Obraniak

Lors d’une interview interactive avec les supporters des Girondins sur le site officiel du club, Ludovic Obraniak, a répondu aux questions des internautes. Voici un extrait des réponses du milieu de terrain bordelais :

Que peut-on espérer pour Bordeaux cette saison ?
Il est difficile de se projeter pour le moment. Ce qu’on peut espérer, c’est de sortir du pétrin dans lequel on s’est mis depuis ce début de saison. C’est-à-dire d’éviter de traîner entre la 15ème et la 20ème place. C’est l’objectif prioritaire du moment. Après, j’espère que cette victoire de Sochaux en appellera d’autres, et qu’il y aura un petit déclic qui nous permettra de nous propulser vers l’avant, de remonter et grappiller quelques places pour revenir aux alentours de la 10ème place. Cela nous donnerait plus d’air et nous permettrait de travailler plus sereinement. Dans l’immédiat, il est difficile de se projeter sur une fin de saison. Il y a trop de paramètres et trop de variables pour avoir un pronostic sur notre place en fin de saison. Il faudra tenir compte de beaucoup de choses : les blessés, la Coupe d’Europe et de notre état en championnat. Difficile de répondre vraiment clairement à cette question.

Vous ne vous projetez pas, mais dès que vous avez de mauvais résultats, les supporters vous envoient souvent en Ligue 2…
C’est toujours comme ça et c’est partout pareil. C’est la loi du métier qui veut ça. Cela vaut pour nous, pour tous les « artistes ». Ce sont des cycles : lorsque tout va bien, tu es le héros et quand cela va mal, tu es considéré comme le renégat. Cela fait partie du métier et du jeu, il faut savoir l’accepter. Il y’a des hauts et des bas. Il faut savoir rester soi-même dans ces moments-là, et surtout rester soudés quand on fait un sport collectif. Il est plus facile de se remettre en question dans un sport individuel car tout dépend de toi. Avec un groupe de 25, c’est plus compliqué. Les égos et toutes ces choses entremêlées font que dans les moments difficiles, il faut se serrer les coudes. Nous l’avons bien montré contre Sochaux car nous avons réagi de la meilleure des manières. Nous avons vu de l’intensité dans ce match, de la solidarité aussi car nous étions menés 1-0. Certaines équipes auraient pu s’effondrer, craquer. Cela n’a pas été notre cas, au contraire. Nous avons vu les joueurs s’encourager, se congratuler sur les buts marqués. C’est dans cette direction que nous arriverons à remonter la pente.

Quand on voit les statistiques de Cheick Diabaté à Bordeaux, par rapport à d’anciens comme Gouffran, Cavenaghi ou Darcheville, ne penses-tu pas qu’il est sous-estimé comme garçon ?
Il a un profil atypique. Il n’a pas forcément l’image de l’attaquant moderne, mais il est diablement efficace. Depuis mon arrivée, il a eu quelques petites périodes de doute mais c’est quelqu’un qui a une grande confiance en lui et qui arrive à la faire rayonner sur l’équipe. Il doute de moins en moins et c’est vrai qu’il est hyper efficace. Nous l’avons vu encore sur le match de Sochaux. Il met deux buts par match, mais il pourrait en mettre plus. Il bosse beaucoup aussi et il est hyper exigeant avec lui-même. Il reste souvent après les séances pour travailler devant le but. Il a beaucoup progressé techniquement devant le but, depuis que je suis arrivé. C’est la juste récompense du travail accompli pour lui. Il est clair qu’entre la fin de l’année dernière et ce début de saison, il est un élément indispensable de l’équipe. Sur le match de Sochaux, quand on tombe sur une équipe qui vient nous embêter et met un bloc haut pour nous empêcher de repartir, comme dans les 10-15 premières minutes, nous essayions de repartir de derrière, mais c’était quasi-impossible car ils pressaient nos latéraux et nos milieux relayeurs très haut. A partir de là, nous avons commencé à envoyer des longs ballons et Cheick et capable de les garder. Il a beaucoup travaillé sur la protection de balle, ce qui nous permet de remonter le bloc. Il nous fait beaucoup de bien dans ces moments-là.

Retrouvez l’intégralité de l’interview ICI.

Source : Girondins.com



Laisser un commentaire