Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Lille-Bordeaux (2-3).

Le joueur AG du match :

Adam OUNAS (++) : Le héros du jour c’est lui ! Sorti du banc à un quart d’heure de la fin, Adam Ounas a fait basculer la rencontre et est élu joueur du match par la Rédaction. Décevant lors de la première partie de saison et peu utilisé en 2017, le Franco-Algérien vient de montrer que Bordeaux peut encore compter sur son immense talent. Insaisissable, il a tout renversé sur son passage ! Après une première accélération pour se mettre en jambes (77′), il a signé un doublé magistral ! Une reprise de volée déviée mais superbe (78′) et un enroulé du gauche savoureux qui est venu mourir dans le coin des filets (82′), pour notre plus grand bonheur. Entre temps, il a même provoqué l’expulsion de l’intellectuel de service, Julian Palmieri (80′) ! Que dire de plus, à part qu’il a plus montré en quelques minutes qu’en un an maintenant ? 

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (3/10) : Deux tirs cadrés, deux buts encaissés ! C’est donc une soirée délicate qu’a vécue Cédric Carrasso. Longtemps, il n’a rien eu à faire, se contentant de voir passer les tentatives d’El Ghazi (11′ 27′) ou de De Préville (24′) loin de ses buts, et puis tout a changé en une minute. S’il ne peut rien faire sur le penalty très bien tiré (66′), il est en revanche clairement fautif sur le but d’Eder (67′). On se demande encore comment notre gardien a pu prendre un tel but, sur un tir mou et mal placé… Une boulette qui aurait pu être lourde de conséquences, mais notre habituel sauveur a été secouru par ses coéquipiers, et en particulier Adam Ounas, qui est venu « rattraper » son erreur.

Milan GAJIC (4/10) Cette rencontre à Lille ne restera sans doute pas comme la plus belle de la saison pour Milan Gajic ! Le Serbe n’a pas été exceptionnel à Pierre Mauroy, loin de là ! Face à El Ghazi, il n’a pas toujours été très serein (11′ 12′ 27′), même s’il a aussi su se montrer un peu plus solide par moment. Son deuxième acte est d’ailleurs un peu plus appliqué (58′), malgré une dernière faute bêtement concédée face à Eder, qui lui a valu un carton jaune (90+3′). Offensivement, il a été trop maladroit (16 ballons perdus) ou indécis (59′) pour pouvoir apporter le petit plus nécessaire.

Vukasin JOVANOVIC (3/10) Pour Vukasin Jovanovic aussi tout a basculé en une minute ! Pendant une heure notre nouveau défenseur a été solide et tranchant. Ses interventions ont souvent fait du bien aux Girondins (25′ 35′ 46′ 47′ 51′ 55′), notamment dans le domaine aérien, où il a parfaitement su museler les attaquants nordistes. Tout allait bien donc jusqu’à cette faute évitable commise sur De Préville (65′), qui a conduit au penalty de l’égalisation (66′). Dans la foulée, le Serbe a été humilié par Eder (67′) sur le but du 2-1… Un double coup de massue terrible pour le joueur prêté par le Zenit qui a été remplacé en fin de rencontre par Jérémy Ménez (75′).

Nicolas PALLOIS (4/10) : Moins coupable que Jovanovic, Nicolas Pallois n’a pourtant pas été très à l’aise dans le Nord. Souvent limite, notre numéro 5 a réalisé quelques interventions (38′ 39′ 56′) mais étonnement il a été discret et son nombre de ballons gagnés est très faible (11). A plusieurs reprises il n’a pas été dans le bon tempo, mangé par Benzia (11′) ou pris lui aussi à revers sur le but d’Eder (67′). Pour ne rien arranger, il a encore connu un déchet monstrueux à la relance. Pas suffisamment appliqué, il n’a eu que 63 % de passes réussies et a perdu 14 ballons. Avec Lewczuk sur le banc, notre gaucher peut se faire du soucis s’il ne hausse pas son niveau.

Diego CONTENTO (6/10) : Comme dimanche dernier, Diego Contento était aligné au poste de latéral gauche et comme dimanche dernier, c’est le défenseur qui nous a laissé la meilleure impression. Drôle de trajectoire pour ce joueur qui a si souvent déçu et qui a tenu son rang à Pierre Mauroy. Avec 18 ballons gagnés, il a su gérer son couloir, que ce soit face à Bauthéac ou El Ghazi. L’Italo-Allemand a réalisé plusieurs très bonnes interventions (39′ 46′ 49′ 58′ 62′), même si sur son dernier dégagement il passe près de la main (89′). Il n’a pas hésité à monter et gagne le duel qui initie l’action de l’ouverture du score (16′). Moins efficace sur ses autres actions (1′ 61′ 73′), il est aussi l’auteur d’une jolie frappe repoussée par Enyeama (88′). On ne l’attendait plus, mais pour être honnête, son retour est pour l’heure une réussite.

Jérémy TOULALAN (7/10) : Jérémy Toulalan a fêté comme il se doit son 350ème match en Ligue 1 ! Décevant lors de la première partie de saison, il est incontestablement redevenu un joueur exceptionnel depuis la reprise. Tentaculaire, il a mangé tout le monde à la récupération, multipliant les retours et les interventions dans les pieds de ses adversaires (14′ 20′ 33′ 36′ 38′ 41′ 44′ 52′ 57′ 71′). Rayonnant et en jambes, notre capitaine du soir a toujours été calme et serein, même lorsqu’il est passé en défense centrale (75′). Indispensable à cette équipe, il aurait même pu ouvrir le score dès l’entame de la rencontre avec une volée qui n’est pas passé loin du cadre (1′).

