Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Nantes-Bordeaux (0-1)

Le joueur AG du match :

Gaëtan LABORDE (6/10) : Il n’a pas marqué, ni été décisif, et pourtant Gaëtan Laborde est élu homme du match par la Rédaction. Bordelais le plus dangereux en première période, il a manqué de précision (29′) avant de trouver Maxime Dupé d’une jolie tête sur corner (44′). Pas plus en réussite devant le but après la pause, malgré un joli numéro (58′), il a beaucoup pesé sur la défense nantaise. Des appels, des courses, des déviations, des duels gagnés, c’est un véritable bonheur de le voir se battre autant pour nos couleurs ! On ne peut plus combatif, il a terminé la rencontre sur les rotules ce qui ne l’a pas empêché d’avoir été très précieux pour conserver le ballon dans les dernières minutes.

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (5/10) Difficile de donner une autre note à Cédric Carrasso qui n’a tout simplement pas eu un seul arrêt à effectuer ! En effet, les Canaris n’ont pas cadré et leurs tentatives souvent peu dangereuses ont systématiquement fuit la cage girondine (20′ 26′ 38′ 40′ 86′). Auteur d’une bonne sortie aux poings (42′), notre gardien est en revanche un peu juste lors de la grosse occasion de Pardo (66′). Pour le reste hormis quelques balles jouées aux pieds, il a été au chômage technique, mais il ne s’en plaindra certainement pas !

Youssouf SABALY (6/10) : De retour dans un stade qu’il connait bien, Youssouf Sabaly est à créditer d’une bonne rencontre en ce dimanche de Pâques ! Si Thomasson a tenté de le prendre à défaut, notre latéral droit a souvent pris le meilleur dans son couloir. Solide et sobre, il a réalisé de bonnes interventions (8′ 50′ 63′), se montrant très serein. Offensivement, il a mis du temps à se montrer, mais sur son premier véritable débordement, il est passé proche de la passe décisive, en offrant un centre parfait à Kamano (43′). Sa relation technique avec Malcom a également beaucoup apporté dans l’utilisation du ballon, malgré un déchet important (14 ballons perdus), qui s’explique aussi par le fait qu’il a été le joueur le plus sollicité (60 ballons touchés).

Igor LEWCZUK (5/10) : Comme face à Metz samedi dernier, Igor Lewczuk a réalisé un match sans fausse note. Le Polonais a gagné beaucoup de duels, notamment dans les airs, récupérant au total 25 ballons. Intelligent dans son placement, il a souvent pris le meilleur sur les attaquants nantais (2′ 15′ 23′ 45′ 45+5′ 53′ 59′ 81′ 87′). Notre défenseur a en revanche fait beaucoup trop de fautes, puisqu’il en a commis 4, ce qui traduit son retard sur certaines interventions, surtout sur Nakoulma (23′ 36′ 55′ 87′). Dans sa relance, il a également été beaucoup trop imprécis, il est le titulaire avec le taux de passes réussies le moins élevé (62 %).

Nicolas PALLOIS (6/10) : La plupart du temps opposé à Emiliano Sala, Nicolas Pallois est souvent sorti vainqueur de ce duel d’ex Niortais ! Comme son compère de la défense centrale, il a régné en maître dans les duels, multipliant les interventions bienvenues (16′ 19′ 45+3′ 64′ 78′ 89′), gagnant 24 ballons, sans faire dans le détail, comme souvent. Plus propre que son acolyte, il n’a commis qu’une seule faute, qui lui a valu un jaune, plus que justifié (37′) et qui aurait même pu virer au rouge. Rarement pris à défaut, si ce n’est sur ce ballon pour Pardo (66′), il semble revenir à un bon niveau, ce qui est essentiel dan ce sprint final !

Diego CONTENTO (non noté) : De retour dans le coup, Diego Contento effectuait une première demi-heure très convenable, avant de devoir céder sa place, blessé. C’est Milan Gajic qui a remplacé notre numéro 3 (34′).

Jérémy TOULALAN (6/10) C’est brassard de capitaine autour du bras que Jérémy Toulalan revenait affronter son club formateur ce dimanche, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a fait honneur à nos couleurs. Dans son style caractéristique, notre sentinelle a encore été omniprésente à la récupération (4′ 10′ 21′ 42′ 43′ 56′ 58′ 72′ 85′). Intelligent dans son placement, il a très souvent eu une jambe ou un pied qui trainait pour mettre en échec les milieux nantais. Avec 26 ballons gagnés, il n’a pas eu d’équivalent sur le terrain. On notera tout de même quelques imprécisions (21 ballons perdus) et un corner « offert » à Nantes suite à une incompréhension avec Carrasso (83′).

