Sané rit avec Prior après la défaite contre Lille

Capture d’écran France 2 – Compte Twitter @InfirmerieFCGB

Il est de coutume sur ActuGirondins de faire un résumé après la rencontre. Je ne vous le cache pas, j’ai longuement hésité avant de le faire. Pourquoi dépenser de mon temps et de mon énergie pour faire un résumé de plusieurs centaines de mots pour des soi-disant joueurs qui se fichent ouvertement de la tronche des supporters ? Le match ne sera qu’un prétexte pour exprimer un ressenti qui est totalement personnel au rédacteur de cet article que je suis, d’où l’utilisation du « je » et ce dès les premiers mots. Autant vous prévenir de suite, je vais briser le quatrième mur dans cet article (je sais, on ne le dit d’habitude que pour le cinéma, et pourtant). C’est là tout l’avantage d’écrire pour un signe non-affilié aux Girondins. En tant que presse indépendante et site amateur, il nous est possible de mettre des mots sur ce que l’on ressent et, mieux, de mettre des mots sur ce que peuvent ressentir tous les supporters. Car oui, ne nous mentons pas : vous êtes tous aussi désemparés que moi. Quoi de plus normal lorsqu’on est fier du blason girondin ? Pourrait-on rire après un tel match ? Attendez… Vous aussi, vous avez levé les yeux pour regarder l’image qui illustre cet article ? Ça alors ! Quelqu’un qui a un maillot des Girondins, qui rit à la mi-temps d’un match où l’on perd 1-3 ? Bon, ce doit être un supporter qui rit avec son meilleur ami, rien de plus…

Attendez, quoi ? Oh… Ce maillot est celui d’un joueur ?! Incroyable d’avoir la tête à rire après un tel score, pire, après une telle prestation… Attendez, quoi ENCORE ?! On me re-souffle dans l’oreillette que le joueur qui rit après une telle sortie de route n’est autre que… Oh, j’ai mieux : nous allons rendre hommage à Julien Lepers, récemment débarqué de Questions pour un Champion ! « Je suis un défenseur formé aux Girondins, j’ai été capitaine de mon équipe avant d’être destitué à juste titre parce que mon comportement n’était pas en adéquation avec la responsabilité que j’avais sur le terrain, je déclarais en interview il y a tout juste deux ans que je me voyais bien au Barça ou au Real, je fais depuis mon boudin parce que je ne joue plus en étant en instance de départ pour le 20ème de Premier League ou pour le championnat turc, je suis pourtant adoré de certains supporters qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et préfèrent fermer leurs yeux, je porte le numéro 6, je suis, je suis… » Mais oui, c’est notre cher Lamine ! Ce bon vieux numéro 6 rit donc… Juste après avoir marqué un contre son camp ! FOR-MI-DABLE ! On sent réellement un vrai esprit de compétition dans son comportement, il a envie de défendre l’honneur du club et ça se voit, de défendre sa fierté personnelle, de se montrer aux clubs qui le voudraient… Ah bah non en fait, non. Il a juste envie de suivre l’exemple d’Henri Saivet qui rit après une défaite 1-4 face à Caen, ou mieux, de son cher président qui rit après une défaite 0-2 contre un des derniers de Ligue 1. Beaucoup de bons exemples dans ce club ! Mais si vous ne m’en voulez pas, nous y reviendrons après.

Pour historique, Lamine Sané est rentré à la place d’André Poko à la 25ème minute. Poko qui est donc le troisième et dernier latéral droit à sortir avant la 30ème minute, après Gajic contre Lyon et Guilbert contre Caen, mais qui n’a pas (trop) pris part au naufrage ce soir, à l’instar de celui qui a pris sa place sur le flanc droit ce soir. Il y avait donc déjà 1-0 pour Lille, avec une totale apathie de la part des 11 joueurs présents sur le terrain, après une erreur de Jérome Prior (7′). Jérome Prior… Le numéro 30 qui a évidemment un comportement irréprochable, angélique… On parle d’un gardien qui, en trois mois d’intervalle (fin octobre – mi janvier), a réussi à insulter ceux qui le font vivre, à savoir les supporters, et ceux qui le font grandir, à savoir les entraîneurs, l’amenant à être puni… Et encore, uniquement après avoir insulté un membre du staff. Il n’a en effet pas été inquiété pour avoir insulté des supporters, signe d’un laxisme évident de la part de la direction et qui permet de comprendre les raisons du confort ambiant aux Girondins, amenant à des prestations de ce type. Le moins que l’on puisse dire, c’est que sa mentalité sportive est prometteuse… ! Nous avions donc repris espoir au moment où Khazri fit le pressing pour obliger Soumaoro à se déposséder du ballon, permettant à Chantôme d’expédier le cuir au fond des filets sur une frappe petit pont + poteau rentrant (33′). Nous étions à deux doigts du hold-up, comme contre Nantes… Jusqu’à donc ce contre son camp de Sané (41′), puis du but de ce même Soumaoro à la 45ème.

Il n’y a pas à dire, l’image forte de ce Lille-Bordeaux était, pour les supporters les plus assidus, ce grand rire de Lamine Sané en rentrant aux vestiaires. Devinez qui s’illustre 10 minutes après la mi-temps ? Mais oui, c’est ce bon vieux Lamine qui est totalement battu au duel par Eric Bauthéac (non non, sacré client, il faut l’avouer, 1m68 pour 65kgs, Lamine Sané ne pouvait rivaliser avec son 1m92 et ses 77kgs !), envoyant son camarade Jérome Prior chercher le ballon au fond des filets. Si la seconde mi-temps aura été plus en faveur des Girondins (difficile en même temps de l’être moins au vu de la première période durant laquelle les joueurs censés défendre nos couleurs seront allés une seule fois dans la surface adverse: sur le but rempli de chance) notamment grâce à un Ounas apportant un peu plus de vivacité, Contento qui armera une belle frappe (56′) et ce même Ounas qui n’enroulera pas assez son tir (88′), elle ne servira qu’à enfoncer le clou, avec un dernier but de Sofiane Boufal devant une défense léthargique et un Prior une nouvelle fois dépassé, qui se fera lober (90+3′).

