Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match PSG-Bordeaux (2-0).

Le joueur AG du match :

Cédric CARRASSO (6/10) : Faute de joueurs de football, c’est une nouvelle fois notre gardien qui est à l’honneur. Élu homme du match, Cédric Carrasso est peut-être le seul à être irréprochable ce soir. Battu deux fois par Cavani, il ne peut rien sur la tête (3′), et encore moins sur la madjer de l’Uruguayen (30′), d’autant plus que le but n’est pas valable… Entre les deux réalisations du Matador, il a repoussé une frappe de Meunier (17′) et évitera ensuite à notre équipe de prendre une véritable valise. Il s’est en effet interposé sur les tentatives de Kurzawa (35′), de Lucas (51′) ou de Cavani (54′ 66′). Tout ça évidemment pour pas grand chose, juste sauver un peu notre honneur…

Les titulaires :

Youssouf SABALY (3/10) : C’est un retour complètement raté que nous a signé Youssouf Sabaly. Face à son club formateur, notre latéral droit a tout fait à l’envers. Sur les deux réalisations de Cavani, il est totalement pris dans son dos (3′ 30′). Même s’il a gagné plusieurs ballons (13), il a été d’une fragilité totalement inhabituelle (11′ 36′ 56′), et a laissé un espace monstre à ses adversaires. Offensivement, ce n’est pas la volonté qui lui manquait, mais entre les énormes erreurs techniques (11′ 15′ 62′) et les coups mal joués avec Malcom ou Rolan, il n’a strictement rien apporté. Il n’est évidemment pas le seul, mais c’est l’une des grosses déceptions de l’après-midi.

Igor LEWCZUK (3/10) : Notre Polonais risque de faire des cauchemars de Cavani… Igor Lewczuk a en effet énormément souffert face à l’avant-centre parisien. Dès la 3′ il est en retard et laisse tranquillement le Matador ouvrir le score de la tête. Le mal était fait et la suite de la rencontre aura été tout aussi difficile pour lui, incapable de tenir le rythme face aux joueurs du PSG (11′ 30′ 66′ 81′). Ses 12 ballons gagnés viennent donnés un tout petit peu de crédit à sa prestation, courageuse à défaut d’être brillante. Sur cette rencontre, on a certainement vu pourquoi il était encore au Legia Varsovie à son âge…

Nicolas PALLOIS (2/10) : Si quelqu’un sait où est passé notre meilleur défenseur des saisons passées, qu’il nous le dise et vite ! Loin d’être exceptionnel depuis le début de saison, Nicolas Pallois a été méconnaissable sur la pelouse du Parc. Spectateur sur les deux buts (3′ 30′), il a montré des signes de faiblesse plus qu’inquiétants. Auteur d’une main (non signalée) dans la surface (26′), il lance Lucas au but d’une tête totalement ratée (51′), avant d’être humilié par le Brésilien (66′). Il a gagné quelques ballons dans les airs et a continué à balancer de longs ballons en touche ou le plus loin possible. Logiquement averti en fin de rencontre (87′), il pourrait être plus utile à Ibanez qu’à Gourvennec… et ça fait mal de dire ça !

Diego CONTENTO (4/10) : Sans être bon, Diego Contento a paru meilleur que les autres défenseurs sur la pelouse… c’est dire ! Hormis une grossière erreur (66′), il a été plutôt concentré et a (presque) tenu correctement son couloir. Auteur de quelques interventions (50′ 53′ 77′), il a gagné 12 ballons. Evidemment ce fût loin d’être parfait, notamment lorsque Meunier montait, mais au moins il n’est responsable sur aucun but ! Offensivement en revanche il a été totalement absent, un point commun avec tous ses coéquipiers, quelle belle cohésion d’équipe !

Jérémy TOULALAN (3/10) : De retour de blessure, Jérémy Toulalan n’aura pas pesé bien lourd sur la pelouse du Parc. Notre expérimenté numéro 14 a clairement souffert de la comparaison avec le milieu parisien. Pourtant, plutôt intelligent dans son placement, il a ratissé 16 ballons. Un chiffre plus que correct, mais totalement annihilé par les 19 perdus. Car s’il a eu le ballon dans les pieds (62 fois), il aura été catastrophique dans son utilisation. Trop lent il s’est souvent fait subtiliser le cuir (17′ 68′) et quand il essayait de relancer l’équipe il a été plombé par son manque précision (22′ 47′ 50′ 55′). En espérant qu’il soit plus inspiré et plus en jambes après la trêve…

Grégory SERTIC (3/10) : De nouveau titularisé au milieu du terrain, Grégory Sertic n’a lui non plus pas brillé. Sa seule bonne action est le centre repris par Malcom (41′), sinon il aura été d’une inutilité totale. En retard dans le pressing, il n’est jamais parvenu à se mettre dans le sens de la marche. Totalement mangé il n’a gagné que 3 ballons, subissant la loi parisienne pendant 90 minutes. Un peu plus précis que ses compères dans les passes (82% réussies), mais c’est bien peu au moment du bilan final !