Valentin VADA (6/10) : Paradoxalement, c’est plus d’un point de vue défensif que Valentin Vada s’est illustré sur la pelouse nantaise. Présent au combat dans la conquête du cuir (19′ 35′ 45+3′), il a prêté mains fortes à Jérémy Toulalan dans ce domaine. Décisif, l’Argentin est à l’origine du but en allant gratter le ballon dans les pieds de Touré (65′). La minute suivante, c’est lui qui met fin au slalom de Pardo (66′) dans la surface de Carrasso. Offensivement, il a été trop peu influent, malgré de bons corners (44′ 45+’2), multipliant les mauvais choix, surtout en première période (19′ 21′ 41′ 45+3′), pour au final perdre 19 ballons. Jaroslav Plasil a pris sa place en fin de rencontre (80′).

Younousse SANKHARÉ (6/10) : « C’est nul » ! On ne parle pas de la prestation de Younousse Sankharé, mais de ses mots à la mi-temps d’une triste rencontre ! Au final, grâce à sa frappe victorieuse du gauche (65′), on ne l’a pas trouvé nul ce match. Il est vrai que d’un point de vue personnel, son premier acte a été plutôt médiocre, malgré un bon centre pour Malcom (9′). Trop peu précis dans ses passes, comme sur sa tentative (45′), il a rectifié le tir après le repos. L’ancien Guingampais est clairement monté en puissance dans ce match, réalisant de belles ouvertures (76′ 79′ 90+3′) et se montrant intéressant à la récupération (77′ 89′). Il n’a pas tout bien fait, comme en témoigne son nombre de ballons perdus (14), mais il continue d’apporter et ce n’est sans doute pas un hasard si Bordeaux tourne mieux depuis son arrivée !

MALCOM (5/10) : Comme beaucoup, Malcom est passé à côté de sa première période. Le Brésilien s’est montré en plaçant une tête hors cadre (9′), avant d’être étonnamment discret, hormis sur un bon ballon donné à Sabaly (43′). Après le repos, il a été plus à son aise, réalisant quelques jolis numéros techniques face à Lima (57′ 67′ 76′) et obligeant Dupé à sortir une belle parade (89′). Souvent arrêté illicitement (5 fautes subies), notre numéro 25 n’a pas réussi à se montrer décisif, pêchant un peu dans la dernière passe. Même s’il n’a pas été mauvais, avec un tel talent, on attend forcément beaucoup !

François KAMANO (5/10) : A l’instar de Malcom, François Kamano a passé une première période plutôt anonyme, étant plus présent pour revenir défendre que pour mettre le feu dans la défense nantaise. Il s’est néanmoins mis en évidence juste avant la pause, mais sa reprise a été détournée par Djidji (43′), alors que sa bonne ouverture n’a pas pu être décisive (44′). Cela n’a été que partie remise, puisque c’est lui qui décale Younousse Sankharé pour l’unique but du match (65′). Une action qui ré-hausse une prestation plutôt terne, ponctuée par plusieurs mauvais choix (79′ 84′). Remplacé par Diego Rolan en fin de rencontre (87′).

Les remplaçants :

Milan GAJIC (5/10) : Entré en jeu à la place de Diego Contento blessé (34′), le Serbe est venu se placer à un poste inhabituel de latéral gauche. Pas sur son côté, Milan Gajic a effectué l’essentiel, peu mis en danger par Kacaniklic, invisible, puis Harit, discret. Sans avoir à forcer son talent, il est resté bien en place et n’a pas beaucoup apporté offensivement, mais le scénario du match ne le nécessitait pas forcément. Logiquement averti lui aussi pour une faute évidente (78′), dans la foulée d’un bon tacle (77′).

Jaroslav PLASIL (=) : Entré à 10 minutes de la fin, le Tchèque s’est mis dans le tempo du match, aidant Bordeaux à conserver le score. Auteur d’une belle ouverture pour Diego Rolan (90+2′)

Diego Rolan (=) : Peu de temps de jeu pour notre numéro 9, pourtant proche d’être décisif (90+2′).

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (6/10) : Privé de Ménez et Ounas blessés, notre entraîneur a aligné, comme attendu, son équipe type cet après-midi, avec notamment la « KLM » devant. Sa formation est apparue amorphe pendant une grosse demi heure avant de se réveiller. Dans son coaching, il a d’abord surpris en faisant entrer Gajic à la place de Contento, blessé, alors que Pellenard était sur le banc, avant de faire dans le classique en lançant Plasil et Rolan en fin de rencontre.

La Rédaction




Publier un nouveau commentaire