10846580_922945104384863_1106724701_n

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Lille-Bordeaux (1-1, 6-5 TAB)

Le joueur AG du match :

Thomas TOURE (6/10) Depuis sa titularisation surprise à Saint-Etienne fin septembre, Thomas Touré n’est pratiquement pas sorti de l’équipe, et ce n’est pas son match à Lille qui nous le fera regretter. Notre homme du match a été dans tous les bons coups, et a une nouvelle fois soigné ses statistiques, en offrant l’ouverture du score à Mariano (17′), au terme d’une superbe action individuelle. Plusieurs de ses centres auraient pu être décisifs (11′, 75′ 79′), tout comme sa frappe pleine de spontanéité en prolongations (94′). Fatigué par énormément d’efforts, il a perdu plusieurs ballons d’attaque, mais difficile de lui reprocher, il s’est battu jusqu’à la dernière seconde et a eu la lucidité de réussir son tir au but.

L’équipe :

Azbe JUG (6/10) : Désespérant à Nantes (2/10), notre gardien est passé tout près d’être le héros de la rencontre ! Pendant la séance de tirs au but, il repousse la tentative de Balmont, et dévie celle d’Origi sur le poteau, malheureusement ça n’a pas suffi. Pendant le match en lui-même,  Azbe Jug a plutôt été bon, réalisant notamment un arrêt de toute beauté sur un tir d’Origi en prolongations (113′). Avant cela, il n’avait pas eu énormément de travail, vu la faiblesse des tentatives lilloises, que ce soit Corchia (4′) ou Rodelin (57′ 110′), assurant plusieurs sorties de qualité (10′ 34′ 38′). Malgré tout il s’est incliné sur un but de Frey (30′) et a connu beaucoup de difficulté dans son jeu au pied, rendant trop souvent le ballon aux Lillois.

MARIANO (5/10) : Le Brésilien a commencé le match en latéral droit, avant de très rapidement inverser son poste avec Julien Faubert, et cela lui a plutôt bien réussi. Bien servi par Thomas Touré, il a ouvert le score (17′), inscrivant au passage son premier but de la saison. En retard sur Sidibé sur l’égalisation lilloise (30′), notre numéro 2 a été un des rares milieux offensifs en jambes ce soir, mais a souvent été privé de bonnes munitions. Quelques bons retours défensifs (78′), un bon déboulé pour Touré (79′), avant de s’éteindre en prolongations, et surtout de louper son tir au but, ce qui a précipité l’élimination des Girondins.

Lamine SANÉ (5/10) : Match moyen et note moyenne pour notre capitaine. S’il a très souvent remporté ses duels, aériens notamment, le Sénégalais laisse s’échapper Rodelin dans son dos, ce qui conduira à l’égalisation du LOSC (30′). Plusieurs petites approximations techniques sont également venues ternir sa partie (45′), même s’il a plutôt bien fait son travail. En prolongations, il vient notamment contrer une tête de Rodelin, qui aurait pu finir au fond (110′). En bon capitaine, Lamine Sané a réussi son tir au but.

Tiago ILORI (6/10) : Le Portugais est l’une des (rares) satisfactions de la soirée ! Notre défenseur central a été très en vue, coupant plusieurs centres lillois dangereux en début de rencontre (2′ 13′), et a fait parler sa vitesse à plusieurs reprises, ainsi que sa science du placement (10′ 45′). Après 45′ en CFA dimanche, le joueur prêté par Liverpool a su hausser son niveau de jeu pour cadenasser la plupart des attaques nordistes. Facile techniquement, il a perdu quelques ballons, dont un chaud devant Rodelin (71′). Touché (ou simplement fatigué ?), Ilori a été remplacé par Cédric Yambéré (94′), qui a tout de suite été dans le ton du match.

Nicolas PALLOIS (5/10) : Placé à la surprise générale dans le couloir gauche de la défense, Nicolas Pallois a alterné le bon et le moins bon ce soir. Après avoir eu du mal à se situer dans les premières minutes, c’est lui qui trouve Touré sur l’ouverture du score (17′), avant d’abandonner Frey sur l’égalisation du LOSC (30′). Comme d’habitude, sa puissance a été un sérieux atout pour Bordeaux, surtout quand l’ex Niortais est venu se sacrifier devant Mendes (27′) ou devant Balmont (71′). Offensivement, il a sans doute perdu ses repères, lui qui a débuté à ce poste, on ne l’a quasiment pas vu, à part sur un débordement pour un centre trop long (44′). Nicolas Pallois avait la qualification au bout du pied pendant la séance de tirs au but, mais a vu sa tentative sortie par Enyeama.

Abdou TRAORÉ (6/10) : C’est presque une habitude, mais Abdou Traoré a joué par intermittence ce soir. La différence avec ses précédentes sorties ? Quand on l’a vu, il a fait de bonnes choses et a enfin cherché à jouer de l’avant. On l’a notamment vu en début de rencontre, lors de deux percées (7′ 12′), qui se sont finalement mal terminées. A l’aise techniquement, il a reçu énormément de coups, et offert une belle balle en profondeur à Thomas Touré  (67′). Défensivement, il est allé au combat, sans pour autant être au-dessus du lot. Peu habitué à jouer autant, il a semblé plus en difficulté pendant les prolongations, mais a malgré tout réussi son tir au but, avec un peu de chance.

