Francis Gillot (Entraîneur FC Girondins de Bordeaux) :

«Le score reflète-t-il la réelle supériorité de votre équipe ?
La victoire est méritée, les quatre buts d’écart aussi je pense. Ce soir, il y avait une équipe à qui tout souriait et une à qui rien ne réussissait. On a souvent dit, quand on gagnait largement, comme contre Bruges (4-0 en Ligue Europa, ndlr), que l’adversaire n’était pas bon. Nous avons tout fait pour faire déjouer Lorient. On a réussi à marquer assez vite et le match était quasiment plié à la mi-temps (2-0).

Votre coup de gueule poussé il y a près de deux semaines a visiblement porté ses fruits…

Oui, c’est notre troisième victoire de suite depuis. Les paroles ont porté, on s’est remis en question et on a parlé dans le vestiaire. Le groupe est capable de faire quelque chose. J’avais fait sept changements par rapport à jeudi (1-0 contre le Maritimo Funchal en C3, ndlr) et c’est intéressant de retrouver un groupe de 20-25 joueurs car après la Coupe de la Ligue (0-1 à Montpellier), je me posais des questions sur certains joueurs. Là ils ont apporté des réponses.

Vous remontez au classement, pourtant on ne parle pas beaucoup de vous. Cette situation vous convient-elle ?
Marseille et Lyon ont fait match nul, on se replace mais personne ne parle de nous, ce n’est pas plus mal, alors qu’on parle de certaines équipes qui ont le même nombre de points que nous en bien. Mais continuez à parler de ces équipes-là, nous, on est en embuscade, à l’affût comme l’année dernière, malgré la Coupe d’Europe qui nous pompe pas mal d’énergie. Quand on veut bien faire, on peut bien faire. Il y aura peut-être une bonne surprise en fin de saison.»

Christian Gourcuff (entraîneur de Lorient) :

«La question de savoir si on a la valeur de la Ligue 1 se pose. Il y a un engrenage qu’il faut absolument enrayer. C’est une question de valeur, de caractère, mais il ne faut pas se laisser emporter par cette situation. Peu de joueurs ont joué à leur niveau ce soir. A un moment, il faut regarder les choses en face, le pire serait une forme de démission et de regarder ce qui ne va pas chez l’autre. Les gens de caractère sont capables justement de regarder les choses en face. On verra sur le terrain. Après Brest (défaite 2-0 lors de la 11e journée, ndlr), je disais que l’objectif était le maintien. Même si on n’est pas encore relégables, il ne faut pas attendre avril et une situation difficile pour se battre.»

Jussiê (attaquant de Bordeaux) :

«D’autres équipes font plus le buzz que Bordeaux, c’est vrai, mais il ne faut pas y faire attention. Nous faisons notre boulot, nous sommes dans les cinq premiers et restons concentrés sur l’objectif que nous nous sommes fixés : rester dans le wagon de tête. La saison est encore longue, le plus important est de maintenir notre régularité.»

Source : Francefootball.fr



Laisser un commentaire