Le journal Sud-Ouest demandait s’il fallait recruter un nouveau gardien ou faire confiance à Jérome Prior. Les suffrages étaient assez favorables au jeune gardien bordelais, avec 70% de réponses en faveur du numéro 30. Si l’on se base sur la prestation de ce soir, la réponse est claire, nette et précise : OUI, il faut changer de gardien ! Et ce même si ce ne sera pas Sirigu, comme annoncé par Willy Sagnol dans sa conférence de presse d’après-match, indiquant qu’une des trois parties n’était pas d’accord, ne précisant pas si c’était le PSG ou Sirigu. Qu’il ait une mauvaise mentalité est une chose (déjà pénalisante), qu’il soit mauvais en est une autre… Et il n’a pas été mauvais ce soir, mais juste abominable ! Nous avons pu apercevoir les qualités de Jérome Prior,  notamment contre un certain LOSC en début de saison, où il avait été éblouissant. Le tout serait de réitérer ces performances, un match ne suffisant malheureusement pas à prouver les capacités entrevues… Bien sûr, Lamine Sané et lui ne sont pas les seuls responsables de la déculottée reçue dans un tel contexte. Parlons-en d’ailleurs : Bordeaux en prend 5 par la 19ème attaque de Ligue 1 ! Contre Lyon, la rédaction avait décidé de ne pas noter ni résumer après un tel non-match. Il aurait été convenable de faire pareil ce soir en mon sens. Non seulement on en prend autant, mais le contexte n’est pas le même : un « simple » match de Ligue 1 contre une demi-finale de Coupe de la Ligue !

Les joueurs n’ont-ils aucune ambition, aucune fierté ? Une demi-finale, on est censés s’arracher pour la gagner. Aller en finale, au Stade de France, peut-être contre le PSG – un challenge intéressant à relever – pour une éventuelle qualification en coupe d’Europe ! Et que voit-on sur le terrain ? 11 flemmards qui semblent n’avoir aucune envie, ne pas vouloir mouiller le maillot. Que les choses soient claires : je pense que nous n’avons qu’une envie, c’est de supporter les Girondins, être là dans les défaites comme dans les victoires. Mais il y a les défaites donc nous pouvons être fiers, et ce genre de défaites, qui ne fait que se reproduire trop souvent. Comment peut-on accepter cela ? Comment peut-on être insensibles aux 6-1 contre Nice, aux 1-4 contre Caen et aux 1-5 contre Lille ? Comment peut-on être taxés de faux supporters lorsqu’on tient un discours acerbe après de tels matches alors que c’est au contraire ce qui prouve que nous sommes attachés au club ? Je suis passionné par ce club et c’est pour ça que nous sommes autant pris par les évènements, et c’est pour cela que nous nous énervons de la situation actuelle du club. Ce manque d’ambition est consternant, et les dirigeants de notre club doivent se remettre en question. Il ne suffit plus de se reposer sur les lauriers du passé pour justifier sa place actuelle et les mercatos désastreux saison après saisons, après de rares éclaircies. Après un mercato hivernal morne dans lequel nous avons recruté deux joueurs dont un en catastrophe le dernier jour parce que Sertic s’est blessé, nous avons attaqué un mercato hivernal censé rattraper les erreurs de l’estival… En vendant deux joueurs et en n’en recrutant aucun. L’excuse de notre dirigeant sera sûrement, cet hiver, que « Grégory Sertic sera une recrue »… Tout comme Abdou Traoré, 28 ans, éternel espoir du club, la barre des 100 matches dépassée cette année après 8 saisons pro, a été la recrue estivale avec sa prolongation de contrat de 2 ans afin de ne pas recruter un joueur qui aurait pu le remplacer quantitativement et, surtout, qualitativement. Le mercato ferme dans une semaine.

Ce manque d’ambition est présent à toutes les échelles du club : la passivité de la direction est transposée sur les joueurs, qui restent passifs contre une équipe de Lille qui n’en demandait pas tant et qui, elle, avait l’envie d’aller en finale ce soir. Les Ultras ont dévoilé avoir pris rendez-vous avec les dirigeants dimanche prochain, voulant rencontrer Jean-Louis Triaud avant, qui a refusé. Le message est clair : vouloir discuter avec les Ultras du mercato… A 24 heures de la fin de celui-ci, cela laisse la porte ouverte à toutes les excuses, et notamment celle du temps. Effectivement, notre président nous dira sûrement qu’il n’a pas eu le temps de trouver de recrue satisfaisante… Tout en occultant évidemment que le mercato est commencé depuis un mois, sans enregistrer aucune arrivée. Vous ai-je déjà parlé de la passivité ambiante dans ce club ?

Une telle prestation est intolérable, et c’est déjà la troisième cette saison. En étant mauvaise langue, nous pourrions dire que la phase retour n’a pas encore eu lieu et que Ben Arfa, Delort ou même Di Maria pourraient encore nous faire du mal… Nous savons néanmoins que l’équipe est capable de belles choses, comme lors du 3-2 contre le Paris Saint-Germain l’an dernier. Mais pour cela, il faut des joueurs impliqués, ce qui ne semble pas être le maître-mot au sein du club… Par fierté personnelle, par fierté du blason, par fierté pour les supporters, les joueurs doivent jouer tous les matches à fond. Encore plus une demi-finale de Coupe de la Ligue.