Florent MALOUDA / Diego CONTENTO

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Metz-Bordeaux (0-0)

Le joueur AG du match :

Cédric CARRASSO (7/10) : Ce soir, l’aîné des frères Carrasso, qui étaient réunis au stade Saint-Symphorien, nous a provoqué un ascenseur émotionnel ! Dans un match bien terne, le portier girondin a emballé la partie à lui tout seul en deux minutes. Il se fait d’abord remarquer pour une sortie incontrôlée qui se termine sur Madibo Maïga, erreur qui lui vaut un carton jaune et qui provoque un pénalty contre Bordeaux (87′). Pendant une minute, tous les supporters ont baissé la tête. Mais comme notre gardien sait se faire pardonner, il stoppe avec brio la tentative de Florent Malouda (88′). Il avait déjà arrêté une frappe croisée de l’ex-international français involontairement lancé par Contento (70′). Autrement, il est sauvé par Pallois qui dévie une frappe d’Andrada qui prenait la direction du but (83′), où Carrasso était resté debout, et va tranquillement chercher le ciseau de Malouda (90′). Une fin de rencontre animée donc pour notre homme du match, au chômage technique la première heure.

L’équipe :

Julien FAUBERT (4/10) : Préféré à Mariano ce soir, Faubert n’aura pas réellement respecté la philosophie de jeu de Sagnol qui consiste à jouer au sol. Il a beaucoup trop usé de longs ballons vers l’avant qui n’ont débouché à pas bien grand chose. Défensivement par contre, il a été plus propre, même s’il est mis dans le vent sur l’action sauvée par Pallois (83′). Offensivement il trouve Diabaté pour l’une des grosses occasions bordelaises (64′), mais c’est tout ! Le reste du temps il n’est pas monté ou a été beaucoup trop limité techniquement pour amener le danger devant le but de Carrasso.

Lamine SANÉ (5/10) : Bien de retour dans le onze type, le sénégalais n’a pas éclaboussé la rencontre mais a été propre. Stoppant au dernier moment une incursion dans la surface de Juan Falcon (32′), Lamine Sané a ici effectué sa plus belle intervention du soir. Bon relanceur comme à l’accoutumée, il s’est évertué à jouer au sol, le plus souvent vers Sertic ou Plasil, mais a eu trop tendance à « calmer » le jeu. Comme trop souvent il a commis des erreurs de concentration, qui sont restées sans conséquence aujourd’hui, même si sa glissade est compensée in extremis par un sauvetage de Pallois (83′).

Nicolas PALLOIS (5/10) : Toujours aussi physique, l’ex-niortais a éprouvé quelques difficultés ce soir, notamment lorsqu’il fait une faute évitable sur Krivets (56′) à l’entrée de la surface ou lorsqu’il se fait prendre de vitesse par le vif vénézuélien Juan Falcon sur des faces à faces (32′ 76′). A côté de cela, il a gagné beaucoup de duels aériens, et a surtout sauvé l’équipe en repoussant le tir d’Andrade sur sa ligne (83′).

Diego CONTENTO (5/10) : Conspué une bonne partie du match pour avoir provoqué le jaune de Falcon (36′), l’ancien latéral du Bayern a joué sur courant alternatif ce soir. Il délivre une passe décisive pour Khazri (23′) mais le but est logiquement refusé pour une position de hors-jeu du milieu offensif tunisien. Défensivement, il aura été mis en difficulté par les montées de Métanire et les décrochages de Falcon, mais s’est accroché. Il a failli commettre l’irréparable en offrant à Malouda, sur une passe en retrait trop molle, la possibilité d’ouvrir le score (70′). Plus en vue que Faubert offensivement, il doit malgré tout mieux faire et pousser ses actions jusqu’au bout.

Jaroslav PLASIL (6/10)Recevant comme Diabaté l’éloge de son entraîneur, l’expérimenté milieu tchèque a fait du bien ce soir dans ce match terne techniquement. Il a rassuré et est probablement le meilleur joueur de champ du match côté Bordeaux. Seul point noir, ses frappes aussi molles que hautes. Tentant sa chance à deux reprises (39′, 48′), on avait l’impression que même lui n’y croyait pas. Jamais avare lorsqu’il s’agit d’aider le collectif, Plasil a fait du bien à une équipe en panne d’idées ce soir, tant à la récupération qu’à l’organisation. Sa fin de match a été plus pénible, mais comme d’habitude, il n’a pas sombré !

