En ce qui concerne cette interdiction de tifo et de fumigènes, il est toujours bon de prendre un peu de recul pour ne pas sans faire de jeu de mots parler à chaud.

C’est vrai que de rentrer au stade, et de plus, au virage sud, c’est devenu un peu bizarre. Quand vous amenez de la famille qui n’est pas trop au fait de l’actualité du football et qu’elle voit cette mobilisation des forces du maintien de l’ordre, et ce déploiement du personnel de sécurité, elle se demande si elle n’est pas tombée dans un sinistre piège ou dans une manifestation dangereuse de grande ampleur. Et qui plus est, elle peut se demander si celui qui les amène ne serait pas un casseur notoire déguisé en brave supporter. Sans compter la fouille corporelle et les regards suspicieux des agents en civil bonjour l’ambiance !

Supporter lambda ayant fréquenté virage nord, tribune de face, j’ai échoué dans ce virage Sud, repère mal fréquenté par des gens de tout âges, hommes, femmes, enfants, jeunes, moins jeunes…

Bien sûr, je sais que l’on ne vit pas dans un monde de bisounours, mais de là, à avoir une concentration aussi importante d’agents de la force publique pour un match de football, on côtoie la démesure. On voudrait faire passer le virage sud et plus généralement le stade de Bordeaux pour un refuge de hooligans, une fumerie de cannabis, un lieu de deal ou autre, il n’y a qu’un pas que je n’oserais pas franchir. A Bordeaux, il y a d’après ce que l’on dit, des endroits spécialisés pour ça.

Il est vrai cependant que quand il y a un regroupement de milliers de personnes, il y a toujours des éléments indésirables qui peuvent s’y fondre, comme des groupuscules politiques, violents ou autres. Mais transformer Chaban en camp retranché c’est un peu trop ! Il y a pas mal de moyens pas forcément visibles mais qui sont très efficaces pour éradiquer ces problèmes. Le danger à BDX c’est aussi les pseudo-supporters des équipes visiteuses qui représentent un réel problème ! C’est d’ailleurs du fait des supporters parisiens qu’il y a eu ce déploiement de force depuis quelques années.

Au virage Sud comme dans tout le stade on se retrouve pour supporter notre équipe d’une manière active. C’est là que ça se passe pour l’ambiance. Je ne fais pas partie des ultras mais d’une certaine façon question de savoir faire et il faut le reconnaitre ne serais-ce qu’avec les chants ils animent super bien le Virage Sud.

Les UB87 ont une éthique, il faut le rappeler. Il suffit pour cela d’aller consulter leur site. Ils condamnent toute forme de violence ou de racisme. Et s’il y a des débordements ou des exactions d’individus incontrôlables les Ultramarines n’y sont pour rien.

Seul bémol c’est faire reprendre en cœur des qualificatifs outranciers contre des personnes ou des équipes. On le sait ça se passe ailleurs ! C’est dans l’air du temps ! Cela ne fait pas partie de l’Esprit Girondins. Pour cela il y a par exemple l’humour qui est beaucoup plus efficace ! On n’est pas obligé de se rabaisser aux niveaux des autres ce qui entre parenthèses n’est pas la chose la plus facile.

Venons-en au tifo de la discorde. C’est la goutte qui fait déborder le vase. Les autorités préfectorales ont décidées soudainement d’interdire les tifos. Devant cette annonce les Ultras ont été pris de cours et surpris comme beaucoup de supporters de cette interdiction. Je vous avoue que j’ai été étonné car franchement, je n’ai senti, ni aucun danger, ni inquiétude sous un tifo et penser au risque que celui-ci prenne feu avec un fumigène encore moins. Par contre dans une salle de spectacle hermétique  je ne dirais pas la même chose.

Ceux qui sont dessous ne profitent pas du spectacle. Ni les bénévoles qui l’ont conçu avec leur travail, leur temps, leurs deniers, leur imagination, leur recherche artistique, en profitent. C’est tout le reste du stade, les joueurs, les télés qui bénéficient de cette animation superbe, spectaculaire et conviviale. Pour les Ultras c’est un moment important et significatif de montrer leur attachement à leur club et leur fierté. Si on n’est pas Ultra mais simplement supporter anonyme on est aussi  fier de ce que BDX montre à travers ce travail. C’est tout le club qui est valorisé par cette action.