Jaroslav PLASIL (5/10) : Après avoir concédé une faute dangereuse aux abords de la surface en début de rencontre (4′), le Tchèque a été l’un des Bordelais les plus en vue. Il a été le dépositaire du jeu girondin, étant une vraie boussole, orientant le jeu pour trouver ses coéquipiers, pas toujours inspirés. Ses passes en profondeur ont encore fait mouche ce soir, comme celle qui mènera à l’occasion de Diabaté (79′). Défensivement, notre numéro 18 a longtemps tenu la baraque, comme lors de ce retour sur Mendes en pleine surface (27′). Positionné plus haut, il a eu paradoxalement plus de mal après l’heure de jeu. Sa fin de match et ses prolongations sont même à oublier pour Jaroslav Plasil, qui a plongé physiquement. Un peu à l’image de son penalty, expédié sur la barre lors de la séance de tirs au but.

Julien FAUBERT (3/10)  : Milieu droit quelques minutes, on ne l’a pas vu, mis à part un centre en première intention, aussi faible que ridicule (6′). Passé arrière droit par la suite, notre numéro 22 n’était pas dans un grand soir. Mis en difficulté par la vivacité de Mendes, Julien Faubert a trop souvent eu un temps de retard. Même s’il s’est accroché, l’ex joueur de West Ham a laissé trop d’espace dans son dos (57′ 72′) et concédera un corner pour le moins évitable en toute fin de match (90′). Offensivement, il a été d’une inutilité totale, c’est à se demander s’il a franchi la ligne médiane… Son penalty repoussé a été l’un des tournants de la séance de tirs au but.

Henri SAIVET (3/10)  : Il aurait sans doute rêvé d’un meilleur retour… Pour sa première titularisation de la saison, Henri Saivet a vécu une soirée difficile. C’était pourtant bien parti pour notre numéro 10, qui a réalisé une entame de match intéressante avec deux tirs cadrés, même si seul le second était réellement dangereux (6′ 12′). Par la suite, il n’a plus tenté grand-chose, et les rares fois où il prenait des initiatives, c’était pour perdre le ballon. Clairement en manque de rythme, ce qui est logique, Saivet n’a absolument pas pesé sur les débats, et a cédé son poste à la 53′ à Grégory SERTIC (6/10). La rentrée du franco-croate a fait du bien aux Girondins. Il a posé le jeu, récupérer quelques ballons et en a donné un bon à Diabaté dans la surface (87′). Sertic a tenté sa chance à deux reprises, la première a fui le cadre (90+4′), alors que la seconde a été un peu trop tendre pour tromper Enyeama (111′) avant de réussir le premier tir au but bordelais.

Nicolas MAURICE-BELAY (2/10) : Ce soir NMB n’avait ni la tête ni les jambes pour faire une bonne partie ! Pourtant ses premières courses étaient prometteuses, mais cela a plus eu l’air d’un décrassage que d’un match de coupe pour lui… Mise à part une bonne ouverture pour Pallois (44′), on ne l’a pas vu de la rencontre. Il est presque difficile de dire à quel poste il a joué, tant il a été fantomatique aujourd’hui. Hors du coup, pensait-il encore à son altercation avec Rolan ? Cheick Diabaté (5/10) est venu prendre sa place à la 69′. Le Malien a eu le mérite de se créer des occasions, mais sa tête a été un peu molle (75′), sa belle volée en pivot trop cadré pour tromper Enyeama (79′) et son dernier tir a été contré (87′). Trop discret en prolongations, Diabaté a réussi son tir au but, malgré la pression.

C’est le genre de soirée dont on se serait bien passé ! Éliminés à la loterie des tirs au but, les Girondins n’ont pas eu les armes nécessaires pour faire la différence face à Lille, malgré une équipe nettement moins remaniée que celle des Dogues. Malgré l’ouverture du score de Mariano (17′) et la belle rencontre de Thomas Touré notamment, les Girondins n’ont jamais été en mesure de faire la différence pendant les 90 puis les 120′ de ce 1/8 de finale… C’est donc après une longue séance de tirs au but, que les Marine & Blanc ont été éliminés. Avec 2 penalty repoussés, Jug aurait pu passer de « zéro » après son match à Nantes à héros… Malheureusement trop de joueurs ont échoué : Faubert, Plasil, Pallois et Mariano. Cette défaite fait mal à la tête, et risque de faire mal aux jambes de nos joueurs, 3 jours avant la réception de Lyon, pour l’ultime choc de l’année, dimanche (21h sur Canal+). La seule bonne nouvelle, c’est que l’OL a également disputé 120′ face à Monaco, et qu’eux aussi sont éliminés, au moins à ce niveau-là nous sommes à égalité. Allez Bordeaux !

La rédaction AG