Joie Wahbi Khazri

Après deux premiers articles « Le Duel » où Diego Rolan vs. Thomas Touré (voir ICI) et ensuite Clément Chantôme vs. Grégory Sertic (voir ICI) ont été comparés, nous avons décidé cette fois-ci de faire « un Duel » qui n’en est pas un finalement, puisque moult joueurs vont être mis en confrontation. L’objectif ? Voir quelles ont été les satisfactions et insatisfactions des achats du mercato estival 2014 et hivernal 2015. Il y a aussi deux néo-pros. Les recrues sont au nombre de huit : Whabi Khazri, Tiago Ilori, Cédric Yambéré, Diego Contento, Isaac Kiese Thelin, Thomas Touré, Nicolas Pallois, Clément Chantôme. Lequel tire son épingle du jeu ? Lequel n’arrive pas à s’imposer sous nos couleurs ? Analyse.

1er point : l’adaptation

Ceux qui assurent : Khazri, Pallois, Yambéré. L’ordre de ce trio n’est pas dû au hasard. En effet, ils sont disposés dans un ordre croissant au niveau de la surprise de les voir si bien adaptés au groupe professionnel des Girondins. Si Khazri, arrivé de Bastia, club de l’élite, s’est rapidement imposé – sans surprise – à un poste d’organisateur dont Bordeaux avait besoin, pour Nicolas Pallois et surtout Yambéré, ce n’était pas forcément prévu initialement. Nicolas Pallois est lui arrivé de Niort pour remplacer Bréchet, qui nettoyait le fond du banc l’an dernier. Résultat ? Il est le joueur de champ le plus utilisé sous Sagnol (3153 minutes). Pour Yambéré, son parcours à la Sané (tous les deux formés à Lormont, club de la banlieue bordelaise) s’est poursuivi jusqu’à la signature de son contrat pro deux jours avant Noël (le 23/12/2014), lui qui est arrivé sur le tard (24 ans). Une réussite imprévue pour certains qui réjouit puisque le poste de défenseur central est exposé aux suspensions. Il faut donc pléthore d’éléments de bon niveau.

Ceux qui promettent : Kiese Thelin, Chantôme, Touré. Difficile d’en vouloir aux deux premiers, eux qui sont arrivés il y a environ quatre mois sur les bords de la Garonne. Le grand suédois de 1,88m s’est plutôt bien acclimaté à son nouveau milieu, apprenant rapidement le français et nouant de belles relations avec ses compères d’attaque, relations qui se répercutent positivement sur le rectangle vert. Pour Chantôme, pas de barrière de la langue. Son adaptation a été bonne mais insuffisante pour le moment, la faute à un manque de leadership dans des rencontres où ses coéquipiers n’ont pas été au niveau techniquement (exemple récent : Lorient). Pour le dernier, Thomas Touré, laissons le temps agir. La concurrence est plus forte, surtout depuis que Sagnol a changé son plan de jeu.

Ceux qui déçoivent : Contento, Ilori. Après 19 années passées en Bavière, Diego Contento a choisi de donner une nouvelle branche à sa carrière professionnelle. Il a donc signé à Bordeaux le jour du départ de Lucas Orbàn à Valence (le 11 Août 2014). Contrairement à Kiese Thelin, « Cento » éprouve des difficultés avec le français, pas évident pour jouer en France. Dans le jeu, les combinaisons avec Maurice-Belay étaient bonnes offensivement, mais parfois il semble surjouer en attaque, de là à se positionner presque comme un attaquant. Son adaptation est perfectible, il y a de quoi croire en lui. Lui, aime le maillot. Par contre, Tiago Ilori… Sa motivation ne donne pas envie d’en faire des tonnes sur lui. Célébrant rarement les victoires avec les supporters comme le font les autres, il ne saute pas non plus de joie sur les buts et montre une suffisance déconcertante.

2ème point : l’apport dans le jeu

Ceux qui assurent : Kiese Thelin, Chantôme, Khazri, Pallois. Tous ceux-là ont apporté une pierre à l’édifice non négligeable. L’attaquant suédois, par son très bon jeu de remise et sa qualité technique, réussit à faire des différences. Chantôme, sans surprise, est important, surtout depuis que Bordeaux joue dans un 4-4-2 en losange où il a un poste de sentinelle devant la défense (ou alors plus haut, à la relance). Sa patte et son œil donnent un facteur plus au milieu de terrain. Bon frappeur de coup franc et artilleur longue distance, Khazri est plus complet offensivement que Chantôme. Enfin, Pallois, est lui très solide défensivement et arrive souvent à rester flegmatique pour distiller de bons ballons.

Ceux qui promettent : Touré, Yambéré. Comme une très grande partie des néo-pros, ceux-ci ont un apport imparfait durant leurs premières apparitions. Pourtant, Thomas Touré a apporté de la vitesse et de la percussion sur son aile, un véritable impact player. De plus, ses appels en profondeur sont intelligents, donc, de qualité. Il reste cependant parfois individualiste. Lever la tête pourra lui faire franchir un cap. Pour Yambéré, son physique très imposant et sa détermination influent positivement sur son niveau. Sa faculté a balancer des chandelles reste, par contre, désagréable. Mieux gérer la pression le fera grandir. Encouragements à eux quand même.

