FC Girondins de Bordeaux 2-1 FC Lorient (1/8 de finale de la Coupe de France)

La feuille de match

Bordeaux : Carrasso – Gajic, Lewczuk, Pallois, Contento – Plasil (Kamano 70e), Arambarri (Toulalan 46e), Sankharé – Ounas (Malcom 82e), Laborde, Ménez

Lorient : Lecomte – Moreira, Touré, Ciani, Le Goff – Wakaso, Cafu, Cabot (Aliadière 46e), Marveaux – Waris (Philippoteaux 82e), Jeannot

Buts : Laborde (61e, 72e) / Jeannot (46e)

Affluence : 7151 spectateurs

Le résumé

Dans son excellente passe actuelle, les Girondins de Bordeaux font un break avec le championnat en recevant Lorient, à l’occasion du 1/8e de finale de Coupe de France. Des Coupes qui, par le passé, ont permis au club de créer une bonne dynamique en Ligue 1, par la suite. Cette fois-ci, Bordeaux fait un match de Coupe avec le plein de confiance, contre une équipe aux antipodes. En effet, Lorient est en perdition en ce moment. Bordeaux favori, a fait respecter la logique actuelle : victoire 2-1

Un premier tiers poussif

Positionné plus bas qu’à l’accoutumée, le bloc bordelais n’a pas été aussi présent à la récupération. Ce qui a fait leur force depuis le début d’année. Malgré cela, les Girondins se sont crées la première occasion du match. Sur un mouvement Ménez-Plasil et un centre du Tchèque, le ballon est dévié au dernier moment par Ciani (12e), devançant Laborde.

Sans être tranchants, les bordelais n’ont pas non plus de velléités offensives poussées. La première demi-heure a été assez ennuyante, malgré quelques actions pour se mettre en appétit. Un corner d’Arambarri contré (20e), un lob trop mou de Ménez (23e) et une parade de Lecomte sur une frappe de Laborde (26e).

Mais le plus gros mouvement offensif est à noter pour Lorient. Sur une récupération haute, les merlus se sont projetés en nombre. Jimmy Cabot, sur le côté droit, a envoyé un centre à ras de terre viscieux, repris de l’extérieur par Marveaux (30e). Bel arrêt de Carrasso mais le dégagement de Gajic a failli croiser la route de la jambe d’un Waris venu en retard des surfaces.

Un rythme croissant au fil du match

Jérémy Ménez, titulaire sur l’aile gauche, a manqué de peu l’ouverture du score. Lancé par Sankharé, l’ancien buteur de l’AC Milan a profité d’un appel croisé de Laborde pour se frayer un chemin dans l’axe. Tout est parfait, sauf la frappe plein centre (38e). Lecomte s’est bien couché sur le coup.

Juste avant la pause, Gaëtan Laborde, puis Sankharé, ont failli ouvrir le score. En faisant un Une-Deux involontaire avec Zargo Touré, l’attaquant bordelais s’est ouvert le chemin du but, mais son tir du pointu a été contré par Lecomte (44e). Sankharé, récupérant le ballon dans ses pieds, presque surpris, a essayé de pousser le cuir. Mais l’effort a été contré par Ciani.

Bordeaux rentre donc aux vestiaires à 0-0, malgré deux grosses opportunités. Mécontent, Jocelyn Gourvennec fait sortir Arambarri (qui n’a pourtant pas été mauvais, il faut juste se mettre en tête que l’Uruguayen est un relayeur et pas une sentinelle, ça s’est vu assez largement ce soir) pour faire entrer Jérémy Toulalan.

Donner une assise défensive pour mieux se déployer en attaque, telle est la formule gagnante des Girondins en ce moment. Et Toulalan fait le lien entre tout cela. Malgré sa rentrée, ce sont bel et bien les Lorientais qui ont marqué les premiers. Sur un centre anodin mais néanmoins excellent d’Aliadière, Carrasso se troue et renvoie le cuir sur Jeannot. Bien heureux, l’attaquant marque dans le but vide malgré l’effort de Gajic (46e).

Cette première évolution au tableau d’affichage a donné un coup de collier aux bordelais ainsi qu’à leurs adversaires.

Bordeaux a ensuite tenu son rang

Après dix minutes creuses, Bordeaux s’est remis en ordre de marche. En laissant passer l’orage (Lorient a défendu très haut après l’ouverture du score), les Girondins ont attendu, petit à petit, que les visiteurs sortent de leur euphorie. Sereinement, ils ont avancé vers le but.

À l’heure de jeu, tout s’est concrétisé. D’abord en se montrant très pressant (une grosse occasion de Sankharé à la 60e à un cheveu de marquer du genou), ensuite en revenant à la marque. Une minute après cette énorme opportunité, Gaëtan Laborde a inscrit son 10e but de la saison. Sur une inspiration magique de Sankharé, lançant d’une talonnade Ménez, l’attaquant bordelais s’est joué de Ciani pour ensuite piquer devant Lecomte. Un geste parfait, malheureusement imprécis car terminant sur le poteau. Mais Laborde a suivi, et porté le score à 1-1 (61e).

Malheureux, Ménez l’a été sur le coup. Il n’en demeure pas moins qu’onze minutes plus tard, il a réalisé un geste de (grande) classe. Servi par l’entrant Kamano, sa passe (en une touche) en profondeur pour Laborde est une merveille (similaire à l’offrande de Pastore pour Cavani dimanche dernier). Laborde a suivi pour piquer son ballon à l’aveugle. Son geste est tout aussi parfait que la passe, et Bordeaux passe devant en dix minutes après deux actions rondement menées (2-1, 72e).

Passeur puis presque buteur dans une fin de match largement débridée, Jérémy Ménez a réalisé un match de bonne facture. En effet, Bordeaux a failli accroître son avance (73e, 88e, 88e) comme Lorient n’a pas été loin d’arracher la prolongation (80e, 90e).

Finalement, Bordeaux a tenu son rang et s’est qualifié pour les 1/4 de finale de cette Coupe de France. Chose vue pour la dernière fois en 2013, année du sacre… Les Girondins font donc de très beaux parcours en Coupe cette saison après la demi-finale de Coupe de la Ligue. Retour en championnat dès vendredi avec la réception de l’Olympique Lyonnais. Le 4e contre le 5e, hmmm… On en salive d’avance.

Allez Bordeaux !