OCHOA

Willy Sagnol a expliqué aujourd’hui pourquoi il avait refusé la piste amenant à Guillermo Ochoa, en provenance de Malaga, se questionnant notamment sur la pertinence de recruter le gardien mexicain avec la présence de Jérome Prior dans l’effectif.

« Guillermo Ochoa n’apportait pas de plus-value aux Girondins. C’est extrêmement compliqué, en janvier, de trouver un gardien qui amène une vrai plus-value. Donc la question est non seulement : est-ce qu’on prend un gardien ? Mais c’est aussi : est-ce que ce gardien est meilleur que Jérôme Prior ? Ce sont des questions qu’il faut se poser. » (Maxifoot.fr)

Néanmoins, avec le recul, une autre explication peut être trouvée : le règlement de la LFP n’autorise que quatre extra-communautaires par club. Il faut tout d’abord prendre en compte qu’un joueur est considéré comme communautaire quand : il est de nationalité européenne, qu’il a une double-nationalité dont une est européenne ou qu’il est d’une nationalité ayant ratifié certains accords. Ces accords concernent surtout des pays d’Afrique et des petites îles. Ainsi, le gros lot de joueurs extra-communautaires dans les clubs provient d’Amérique du Sud, partie du monde la plus concernée par ce phénomène car aucun ne fait partie des trois conditions citées ci-dessus. Or, Bordeaux possède à l’heure actuelle deux joueurs recrutés en tant qu’extra-communautaires dans son effectif : Pablo et Diego Rolan. Si Ochoa avait été recruté, il aurait donc pris une troisième place d’extra-communautaire, ne laissant la possibilité au club d’en prendre un seul supplémentaire. Les Girondins se seraient donc retrouvés coincés au moment de l’achat d’Arambarri ou de Malcom, qui auraient porté le nombre total de joueurs extra-communautaires à cinq. On peut donc penser qu’à l’heure où les idées de recrutement avaient déjà bien fait leur chemin hier, Willy Sagnol a pu anticiper cela.