Ceux qui déçoivent : Contento, Ilori. Les cancres sont les mêmes. Pour le premier, la déception est avant tout défensive. Exemple concret contre Marseille, où il a laissé libre choix à Alessandrini de le déborder à sa gauche ou sa droite… Même s’il était sevré d’aide (Traoré en l’occurrence), défendre plus près n’était pas le problème des autres. En général trop friable en défense, on attend mieux dans son apport défensif. En phase d’attaque, il peut être très intelligent mais parfois suicidaire. Parfois ça marche, parfois non. Pour Ilori… Défendre les jambes fléchies l’aiderait pas mal. Rarement au niveau, il déçoit en général. Prenant de rares risques dans ses passes, il donne le ballon le plus souvent à son partenaire de défense centrale.

3ème point : leur efficacité en Ligue 1

Ceux qui assurent : Pallois, Khazri. L’ancien défenseur de Niort est actuellement 4ème joueur qui récupère le plus de ballons en Ligue 1 et le meilleur dans les clubs du Top 6 ! A cela il faut rajouter un but, marqué contre Toulouse en Coupe de la Ligue. Seul bémol peut-être, Pallois a été renvoyé deux fois au vestiaire prématurément cette saison (contre Lyon et à Toulouse). Whabi Khazri est lui tout simplement le joueur bordelais le plus efficace dans l’exercice 2014-2015 avec 9 buts et 5 offrandes. Pas mal pour une première saison.

Ceux qui promettent : Touré, Yambéré, Kiese Thelin. Troisième attaquant le plus utilisé par Sagnol (27 apparitions, seuls NMB et Rolan font mieux), Thomas Touré ne pensait pas avoir autant le loisir d’exprimer son talent. Dans cette période faste, «TT» a distillé 5 passes décisives, ce qui lui donne le titre actuel, au combien honorifique, de meilleur passeur du club (ex-aequo avec Khazri). Mais quand même. Bémol, seulement 3 buts et beaucoup d’occasions gâchées. Une finition à affiner. Pour Yambéré, il s’est révélé dans des rencontres de prestige (PSG, OM) où il a marqué (à domicile contre Marseille) où été solide en défense. Son placement et sa vigilence restent à travailler lorsqu’il est placé en défense centrale, où il est capable du pire (contre Lens). Enfin, «IKT» se montre très altruiste, puisqu’il a donné avec brio 3 passes décisives en 12 matchs. Il n’a par contre trouvé la marque qu’une seule fois, contre Reims. On attend plus statistiquement de lui, mais laissons le temps au temps. 

Ceux qui déçoivent : Chantôme, Contento, Ilori. Pour ce dernier point il n’y a pas deux mais trois déceptions. En effet, Clément Chantôme vient se rajouter dans le camp des mauvais élèves. Bon dans les avant-dernières passes, il n’est pas là pour conclure les actions. Il est vrai que son poste n’est pas adjuvant aux grosses statistiques, mais marquer 2-3 fois et donner 5 passes décisives ne doit pas être insurmontable pour un joueur de sa trempe. Pour Contento, s’il a marqué en Coupe (aussi contre Toulouse), il n’a que rarement donné de passes décisives, ce qui fait tâche quand on connaît ses envies d’apporter offensivement. Pour finir, Ilori a permis à Bordeaux de ramener un point de Saint-Etienne mais a raté l’immanquable à Lille.

Pour conclure, nous pouvons donc constater que les grands gagnants de cet article comparatifs sont : Whabi Khazri et Nicolas Pallois. Mention encouragements pour Isaac Kiese Thelin, Clément Chantôme, Cédric Yambéré et Thomas Touré. Enfin, le bonnet d’âne revient à Tiago Ilori et aussi à Diego ContentoMais surtout à Ilori. Avis contrastés à l’aube de juger les forces et faiblesses de ces deux périodes de mercato. Quand certains ont agréablement surpris, d’autres nous ont fait pousser quelques soufflantes derrière la télévision. En vue de la saison prochaine, ceux qui nous ont réjouit ont forcément la petite pression de rééditer les mêmes performances, tandis que ceux qui laissent des promesses devront mettre les moyens en oeuvre pour passer un cap important pour la pérennité du club mais aussi de leurs carrières. Pour Contento, il ne faut pas l’envoyer à la cave. Techniquement très propre, il n’est peut-être toujours pas bien adapté à 100% à son nouvel environnement. Le mental joue un rôle prépondérant chez un sportif professionnel. Pour Ilori, de toute façon il repartira à Liverpool. Sans aucun regret.



Laisser un commentaire

  • ThunderOKC35

    Très bon bilan de la saison pour les joueurs récemment recruté !