FC Girondins de Bordeaux – Olympique de Marseille (37ème journée de Ligue 1)

La feuille de match

Bordeaux : Carrasso – Sabaly, Toulalan, Jovanovic, Contento – Sankharé, Plasil (c), Vada (Laborde, 72′) – Malcom, Rolan, Kamano (Ounas, 63′).

Marseille : Pelé – Hubocan, Fanni, Rolando, Evra (Bedimo 77′) – Lopez (Zambo Anguissa 74′), Vainqueur, Sanson – Thauvin, Gomis (c), Payet (Doria 87′).

Buts : D. Rolan (2′) – B. Gomis (60′).

Avertissement bordelais : V. Vada (50′).

Affluence : 41.266 spectateurs.

Le résumé

1977 : date de la dernière victoire de la France à l’Eurovision, et date de la dernière victoire de l’OM à Bordeaux. Si la France n’a pas réussi à mettre fin à cette disette hier, tous les supporters bordelais espéraient que ce serait encore le cas ce soir ! Dans un Matmut Atlantique plein à craquer (meilleure affluence pour un match de football depuis l’ouverture du stade), les Girondins ne doivent pas perdre face à l’ennemi juré : l’Olympique de Marseille.

Une première mi-temps à l’avantage des Girondins

Bordeaux engage et attaque sous les yeux du virage nord. Entrant avec de la bonne volonté, les Marine et Blanc lancent leur première offensive dès le début du match. Sur son couloir droit, Malcom récupère la balle et centre. L’arbitre de touche lève son drapeau mais le rabaisse instantanément, M. Turpin laisse l’action se poursuivre en octroyant l’avantage à Bordeaux. Diego Rolan vient parfaitement couper le ballon au point de penalty, juste à côté de Sankharé qui était lui hors-jeu. Le but est validé dans la confusion générale et les protestations des Marseillais qui s’étaient arrêtés de jouer. Qu’importe, cela fait 1-0 (2′) !


1-0 Diego Rolan Goal – Girondins Bordeaux 1-0… par GSBN

La réaction phocéenne ne se fait pas attendre puisqu’ils réussissent à être dangereux deux minutes après. Sur un coup franc bien tiré sur l’aile gauche, Sabaly dévie le ballon de la tête en direction de ses propres buts et touche le poteau droit de Carrasso ! Thauvin est heureusement trop court pour reprendre, mais un premier frisson parcourt le stade (4′)… Et ce ne sera que le premier montant de l’OM sur ce match puisqu’ils trouveront une nouvelle fois la barre grâce à Payet. Bien servi par Thauvin, le Réunionnais arme sa frappe d’un coup de canon des 25 mètres, qui trouve la transversale d’un Carrasso un peu avancé de ses buts (31′). La fin de la mi-temps est un peu plus compliquée pour les visiteurs, puisque Bordeaux disposera de plusieurs bonnes occasions grâce à Kamano. Le Guinéen sera servi deux fois : sur la première occasion, bien servi par Malcom sur la gauche, le numéro 11 se jettera sur le ballon pour tirer. Sa frappe terminera sur le visage de Pelé et malheureusement pas dans les buts (35′).

Sa seconde frappe ne sera même pas cadrée puisqu’après une feinte de frappe, son tir finira à gauche du but de Pelé (43′)… La mi-temps se terminera sur une reprise acrobatique du gauche de Gomis sur un centre d’Evra, bien arrêtée par Carrasso (45′).

