La saison 2015-2016 étant achevée, il est temps de faire un bilan sur la prestation de nos joueurs. Après chaque rencontre, la rédaction d’ActuGirondins a attribué une note à chaque joueur bordelais ayant disputé au moins 45 minutes (elle correspond à la moyenne des notes de tous les rédacteurs). La saison terminée, nous vous proposons donc un classement de notre effectif, établi avec la moyenne de ces notes.

LE CLASSEMENT (10ème à la 6ème place)

Battu d’entrée par Reims (1-2), Bordeaux a terminé la saison par une autre défaite à Caen (1-0). Entre ces deux échecs, les Girondins ont disputé 50 autres rencontres toutes compétitions confondues. Dans cette cinquième partie de notre bilan, nous nous intéresserons aux joueurs classés entre la 10ème et la 6ème place.

10ème : Nicolas MAURICE-BELAY – 4.50/10

27 matchs, 19 titularisations, 20 notes
Classement à la trêve : 11ème/19, avec 4.53/10
Meilleure note : 6 (contre Monaco et à Rennes)
Pire note : 2 (à Nice)
Joueur AG du match : jamais
2 buts, 2 passes décisives, 3 cartons jaunes

Fidèle à lui même, Nicolas Maurice-Belay a réalisé une saison plus sérieuse que flamboyante. On peut lui accorder une régularité rare, preuve en est il a récolté 8 fois la note 5/10 lors de ses 11 premiers matchs. NMB a donc été satisfaisant mais rarement emballant. Comme Enzo Crivelli, il a profité de l’enchaînement réception de Monaco (6/10) – déplacement à Rennes (6/10), pour briller, marquant contre le club de la Principauté, et étant décisif aussi au Roazhon Park. A part ces deux rencontres, il a eu du mal à se mettre en évidence, que ce soit dans le couloir de l’attaque ou dans une position de milieu plus reculé. Comme beaucoup, il est aussi passé à côté de quelques rencontres, citons par exemple celle à Nice (2/10) ou celle à Bastia (3/10). Assez discret lors du succès contre Lille (4/10) en janvier dernier, notre numéro 19 ne refoulera plus les pelouses par la suite. Blessé au genou droit, il a subi une opération et a donc assisté à la fin de saison depuis l’infirmerie.

9ème : PABLO – 4.69/10

18 matchs, 17 titularisations, 16 notes
Classement à la trêve : 8ème/19, avec 4.67/10
Meilleure note : 7 (à Paris SG et contre Paris SG)
Pire note : 0 (à Nice et à Toulouse)
Joueur AG du match : 1 fois (contre Montpellier)
1 but, 3 cartons jaunes

Des 6 recrues estivales ou hivernales, Pablo est le seul qui figure dans notre classement. Pourtant, lui non plus n’a pas énormément joué, la faute à une grande fragilité au niveau des adducteurs (voir ici). Pour son baptême du feu, notre défenseur avait fait très bonne impression au Parc (7/10). Le club de la Capitale qui l’inspire puisque pour sa dernière rencontre notée de la saison, il avait livré un très beau combat à Ibrahimovic (7/10). Entre ses deux performances, le Brésilien a donc connu de (trop) longues semaines de blessures, mais aussi des prestations en dent de scie. Rassurant par moment (6/10 contre Montpellier, contre le Gazelec ou à Marseille), décisif aussi (6/10 contre Lyon), il a aussi montré des signes de fébrilité assez incroyable à d’autres occasions. Ses matchs à Nice (0/10) et à Toulouse (0/10) sont deux catastrophes absolues, alors qu’il aussi gâché quelques bonnes rencontres par des erreurs défensives évitables (5/10 contre Liverpool, 3/10 à Lorient). Comme beaucoup de ses coéquipiers, Pablo n’a donc pas fait la saison escomptée, même s’il a montré quelques qualités.

8ème : Frédéric GUILBERT – 4.81/10

40 matchs, 38 titularisations, 36 notes
Classement à la trêve : 3ème/19, avec 5.00/10
Meilleure note : 7 (contre Monaco en CdL, contre Lorient en CdL, contre Lille, contre Rennes et contre Nice)
Pire note : 0 (à Nice et à Toulouse)
Joueur AG du match : 3 fois (contre Marseille, contre Lille et contre Nice)
2 passes décisives, 1 csc, 6 cartons jaunes, 2 cartons rouges

Dans cette saison difficile, Frédéric Guilbert est l’une des rares satisfactions à Bordeaux. Spontanément, on l’aurait classé plus haut, mais les notes ne le mettent « qu’à » la huitième position. C’est surtout à cause de ses prestations en tant que latéral droit qu’il n’est pas plus haut. En effet, sur le côté, notre numéro 26 n’a pas toujours été souverain. En Europa League, il a bien fait le travail lors du barrage face à Almaty, à l’aller (6/10), comme au retour avec une passe décisive pour Crivelli (6/10). Malheureusement, en Ligue 1, il a rarement brillé à ce poste, étant au mieux moyen (5/10 contre Montpellier). On se souvient aussi de son terrible match, à l’image de toute la défense à Nice (0/10). Repositionné défenseur central en fin d’année 2015, Frédéric Guilbert a surpris. Propre, appliqué, et très intelligent, il a multiplié les rencontres convaincantes, en Coupe de la Ligue (7/10 contre Monaco et Lorient), comme en championnat (7/10 contre Lille, Rennes ou Nice). Véritable révélation à cette place de défenseur central, il a rassuré tant qu’il a pu, mais s’il a souvent été très bon, il a aussi connu des « trous » terribles. Sa présence n’a pas empêché les nombreux naufrages (0/10 à Toulouse, 1/10 à Lille en Coupe, 3/10 à Reims), et il est même coupable d’erreurs grossières lors de certaines rencontres (3/10 à Nantes et contre Saint-Etienne). Difficile de lui en vouloir pour autant, bien évidemment !

