Carrasso - Pallois - Pablo - Yambere - Groupe - (20.09.2015 - Bordeaux / Toulouse - 6eme journee de Ligue 1)

Nicolas Pallois, Pablo, Cédric Yambéré, Cédric Carrasso. Quatre joueurs axés sur la défense et qui en bavent particulièrement en ce moment. Club qui a encaissé le plus de but dans l’élite, Bordeaux n’est pas dans une période faste. Loin de là. Si les médias font un switch presque total sur les Girondins, nous, supporters, pensons à évoquer le terme de crise. C’est vrai que prendre seize buts en neuf journées, ça fait mal au scapulaire. Essayons de comprendre comment cette faillite de l’arrière garde a pu se produire.

I – Une défense beaucoup trop « cosmopolite »

Un brésilien, un sénégalais, un serbe, un congolais, trois français, un allemand. S’il n’y a aucun problème de langue entre les africains et les français, des questions se posent quand à la communication entre des Milan Gajic, Pablo et Diego Contento. Cette défense très « internationale » a les pires difficultés pour s’entendre au niveau du placement, notamment. Et même si celui qui se place le moins bien est Yambéré, il n’y a pas de difficulté à voir que Pablo et Gajic, qui partagent le flanc droit de la défense, n’ont pas une bonne entente (pas personnelle, mais sur le terrain). En même temps, entre un homme qui ne parle que le portugais et l’autre qui connaît deux, trois notions de français et anglais mais qui ne parle que serbe, le problème se pose. En ce sens, logique est la question suivante : Bordeaux a t-il raté son recrutement ?

II – Un recrutement raté ?

Fin de saison dernière : Marc Planus, Tiago Ilori, Mariano, Julien Faubert s’en vont. Septembre 2015 : Milan Gajic (19 ans) et Pablo (il a fallu attendre la dernière semaine du mercato) arrivent. Numériquement, l’affaire n’est pas bonne. Pour l’adaptation du nouveau n°4 bordelais, pas évident (officialisé le 31 Août). Le mercato a été mal négocié de la part de nos hautes instances. Les quatre départs cités en début de paragraphe, nous les connaissions dès le mois de Septembre 2014 (sauf éventuellement Mariano). L’anticipation aurait dû être de mise de la part de nos dirigeants. Plutôt que de parler des difficultés de Pablo, il semblait plus juste de mettre en exergue le manque de promptitude au niveau de l’exécution. Sur les qualités intrinsèques des deux joueurs en questions, du bon à retenir, mais aussi du beaucoup moins bon. Sur l’homme, Pablo perd trop de duels proche de la surface (exemples contre Liverpool, à Lorient, à Nice). Pour un central, ce n’est pas l’idéal. Gajic, lui, n’est pas meilleur défensivement. Sagnol l’avait sorti précocement contre Lyon, affirmant « qu’il mettait en danger le reste de l’équipe ». Preuve que la relation de confiance du coach envers son joueur n’est pas au beaufix. Preuve, encore une fois, que le mercato n’a ni été bien négocié au niveau temporel, mais peut-être aussi au niveau qualitatif. Toujours est-il qu’il n’y a pas que ces deux joueurs qui sont à mettre dans l’œil du cyclone. La preuve.

III – Une déroute, mais surtout sur le plan individuel

C’est simple, à tout moment, un membre de notre défense peut faire une erreur qui coûte cher. Inutile de re-citer des noms, tous les joueurs ont prouvé leurs capacités à passer au travers sur une action. C’est peut-être ça le plus problématique. Une défense solide, c’est un bloc équipe aligné, avec des joueurs concentrés et qui savent quand lancer le pied pour récupérer le ballon. A Bordeaux, depuis plus d’un mois, nous avons l’impression que soit il y a des problèmes de concentration, soit il y a une réticence au tacle qui débouche sur un « bon là j’y vais » qui finit toujours mal. Exemple de Yambéré qui se jette à corps perdu au milieu de terrain sur Trejo, qui le rate, et qui laisse un trou béant dans lequel s’est engouffré Regattin. Forcément, pour un équilibre défensif, ce n’est pas le choix idoine. C’est pour cette raison qu’on parle de « déroute ».

A l’heure de faire un premier bilan, il n’est pas très réjouissant. Beaucoup d’erreurs individuelles, un mercato mal géré, des sauts de concentration… Si tout ne va pas mal à Bordeaux, la blessure reste profonde. Des automatismes et un regain de forme sont primordiaux à trouver, parce que les autres équipes ne vont pas nous attendre. Voir qu’au tableau des défenses, les Girondins sont au fond du trou, ça fait mal. Surtout pour une formation qui se veut européenne.



Laisser un commentaire

  • Pioupe

    C'est la vérité objectif maintien… Bravo et merci Nicolas et Jean-Louis!!!