Grégory SERTIC (5/10)Préservé face à Lille, Sertic a retrouvé une place de titulaire ce soir. Peu précis dans ses coups de pieds arrêtés, le franco-croate a été un peu en dedans, notamment en première période, où il a manqué plusieurs transversales, ce qui n’est pas dans ses habitudes. A court d’idée, malgré sa bonne volonté, il n’a jamais réussi à trouver le décalage juste, pas aidé par des attaquants peu inspirés. Sa seule tentative s’est également soldé par un échec, puisque sa frappe a été complètement dévissée (52′).

Whabi KHAZRI (4/10)C’est sans doute l’une des déceptions de la soirée ! Remplaçant contre Lille, le Tunisien retrouvait sa place ce soir, mais on ne peut pas dire qu’il ait pleinement justifié sa titularisation. Certes, il a fait des efforts pour réclamer le ballon, mais a rarement su l’utiliser comme il fallait. Pourtant il n’a pas hésité à tenter sa chance, mais a logiquement vu son but refusé (23′), et a surtout vu le cadre se dérober sur ses tentatives aux abords de la surface (10′ 66′). Pas loin d’être passeur décisif sur corner (72′), il s’est surtout signalé par sa nervosité, se prenant le bec avec le banc messin (39′) et prenant un jaune pour une contestation inutile (90′) avant de céder sa place à Diego Rolan (90′).

Abdou TRAORÉ (4/10) : Que retenir de l’heure passée sur le terrain par Abdou Traoré ? A part qu’il a passé le plus clair de son temps au sol, pas grand chose ! Fragile physiquement, le Malien n’a pas été épargné par les Messins, qui lui ont mis beaucoup de coups (13′ 21′ 33′), dont deux ont conduit à des jaunes pour Lejeune et Métanire. Quand il était debout, il s’est contenté du minimum, jouant la plupart du temps latéralement, il n’a pas pris de risques, et quand il était bien placé, il ne savait pas quoi faire du ballon… Nicolas Maurice-Belay (60′) est venu le suppléer. S’il a apporté de l’énergie à l’attaque girondine, notre numéro 19 n’a pas réussi à faire la différence, étant contré sur presque tous ses débordements.

Thomas TOURÉ (5/10)Alors qu’il devrait prolonger son contrat (voir ici), Thomas Touré continue d’enchaîner les titularisations. Plein de bonne volonté d’entrée, il a réalisé un premier acte assez brouillon, gâchant ses opportunités, en tricotant un peu trop (20′ 41′). En vrai guerrier, il a bataillé et est souvent revenu défendre. Malheureusement, offensivement il lui a manqué le réalisme, avec une tête qui a fuit le cadre pour quelques centimètres (72′), et un tir contré, alors qu’il aurait pu prendre sa chance avant (80′). Trop peu précis dans ses actions pour être décisif.

Cheick DIABATÉ (4/10)Précieux dans la conservation du ballon, le géant malien vanté par son coach et ses coéquipiers cette semaine n’a pas réussi à confirmer. Malgré quelques changements de jeu intéressants et une progression dans la déviation réelle, le meilleur buteur des Girondins n’a pas réussi, comme toute l’équipe ce soir, a faire la différence. Beaucoup trop souvent hors-jeu, il rate une grosse occasion quand, servi dans la profondeur, il n’arrive pas à enchaîner contrôle-volée (64′), alors qu’il était idéalement placé. Il sera remplacé par Enzo Crivelli (71′) qui aurait pu délivrer une passe décisive à Touré sur un retourné acrobatique qui s’est transformé en centre (80′). Combattif le reste du temps, il ne lui a pas manqué grand chose pour être dangereux.

Bordeaux avait l’occasion de monter sur le podium en cas de succès à Saint-Symphorien : c’est raté ! Désormais 5èmes (voir ici), voire 6èmes, si Lyon ne perd pas demain, les Marine & Blanc ne peuvent s’en prendre qu’à eux mêmes. Il y avait moyen ce soir de prendre les 3 points, mais les joueurs de Willy Sagnol ont été bien trop timides, donnant l’impression de jouer au ralenti. Les regrets sont là, mais en ne cadrant que 2 tentatives (non dangereuses) en 90 minutes, difficile d’espérer mieux, surtout avec un Diabaté hors du coup ce soir. Nous devons nous contenter d’un point, et finalement lorsque l’on repense à la minute qui s’est écoulé entre le penalty sifflé contre Carrasso et arrêté par notre gardien, on peut presque se dire que cette mauvaise soirée aurait pu virer au cauchemar. La réception de Lorient samedi (20h sur beINSPORTS) doit nous permettre de retrouver la victoire ! Allez Bordeaux !

Par Clem et Ando.

La rédaction AG



Laisser un commentaire