7ème : Diego CONTENTO – 4.94/10

34 matchs, 33 titularisations, 31 notes
Classement à la trêve : 2ème/19, avec 5.15/10
Meilleure note : 7 (contre Monaco, à Rennes, contre Lille et contre Ajaccio)
Pire note : 1 (à Lille en CdL)
Joueur AG du match : 2 fois (à Bastia et contre Ajaccio)
2 buts, 6 cartons jaunes

Souvent sous le feu des critiques, Diego Contento a réalisé une saison moyenne, qui lui offre une bonne position, vu le marasme collectif de cet exercice 2015-2016 ! Irrégulier, l’Italo-Allemand a connu un début délicat et entre méforme, blessure et choix du coach, il n’a que très peu joué, d’Août à Octobre. Les rares rencontres qu’il a disputé ne resteront pas dans l’histoire (4/10 à Larnaca ou 5/10 à Kazan). Devancé par Maxime Poundjé, Diego Contento a travaillé pour se refaire une place. Face à la faible concurrence de son vis à vis, il a pu revenir après l’une des nombreuses périodes noires de la saison girondine. Convaincant par moment, il s’est montré très inspiré face à Monaco (7/10) et à trouvé la faille à Rennes (6/10). S’il n’a pas tout bien fait (3/10 contre Caen), il a clairement réussi sa fin d’année 2015. Lors de la phase retour, il a été un titulaire indiscutable, alternant comme l’équipe, quelques coups d’éclats (7/10 contre Lille, Rennes ou le Gazelec) et des échecs cuisants… S’il a échappé à de gros naufrages (Nantes ou Toulouse), il a été le premier à plonger lors de la demi-finale de Coupe de la Ligue (1/10) et a notamment pris l’eau à Reims (2/10), avant de connaitre une fin de saison des plus correctes.

6ème : Jaroslav PLASIL – 5.03/10

37 matchs, 32 titularisations, 33 notes
Classement à la trêve : 9ème/19, avec 4.63/10
Meilleure note : 7 (contre Lyoncontre Monaco, contre Monaco en CdL, contre Lorient en CdL, contre Rennes et contre Lorient)
Pire note : 1 (à Ajaccio et à Lille en CdL)
Joueur AG du match : 2 fois (contre Lorient en CdL et contre Angers)
4 buts, 3 passes décisives, 1 carton jaune

Capitaine des derniers mois, Jaroslav Plasil est l’un des rares « tauliers » à avoir su tenir son rang. Blessé les premiers mois, le Tchèque est revenu pour le match à Nice (3/10). Un funeste souvenir malgré un but, vite efface par une nouvelle réalisation et une partie pleine 3 jours plus tard contre Lyon (7/10). Par la suite, il faut bien le dire, notre milieu aura vécu une période très délicate. Avec le recul, elle passe presque aux oubliettes, mais entre le déplacement à Lorient (3/10) et la défaite à Ajaccio (1/10), il a tout fait à l’envers. Buteur face à Monaco en Ligue 1 (7/10), Jaroslav Plasil s’est remis en selle et a de nouveau excellé face à son ancien club en Coupe de la Ligue (7/10). En 2016, notre numéro 18 est pas loin d’être irréprochable, car si on excepte la demi-finale à Lille (1/10) et le match à Lyon (4/10), il a toujours récolté au moins la moyenne, réalisant au passage quelques matchs admirables (7/10 contre Rennes ou Lorient). De la générosité, une présence et une justesse technique qui ont fait du bien au jeu bordelais. Ce n’est sans doute pas un hasard si en son absence entre Nice et Bastia, le FCGB n’a pas gagné un seul match…                                                                                            

Le bilan général

Blessé depuis des mois, Nicolas Maurice-Belay a donc effectué une nouvelle saison moyenne. Loin d’être le plus mauvais de l’effectif, il n’a pas non plus crevé l’écran. La remarque vaut également pour Pablo. Arrivé à la fin du mercato estival, le Brésilien a vu son premier exercice en France être gâché par les blessures. Quand il a été sur le terrain, il a alterné le bon et le moins bon. Sur le podium des notes à la trêve, Frédéric Guilbert et Diego Contento ne sont plus dans le Top 5. Notre jeune numéro 26 a effectué une saison intéressante, surtout en tant que défenseur central. Sur le côte droit, il a été nettement moins en vue. Auteur de bonnes performances mais aussi de plusieurs périodes délicates, Diego Contento reste une énigme. De son côté, Jaroslav Plasil a mis du temps à démarrer mais lorsqu’il a trouvé son rythme de croisière, il a clairement été indispensable aux Girondins.

Mercredi, retrouvez la suite et la fin de ce bilan avec le Top 5 des notes de la saison !