Guillaume HOARAU / Grzegorz KRYCHOWIAK

Troisième partie de l’interview interactive avec les supporters des Girondins sur le site officiel du club avec Guillaume Hoarau. L’attaquant bordelais évoque dans cette partie notamment, les raisons qui l’ont amenées à signer aux Girondins, parle du départ de Ludovic Obraniak, de la non-arrivée de Benoît Trémoulinas, de la cuisine chinoise, et des supporters bordelais. Voici un extrait des réponses du numéro 13 girondin que nous avons sélectionnés :

Qu’est-ce qui t’a poussé à venir à Bordeaux ? Votre signature repose-t-elle sur un rapport « gagnant-gagnant », style : « tu flambes, ça profite aux Girondins et cela te permet de voir plus haut ailleurs » ?
Je ne pouvais pas enchaîner une deuxième expérience à l’étranger. Il fallait que je retrouve des racines et des forces. Quand j’ai évoqué un retour en France avec mon agent, j’ai ouvert le journal et j’ai vu que Bordeaux était 4ème. Mon fils habite ici. Parfois, il y a des signes juste sous tes yeux. Je me suis simplement dit que j’allais les suivre. Avant, j’avais fait le choix de l’argent. Cette fois, j’ai fait un choix plus humain. J’espère que tout se passera bien. Tout ce qui est autour du business, ce n’est pas mon domaine. Si c’est un rapport gagnant-gagnant, tant mieux ! J’aime bien quand chaque partie s’y retrouve.

Comment as-tu vécu le départ d’Obraniak qui aurait pu être un soutien de poids pour te faire marquer ?
Je suis arrivé et j’ai pensé à ma préparation. J’ai pris le train en route mais je sais bien que le mercato est une période délicate. Elle m’a rendu service. Ludo est parti dans un bon club et un bon championnat. Je pense qu’il est content et nous lui souhaitons bonne route. Cela fait un joueur de qualité en moins, c’est vrai. Désormais, ses concurrents, les mecs qui réclamaient du temps de jeu, doivent montrer qu’ils peuvent faire aussi bien que lui. C’est comme ça. Les joueurs ne sont que de passage, le plus important, c’est le Club. Il faut essayer de laisser la meilleure image possible. Du peu que je l’ai connu, je pense que c’est un mec bien.

N’es-tu pas trop déçu d’avoir vu Benoît Trémoulinas s’engager à Saint-Etienne sous forme de prêt plutôt qu’aux Girondins ?
Je l’ai engueulé. Je lui ai dit que c’était un traître et que nous allions régler cela à La Réunion (sourire). C’est encore un cas particulier. Je ne suis pas au courant des détails, des tenants et aboutissants de cette histoire. Je pense que s’il avait pu revenir à Bordeaux, il l’aurait fait en priorité. Cela ne s’est pas fait et il doit y avoir de bonnes raisons. Je ne suis pas là pour juger. Je lui souhaite également une bonne fin de saison.

Que penses-tu des supporters bordelais ?
Les gens ici ont une approche différente de ce que j’ai connu. Ils sont respectueux, plus calmes. Après je pense que la région veut ça. A Paris, nous avions de fervents supporters, des mecs qui ont grandi avec le PSG dans le sang, mais cela occasionnait des débordements. Nous ne connaissons pas la vie des supporters mais nous savons que certains se sacrifient, mettent parfois tout leur argent dans l’abonnement. Ça on ne le vit pas, mais pour eux, un simple match devient l’évènement du weekend. Donc je respecte énormément les supporters pour ça. Je sais que ce n’est pas toujours facile pour eux. Les supporters bordelais, avec ce qu’ils ont connu par le passé, revendiquent de bons résultats. Quand on aime son club c’est tout à fait normal. Ils m’ont offert un très bel accueil et j’espère leur rendre leur confiance.

Retrouvez l’intégralité des réponses de Guillaume Hoarau aux supporters : ICI !

Source : Girondins.com



Laisser un commentaire