Valentin VADA (6/10) : Buteur pour la première fois le mois dernier, Valentin Vada a remis cela ce soir ! Bien placé, il a parfaitement conclu un mouvement d’école pour ouvrir le score de près (16′). Un but important et un bonheur qu’il aurait pu connaitre une nouvelle fois en seconde période, s’il n’avait pas trop ouvert son pied sur un ballon en retrait de Sankharé (50′). Un raté qui restera finalement sans conséquence et qui ne vient pas gâcher son match intéressant. Actif, l’italo-argentin a réalisé une heure très satisfaisante, se montrant disponible et précis dans ses transmissions (86 % de passes réussies). Pas en reste à la récupération (18′ 26′ 32′ 51′ 54′), il a sévèrement été averti pour une « faute » supposée sur Palmieri (42′). Jaroslav Plasil a pris sa place à l’heure de jeu (60′).

Younousse SANKHARÉ (6/10) : A Lille, Younousse Sankharé a réalisé un retour gagnant ! Notre nouveau numéro 13 a en effet fait un match solide et abouti dans le cœur du jeu. A l’aise, il a effectué sa part du travail dans la conquête du ballon (1′ 38′ 40′ 63′ 71′ 88′), le gagnant au total 13 fois. Volontaire, il a « agressé » ses anciens coéquipiers, comme Amadou qui finira averti pour l’avoir retenu par le maillot. Offensivement, il a été dans le coup sur certaines actions (9′ 26′ 50′), même s’il s’est un peu moins projeté que lors de ses derniers matchs. Toutefois lui aussi a été très appliqué dans ses passes (85 % réussies). La bonne impression qu’il nous avait laissée ces derniers temps ne s’estompe donc pas !

MALCOM (6/10) : Toujours aussi juste techniquement, Malcom a de nouveau réussi une belle prestation ! Ni but ni passe décisive pour le Brésilien qui a laissé le costume du héros à son « remplaçant », mais toujours autant de dégâts pour les défenseurs adverses. Ses accélérations ont fait très mal aux Lillois, Palmieri en tête, même si aucune d’elles n’a pu être déterminante (9′ 28′ 30′ 56′). Proche de marquer un joli but, il a vu Enyeama claquer sa frappe enroulée (30′) avant de de nouveau buter sur lui de près (31′). Très précis dans son jeu de passes (91 % réussies), il a cédé sa place à Adam Ounas (75′).

Gaetan LABORDE (6/10) : Même sans réussite devant le but avec une reprise « ratée » qui est venue heurter le transversale (90′), Gaëtan a réalisé une prestation courageuse sur la pelouse du LOSC. Notre attaquant s’est beaucoup battu pour dévier des ballons (9′ 30′ 36′ 66′) ou gêner ses adversaires, étant un poison constant pour la charnière nordiste. Dommage qu’il n’ait pas toujours bien su gérer les ballons qu’il a récupérés, comme celui qu’il met dans le mauvais tempo à Malcom (44′). Difficile de lui en vouloir malgré tout, car il sort de ce match avec une somptueuse passe décisive sur le but de Valentin Vada (16′) et est également au départ du second but, en lançant idéalement Adam Ounas (82′)

François KAMANO (6/10) : Le héros des dernières victoires était de nouveau titulaire ce soir, pour le plus grand malheur de Sébastien Corchia, qui a eu un mal fou à le contenir. Comme souvent, c’est avec vivacité, tonicité et technique que François Kamano a posé des problèmes à ses adversaires. Ses accélérations ont permis à Bordeaux de se créer de bonnes situations (18′ 43′ 50′ 61′). Danger permanent, il a lui aussi manqué d’un peu de précision devant le but. Après un joli enroulé hors cadre (22′), il a trouvé Enyeama sur la trajectoire de ses deux autres tentatives (77′ 90′). Il est l’avant-dernier passeur sur le premier but en décalant parfaitement Laborde (16′), même si cela ne comptera pas dans les statistiques !

Les remplaçants :

Jaroslav PLASIL (=) : Venu remplacer Valentin Vada à l’heure de jeu (60′), Jaroslav Plasil a apporté sa pierre à l’édifice défensif (69′ 71′ 88′) et dans la projection vers l’avant, mais ce ne fût pas toujours simple, notamment face à la vivacité de Rony Lopes.

Jérémy MENEZ (++) : Si elle fera moins de bruit que celle d’Adam Ounas, l’entrée de Jérémy Ménez est elle aussi excellente ! Son quart d’heure passé sur la pelouse de Pierre Mauroy est une référence ! Une passe décisive pour Ounas (78′) et un ballon récupéré comme point de départ du troisième but (82′), des courses, des choix judicieux… Admirable, comme rarement !

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (8/10) : Cela ne semble plus faire de doute, Jocelyn Gourvennec a trouvé la bonne formule et semble trouver les bons hommes pour l’appliquer. Pour la première fois de la saison, notre entraîneur a aligné le même 11 qu’au match précédent, et bien lui en a pris. Si certaines individualités n’ont pas été au niveau, lui a parfaitement fait ce qu’il fallait. La double entrée de Jérémy Ménez et Adam Ounas a permis à Bordeaux de renverser la situation, un coaching gagnant qui n’est pas son premier ! La sortie de Jovanovic, responsable sur les deux buts, pour décaler Toulalan dans l’axe de la défense, est également un choix payant. En 2017, Jocelyn Gourvennec assure et nous rassure !

La rédaction AG