Jaroslav PLASIL (2/10) : S’il a été abandonné par ses troupes, le capitaine les a aussi abandonné ! Inexistant est sans doute le mot qui qualifie le mieux la partition livrée par Jaroslav Plasil. Le Tchèque s’est contenté de trottiner derrières les milieux parisiens, prenant une véritable leçon de football. En une heure passée sur le terrain, il n’a touché que 20 ballons, en a perdu 1/3 et n’en a gagné que 4… Difficile de faire pire. Remplacé par Adam Ounas (57′).

MALCOM (3/10) : Coup d’arrêt pour Malcom ! Excellent depuis le début de saison, le Brésilien avait été moyen face à Caen, et clairement insuffisant ce samedi. Difficile de lui en vouloir à lui en particulier, il a tenté de reprendre un centre de Sertic (41′) et a pris sa chance, même si sa frappe a atterri dans les tribunes (24′). Malgré un ou deux contrôles réussis, il n’a pas eu son coup de rein habituel, ni les fulgurances dont il est capable. Défensivement, il n’a pas rempli son rôle non plus, ne suivant pas Kurzawa, notamment sur le second but (30′). Remplacé par Thomas Touré (73′).

Jérémy MENEZ (2/10) Son retour était attendu… et il a déçu ! On se demande bien ce qu’on peut sauver de son match ? Peut-être son maillot qui ne doit pas trop être mouillé par la transpiration, tant il n’a pas fait d’effort… On connaît son style de jeu, et seul en pointe dans une équipe qui subit autant, on a vu ce que ça donne… Une tentative (64′) plus écrasée qu’un moucheron sur un pare brise, non cadrée, après son seul bel enchaînement du match, et puis c’est tout ! Remplacé par Gaëtan Laborde (82′).

Diego ROLAN (2/10) : Pas mieux, pas pire, Diego Rolan n’a lui aussi absolument rien montré ce soir. De retour de suspension, l’Uruguayen a aussi manqué son match. Il est revenu au milieu toucher le ballon, mais tous ses décrochages n’auront eu aucune utilité. Bien pris par l’arrière garde parisienne, jamais il n’a réussi à faire la différence et aura passé 90 minutes pénibles : nous aussi !

Les remplaçants :

Adam OUNAS (+) : Entré à l’heure de jeu, Adam Ounas a eu le mérite de tenter des choses. Si sa première frappe n’est pas cadrée (67′), il est à l’origine de la seule vraie occasion girondine (85′). Beaucoup de déchet dans son jeu mais en une demi-heure il aura touché plus de ballon que Malcom qu’il a remplacé… et Rolan qui a pourtant joué tout le match !

Thomas TOURÉ (-) : Voilà une entrée inutile, si ce n’est pour mal frapper les coups de pieds arrêtés. 7 ballons touchés en une petite vingtaine de minutes, rien à signaler !

Gaetan LABORDE (=) : Avec un peu plus de réussite et de spontanéité (85′), Gaetan Laborde aurait pu réduire le score et soigner une entrée trop tardive…

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (3/10) : Buté sur son 4-4-2 depuis le début de saison, Jocelyn Gourvennec avait décidé de changer ses plans pour ce déplacement au Parc. Vu le match on peut dire que c’est raté ! Pour la 3ème fois en 4 déplacements, son équipe a pris un but d’entrée de jeu, et cette fois elle ne s’en est jamais remis. Il n’était pas sur le terrain, mais notre entraîneur a sans doute sa part de responsabilité dans cette défaite. Encore une fois son coaching n’aura pas été exceptionnel, même si l’entrée d’Adam Ounas a fait du bien. Coach qui veut jouer l’offensive, le Breton est à la tête d’une équipe qui est restée muette 3 fois sur les 4 derniers matchs, et lors de la moitié des rencontres cette saison ! 

La rédaction AG




Laisser un commentaire