FC Nantes 0-1 FC Girondins de Bordeaux (33ème journée de Ligue 1)

La feuille de match

Nantes : Dupé – Dubois, Diego Carlos, Djidji, Lima – Gillet, Rongier (A. Touré 46e) – Thomasson, Kacaniklic (Pardo 62e) – Nakoulma (Harit 75e), Sala

Bordeaux : Carrasso – Sabaly, Lewczuk, Pallois, Contento (Gajic 34e) – Toulalan (c), Vada (80′ Plasil), Sankharé – Malcom, Laborde, Kamano (Rolan 86e)

Buts : Sankharé (65e)

Avertissements bordelais : Pallois (37e), Sabaly (60e), Gajic (78e)

Affluence : 26373 spectateurs

Le résumé

C’est le match de la bonne opération pour les Girondins. Ses concurrents directs, Marseille et Saint-Étienne s’affrontant ce soir, Lyon se déplaçant à Bastia, un terrain jamais facile (la preuve vu les incidents), avaient tous un match compliqué à jouer. Ce déplacement à Nantes n’a, pour Bordeaux, rien d’évident.

Après une victoire très importante contre Metz, l’objectif était donc de confirmer, encore, afin d’imprimer notre patte sur cette 5e place. Côté nantais, il n’y pas grand chose à jouer, à moins de continuer à gagner pour, pourquoi pas, espérer l’Europe.

Sankharé : « Des deux côtés, c’était nul »

Nous ne serons peut-être pas aussi virulents que l’ex-lillois mais… ouais, c’était pas terrible. Dans une rencontre aux enjeux multiples, il s’est, comme souvent, pas passé grand chose. Une tête non cadrée de Malcom sur un centre de, justement, Sankharé (9e). Sinon, ce premier quart d’heure a été un premier round de boxe. On se jauge, on tente de timides percées.

Le premier fait de match ne vient pas du terrain, mais de son bord. Craquage de fumigènes, noms d’oiseaux portés à l’encontre de Valdemar Kita et son fils, Frank, le match a été interrompu précisément quatre minutes.

Signe positif ? Pas vraiment. Hormis un but refusé, logiquement, à Koffi Djidji pour une position de hors-jeu (18e), il n’y a pas eu plus d’animosités. L’ancien bordelais Sala a pris sa chance à 25m, de volée, mais ça n’a rien donné (20e). Nantes a, petit à petit, pris l’ascendant sur Bordeaux grâce à un pressing très efficace, où le porteur de balle a eu successivement un, puis deux joueurs, sur ses basques. Difficile de relancer proprement. Ainsi, Bordeaux a beaucoup gâché et n’a pas pu lancer ses flèches sur les ailes.

La première frappe intéressante de Laborde est venue tard (29e) mais sa feinte de corps, puis son effort, ont été remarqués. Malheureusement, ensuite, Diego Contento et Préjuce Nakoulma ont été touchés. Le premier est sorti immédiatement (cheville gauche), remplacé par Gajic (34e). Le second, diminué, est sorti plus tard (75e).

Quoi qu’il en soit, vu ce qu’il y a à raconter sur cette première période, vous l’aurez compris, il est difficile de donner tord à Younousse Sankharé…

Pas beaucoup mieux après la pause

Jusqu’à la 58e minute, il n’y a rien à noter. Sans être d’un ennui incroyable, ce match n’a pas décollé. Une frappe maline de Laborde, vicieuse, a failli tromper la vigilance de Maxime Dupé, mais sa tentative a fui le cadre de peu.
Peu à peu, Bordeaux a pris l’emprise sur cette partie. En contrant le pressing nantais, il y a eu plus de possibilités par la suite.

Pallois puis Lewczuk ont failli marquer sur un cafouillage (60e). Mais c’est grâce à une grosse erreur nantaise que le match s’est emballé. Abdoulaye Touré, rentré en jeu à la place de Rongier pour la deuxième mi-temps, a perdu un ballon chaud au milieu de terrain. Trop suffisant, trop de touches de balle, les explications sont nombreuses.

Quoi qu’il en soit, Bordeaux a dû jouer un cinq contre trois. Une projection maximale et une efficacité du même niveau. Vada sert Kamano, appuie pour Sankharé qui frappe sans contrôle. Une frappe pure, qui passe entre les jambes de Dupé (0-1, 65e).

Une ouverture du score tardive et relativement inattendue. Mais Bordeaux a justifié son statut d’équipe tueuse en contre. Nantes, dès le coup d’envoi, a failli revenir à la marque mais Pardo, après avoir passé Carrasso, n’a pas pu frapper à cause de la densité de bordelais protégeant leur cage.

Rien à signaler par la suite, en dehors du fait que le FC Nantes n’a pas cadré un seul tir.

Bordeaux plus que jamais 5e

Quelle belle nouvelle. Bordeaux fait une excellente opération dans la course à l’Europe et est aussi clutch que Michael Jordan en finales de playoff. Ça fait plaisir de voir cette envie de bien faire ensemble. Au classement, Bordeaux empoche sa 14e victoire et consolide sa 5e place (voir ICI). Et comme soit Marseille, soit Saint-Étienne, va forcément perdre des points… C’est toute la Garonne qui a le sourire.

Allez Bordeaux !