitano, le vainqueur de la Gambardella 2013 a eu du mal à contenir l’ancien Lillois. Il a pourtant réalisé quelques interventions bien senties (4′ 24′ 25′ 46′), mais a, à plusieurs reprises, été trop loin au marquage. Comme Gajic, il a perdu un nombre trop important de ballons (23), ce qui gâche son bon chiffre à la récupération (19). Ce déchet important à été un véritable handicap pour l’équipe, puisqu’il n’a presque jamais trouvé la passe juste vers l’avant. Offensivement, il a été plus que discret, malgré des dernières minutes plus actives.

Jérémy TOULALAN (5/10) : Encore une fois les chiffres parlent pour Jérémy Toulalan, toujours impressionnant à la récupération : 23 ballons gagnés. L’ex Nantais s’est démené dans ce domaine (1′ 16′ 30′) même s’il a beaucoup souffert face aux milieux rennais. Dans l’utilisation, il a été nettement moins à la fête que lors des matchs précédents, pas aidé par ses partenaires très peu disponibles. Passé en défense centrale après la sortie de Lewczuk (44′), il a assuré l’essentiel en étant vigilant, mais a connu quelques courants d’air, comme sur cette accélération de Sio qui l’a laissé sur place (83′). On notera également quelques retards sur certains duels… Loin d’être catastrophique donc mais moins bon que ces dernières semaines.

Valentin VADA (3/10) : Homme du match mardi, Valentin Vada est la grande déception de la soirée. Coup de moins bien physique pour un joueur qui enchaîne beaucoup de matchs depuis le début de l’année ? Possible… Quoiqu’il en soit l’Argentin a été méconnaissable ce soir. Dans la conquête du ballons (8 gagnés), il a peiné, souffrant face à André ou Prcic… Sa première période a également été marquée par une imprécision inhabituelle, comme sur ce ballon donné aux Rennais qui mène à l’action de Sio (43′). Après la pause, il a su placé une ou deux petites accélérations, il est d’ailleurs au tout départ du but (56′), mais cela reste trop peu pour un joueur de sa trempe. En fin de match, il a cédé sa place à Diego Rolan (72′).

Jaroslav PLASIL (4/10) : Comme beaucoup de ses coéquipiers, Jaroslav Plasil n’a guère brillé sur la pelouse du Matmut Atlantique. Notre capitaine a été très discret et a eu un impact quasiment inexistant dans la bataille du milieu. Ses efforts n’ont pas souvent payé et il a souvent couru dans le vide, même s’il a un peu haussé son niveau de jeu après la pause. Plutôt précis dans ses passes (84 % réusssies), il a gagné en importance après le repositionnement de Toulalan et la sortie de Vada, même s’il ne s’est jamais mis en évidence offensivement, à part sur une reprise manquée (30′).

Adam OUNAS (2/10) : C’est bien simple, Adam Ounas a tout raté ! Titulaire surprise, le Franco-Algérien avait une carte à jouer, et autant dire qu’il ne sort pas gagnant de cette rencontre. Mangé par Ludovic Baal (22′ 32′), il n’a absolument rien apporté aux Girondins. On se demande bien où est passé son talent quand on voit toutes ses imprécisions (17′ 24′). Notre numéro 17 n’a même pas réussi une passe sur 2 (46 % de passes réussies) : des statistiques digne d’André Poko ! Du déchet, des dribbles ratés, des choix calamiteux… bref, son remplacement par Malcom (52′) a été un véritable soulagement !

Gaetan LABORDE (4/10) : Les matchs se suivent et ne se ressemblent pas pour Gaetan Laborde ! Buteur décisif mardi, notre jeune attaquant n’a pas connu la même réussite. Étrangement, il semble nettement plus à l’aise et adroit en Coupes qu’en championnat… Ce soir, il avait la balle de match dans les pieds, mais gâche totalement l’occasion de (re)devenir le héros (76′). C’était la seule réelle opportunité pour lui, qui aura vécu un match compliqué face à Gnagnon, qui aura souvent pris le meilleur sur lui. Malgré ce match difficile, notons tout de même une belle remise pour Plasil (30′), une combativité toujours présente, et un dernier quart d’heure très actif dans ses déplacements.

Jérémy MENEZ (6/10) : Jérémy Ménez aurait pu lui aussi être le héros du match ! En ouvrant le score dans un angle fermé (56′), il a lancé Bordeaux vers la victoire et aurait pu nous l’offrir sur ce face à face remporté par Costil et la barre (87′). Une action sur laquelle il récupère le ballon, accélère, dribble, mais manque de réalisme… En première période, il s’est illustré par quelques changements d’ailes (17′ 26′), mais a été peu en vue balle au pied, avant de monter en puissance. Buteur et à l’origine de la grosse occasion de Laborde (76′), il a été le joueur offensif (titulaire) le plus en vue sur l’ensemble du match. Il a également la dernière action et touchera de nouveau le poteau (90+3′) bien que l’arbitre l’ait (à tort) signalé hors jeu.

Les remplaçants :

Younousse SANKHARÉ (4/10) : Pour sa première apparition sous le maillot bordelais, Younousse Sankharé à remplacé Igor Lewczuk (44′). Le transfuge de Lille n’a pas crevé l’écran malgré quelques interceptions à mettre à son actif (47′ 70′). Son physique a légèrement soulagé Bordeaux, mais il n’a pas permis de « calmer » les Rennais. Sur le but de l’égalisation, il laisse Gourcuff s’échapper (69′), ce qui ne pardonne pas et laisse un sentiment négatif pour ses débuts…

Diego ROLAN (=) : Entré en jeu pour une vingtaine de minutes, Diego Rolan s’est montré sur quelques accélérations et passes sans jamais se mettre en situation de faire la différence.

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (5/10) : Malgré l’arrivée des recrues, Jocelyn Gourvennec avait décidé de ne pas bouleverser tout ses plans, laissant notamment Vada plutôt que Sankharé, même si au final aucun des deux n’a brillé. La titularisation de Jérémy Ménez, buteur, a été plutôt positive, au contraire de celle d’Adam Ounas ! Il faut le dire se priver de Malcom pour le mettre sur le terrain nous échappe un peu… surtout vu le niveau actuel de notre numéro 17 et son passif récent. Pour son coaching, il a donc « rectifier » cela en faisant entrer le Brésilien relativement tôt et a tenté de faire la différence en fin de rencontre en passant en 4-4-2.

La rédaction AG




Publier un nouveau commentaire