Des tifos il y en a depuis des années et si on prend les statiques je doute que l’on puisse trouver beaucoup d’incidents consécutifs à leur utilisation. Ce sont plutôt les confrontations entre supporters qui peuvent dégénérer et qui sont inquiétantes mais pour ce genre de genre de problèmes tout est bien balisé. L’argument de la préfecture, c’est d’imposer l’utilisation de tifos ignifugés c’est à dire résistant au feu. Cet argument sécuritaire brandi soudainement est recevable mais il aurait été préférable de laisser un délai que de prendre une mesure directe d’interdiction surtout quand on sait l’importance que revêt le tifo pour les Ultramarines.

Le coût pour ignifuger un tifo semble à priori très important. On parle de 50e€/m2 environ ? Le Tifo des Ultras est fait d’un support plastique que l’on ne peut ignifuger car seul les tifos en tissus peuvent l’ être. De plus, celui des Ultras fait 500m2 de surface. Si on fait la multiplication, cela fait un chiffre énorme. Le club s’est proposé pour aider financièrement les Ultramarines. Voulant garder leur indépendance vis-à-vis du club, ils ont refusés. Alain Deveseleer, le Directeur Général du Club s’exprimant sur GoldFm a renouvelé son offre de participation au financement.

Les Ultramarines pourraient pourquoi pas organiser une collecte financière à Chaban où tous les supporters qui le désirent pourraient contribuer à l’achat d’un support qui puisse être ignifugé. Une solution médiane comme celle-ci pourrait satisfaire tout le monde. Ce n’est pas difficile à mettre en place et cela concernerait tout le monde.

J’y voie plusieurs avantages mais c’est une opinion personnelle.

1- Aider les Ultramarines qui depuis 25 ans assurent sans faille l’animation du stade bénévolement avec leurs moyens limités pour l’amour de leur club.

2- Donner à tous les supporters l’occasion de montrer leur solidarité aux Ultramarines et leur attachement au club.

3- Répondre aux soucis de sécurité de la Préfecture qui est légitime !

4- Donner des supporters de Bordeaux et des UB87 une image responsable et crédible que l’on voudrait écorner.

5- Et montrer que l’on est loin de l’image du hooliganisme ou autre que l’on voudrait nous faire endosser et qui n’existe pas.

6- Eviter le sponsoring de telle façon que les Ultras puissent conserver leur autonomie.

Et puis si la solution du tifo ignifugé de 500 m2 semble techniquement compliquée, trop couteuse, il y a certainement d’autres solutions aussi spectaculaires et esthétiques que pourraient utiliser les Utras.

Les fumigènes sont interdits par la loi Alliot Marie. Le problème, en fait, c’est surtout les fumigènes. Pas de fumigènes plus de problèmes ! 

Personne des supporters ne s’est plaint en quoique ce soit depuis 25 ans des animations des Ultramarines. Les relations avec le club à l’heure actuelle ne posent pas de problèmes. Dans un monde où l’on veut tout formater, tout aseptiser, il est indispensable de laisser l’initiative individuelle et collective s’exprimer surtout quand ces initiatives viennent de notre jeunesse dans un contexte de bénévolat.  Mais jeter l’anathème sur ce groupe, sur le virage sud, sur le stade de Bordeaux n’est pas crédible. Trouver des traces de hooliganisme à BDX ce sera difficile.

De plus, les Ultramarines et leurs responsables œuvrent avec leur moyen pour éviter tout débordement ou toute action incontrôlée. Ils ont un rôle de modérateur et le club d’ailleurs en a besoin. Ce qui explique que depuis 25 ans on a jamais eu d’incidents graves. Et cela il ne faut pas l’oublier.

Pour l’instant l’heure est à la réflexion. Ce problème de tifo et des fumigènes doit être résolu en bonne intelligence pour que le Virage SUD puisse continuer à donner au stade des Girondins de Bordeaux l’animation qu’il nous procure depuis tant d’années avec tant de ferveur.

La grève de 15 mn a été remarquée. On a pu s’apercevoir que l’animation du virage sud est indispensable. Elle apporte un supplément d’âme aux joueurs pour qu’ils se dépassent. Le club c’est tout le monde. Supporters, spectateurs, joueurs, sponsors, encadrement…Si Bordeaux a fait des campagnes européennes notoires, a un beau palmarès, c’est aussi grâce aux supporters qui sont là, qui poussent même quand ça va mal (On sera toujours là) et les Ultramarines y sont grandement pour  beaucoup !

Merci aux Ultramarines !

JC

 



Laisser un commentaire