Une reprise plus difficile

Après la victoire du SA Mérignac au Challenge Orange, les 22 acteurs de la rencontre reviennent sur la pelouse et très rapidement, on sent les Marseillais plus déterminés que les Bordelais, qui peinent à garder le ballon, quand ils réussissent à l’avoir. Il y aura plus à voir en tribunes, avec un joli chant (que l’on taira) à l’égard de Grégory Sertic, accompagné d’une banderole déployée : « L’égoïsme et l’argent mènent à la trahison. La lâcheté a un nom : Sertic ! ». Presque dommage qu’il n’ait pas essuyé plus de salves à son encontre durant le match, à l’exception de celle-ci donc… Mais ce serait sûrement lui donner trop d’importance. La domination des Marseillais sur le terrain se concrétisera en revanche au bout d’un quart d’heure de jeu du second acte. Sur un contre, Thauvin efface facilement son vis-à-vis et centre pour son capitaine qui reprend le ballon d’un plat du pied dévié par Jovanovic : Carrasso est battu, et on craint pour l’invincibilité (60′)… Enfin, « on » craint : presque tous le stade, si ce n’est la jolie plâtrée de footixs qui se découvrent une soudaine passion pour le Matmut et pour l’OM lors de la réception des Olympiens ! Incroyable de voir une bonne partie du stade (coucou le Virage Nord) se lever et exulter sur ce but… Et surtout pitoyable ! Un parcage visiteurs existe pour les « Marseillais » (entre guillemets parce qu’une bonne partie n’est sûrement jamais allée au Vélodrome ni même à Marseille), nul besoin d’infester nos virages… Et si c’est le cas, ayez au moins la décence de vous faire petits, vous ne faites qu’afficher votre footixerie ! Déjà que c’est insupportable avec Monaco, Lyon ou Paris, alors avec Marseille…

Les Bordelais repartent à l’assaut du but adverse et tombent encore sur l’Albatros : après un échange entre Sabaly et le nouvel entrant Ounas, celui-ci enroule un centre parfait pour la tête de Rolan au second poteau, incroyablement arrêté par le gardien adverse (72′). Tout le monde voyait Bordeaux prendre l’avantage grâce à cette tête !

Une fin de match indécise

L’entrée de Laborde juste après cette occasion fait passer un message clair : avec ce passage en 4-4-2, Jocelyn Gourvennec veut prendre les trois points ! Ce qui fait peur à Patrice Evra qui, après avoir lâchement abandonné l’équipe de France en 2010, fait pareil avec ses coéquipiers ce soir et sort car il ne se sent pas bien (77′). Relativisons : cette fois, il est au moins sorti du bus ! Sur le pré, c’est Gomis qui fera peur aux Bordelais qui pourront compter deux fois en trois minutes sur la maladresse de la panthère (beaucoup d’animaux dans cette équipe visiblement… beaucoup de similitudes avec leurs supporters qui se seront faits remarquer plus d’une fois en avant-match, en tentant notamment de se bagarrer avec les stadiers ou même, pour le plus décérébré courageux, d’envahir la pelouse). Sur un centre de Thauvin, sa frappe finira une première fois au poteau de corner (78′) mais le numéro 18 marseillais se fera surtout remarquer par sa maladresse en étant presque seul au second poteau mais en manquant totalement sa frappe du gauche… L’occasion du 1-2 était incroyable (81′) !

Si Bordeaux peut remercier Gomis pour ses ratés (les fois où il n’était pas hors-jeu), les supporters pourront remercier Rolando qui sauvera la baraque sur Rolan (85′) avant de se voir épaulé en défense par Doria, qui fera passer l’OM à 5 défenseurs. Cela n’empêchera pas Laborde de se créer une occasion avec une frappe trop écrasée en pivot (89′). Thauvin passera encore sur l’aile droite avec un centre tendu pour Vainqueur qui dévisse heureusement sa reprise de volée (90+1′). Yohann Pelé aura bien fait du mal aux Bordelais ce soir puisqu’il se sera beaucoup illustré avec un troisième et dernier arrêt de grande classe (ou miraculeux, c’est selon) sur une frappe d’Ounas. Le numéro 17 réussit à rentrer sur son pied gauche face à Bédimo et enroule une frappe qui va dans la lucarne droite de Pelé. Et buuuuuut ! C’est ce que tout le monde croit : mais voilà, Pelé est donc encore là pour détourner la frappe du bout des doigts en un corner qui ne donnera rien sur une tête de Jovanovic. Fin du match (1-1) !

Bordeaux n’a donc plus son destin entre les mains puisque les Marine et Blanc doivent battre Lorient et que les Bastiais doivent tenir Marseille en échec (match nul voire victoire) pour que notre équipe soit assurée de finir européenne la saison prochaine. Dans le cas contraire, il faudra compter sur une victoire de Paris en coupe pour que la sixième place soit qualificative… Heureusement, l’invincibilité est préservée (n’en déplaise à notre nouveau président), ce qui vaut bien un feu d’artifice : l’OM sort de Bordeaux à 40 ans et toujours puceau !

Allez Bordeaux !