Jaroslav Plasil, capitaine des girondins de Bordeaux et milieu de terrain de la République Tchèque était interrogé sur FIFA.COM. Il évoque notamment le début de saison absolument catastrophique des Girondins de Bordeaux.

Pour lui ce n’est jamais « évident d’expliquer ce genre de choses ». La mauvaise fin de saison dernière a entrainé les mauvais résultats du début de saison; « nous sommes restés sur cette lancée un peu négative ». Il parle aussi du match initial de cette saison 2011-2012, perdu contre Saint-Etienne 2/1, ce premier match qui a plombé le début de saison et mis Bordeaux sur de mauvais rail même s’il y avait un fond de jeu intéressant  » Nous avons bien joué lors de notre premier match contre Saint-Etienne, mais nous avons tout de même perdu 2:1. Quand on commence comme ça, c’est compliqué. Nous n’avons pas su prendre des points dès le début, et nous avons enchaîné les mauvais résultats »

Un début de saison qui a marqué le capitaine courage de Bordeaux  » Quand on est capitaine, on prend les choses parfois un peu trop à cœur, et on veut absolument changer la donne. Du coup, je me « bouffais » un peu tout seul ».

Il tient alors à rendre hommage aux cadres qui ont su relever leur niveaux de jeu et haranguer les nouveaux venus et jeunes  » Ce qui est bien, c’est que les cadres ont répondu présent et on fait comprendre à tout le groupe que cette 18ème place qu’on a occupée pendant quelques matches n’était pas la nôtre, qu’il fallait une prise de conscience, faire beaucoup plus d’efforts à l’entraînement et en match ».

Une conscience collective arrivée au moment venu, alors que les girondins étaient englués au fond du classement. Pour notre capitaine il était absolument inconcevable de descendre en ligue 2 pour un club de la stature de Bordeaux. Les girondins se sont alors retrouvé dans les valeurs du capitaine des girondins: le courage, le travail et l’abnégation. « Tout le monde s’est alors rendu compte que si nous continuions comme ça, nous allions directement en Ligue 2. Cette prise de conscience collective a entraîné une réponse collective, et ça s’est vu sur le terrain et dans les résultats. »

Il n’oublie pas non plus de louer le travail formidable de son entraineur Francis Gillot: « Je pense qu’il avait vu juste et ça a aussi participé à notre prise de conscience. Nous ne pouvions pas rester comme ça. »

Avec cette mentalité là, une chose est sure c’est qu’il mouillera toujours le maillot pour les girondins de Bordeaux. « Il y avait beaucoup de frustration, mais pas de découragement. Au contraire, ça m’a donné encore plus d’envie de faire basculer les choses du bon côté. Ce n’est pas mon style de lâcher quoi que ce soit. »

Les résultats suivant, le moral dans les chaussettes de Plasil s’est envolé. » Depuis quelques matches, nous récupérons pas mal de points et ça nous fait du bien au classement. Le plus positif, c’est notre solidité défensive, et même quand nous encaissons des buts, nous sommes capables d’en marquer davantage grâce à nos attaquants qui sont en forme »

 

On espère que Jaroslav Plasil emmène les Girondins le plus haut possible. Prochain objectif samedi prochain contre Nice devant TOUS NOS SUPPORTERS malgré le contexte particulier pour prendre les trois points de la victoire.

Jaroslav Plasil, crédit AFP

 

Source : FIFA.com

J-C Delarue

 



Laisser un commentaire