Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Paris-Bordeaux (6-2)

Le joueur AG du match :

MALCOM (6/10) : Evidemment, il n’y a pas de comparaison possible avec Neymar, mais Malcom aura une nouvelle fois été le meilleur bordelais pour la Rédaction. Intéressant dans ses courses, il a été le Girondin le plus provocateur et le plus technique balle au pied. Auteur de deux frappes cadrées qui ont mis Areola en difficulté (38′ 59′), notre ailier a été au départ de la plupart des actions dangereuses des Girondins. Bordelais à avoir touché le plus de ballons (71), il est celui qui a le plus tenté de tirs (5), de centres (8)… Récompensé de ses efforts en fin de match, il a transformé un penalty (90′), en l’exécutant parfaitement.

Les titulaires :

Benoît COSTIL (3/10) : Si brillant ces dernières semaines, Benoît Costil devait l’être encore plus pour exister au Parc des Princes, inutile de dire que c’est raté. Notre gardien a encaissé 6 buts sur 9 tirs cadrés… Logiquement impuissant sur le coup franc de Neymar (5′), il a un temps de retard sur le but de Cavani (12′), avant d’être crucifié par Meunier (22′). Auteur de parades devant Mbappe (37′) puis Draxler (39′), il va de nouveau allé chercher le ballon au fond de ses filets avant la pause. Sur le penalty de Neymar son placement (volontaire) n’a absolument pas perturbé le Brésilien (41′), alors qu’il n’a pu être qu’admiratif de la reprise de Draxler (45′). L’ancien Rennais a également été battu par Mbappe (58′), avant de vivre une dernière demi heure plus tranquille, malgré une grosse frayeur sur une reprise de Neymar (79′). Une soirée difficile pour notre portier donc, mais pour tous les bordelais en général.

Youssouf SABALY (–) : Pour son retour au Parc des Princes, Youssouf Sabaly n’aura passé qu’une grosse demi heure sur la pelouse. Blessé, il a cédé sa place à Igor Lewczuk (33′). Avant de quitter ses partenaires, notre latéral droit avait été à l’unisson d’eux : très mauvais ! Il est notamment facilement débordé sur le troisième but parisien (22′) et n’a jamais su tenir son couloir. On notera tout de même une montée intéressante, mais mal conclue (18′). Il est donc le deuxième blessé de l’effectif… avec l’autre latéral droit, Milan Gajic.

Jérémy TOULALAN (3/10) : Ce n’est pas une surprise et c’était plus que prévisible : Jérémy Toulalan a énormément souffert face à la vivacité de l’attaque parisienne. Pris, il concède le coup franc qui amène l’ouverture du score (5′) et n’a jamais réellement pu apporter la sérénité nécessaire à l’équipe. Même s’il n’est pas impliqué directement sur les autres réalisations parisiennes, notre capitaine a vécu une rencontre délicate. Malgré tout, il a gagné 14 ballons, et on retiendra notamment une intervention somptueuse devant Neymar (35′). Plus tranquille après la pause quand le PSG a géré, il a quand même eu le tournis sur quelques attaques des coéquipiers de Mbappe. A la rue, au Parc l’an passé en sentinelle, il n’a donc pas brillé un cran plus bas.

Vukasin JOVANOVIC (2/10) : Comme son compère de la défense centrale, Vukasin Jovanovic a vécu une soirée horrible, mais lui n’a pas l’excuse de l’âge. Dépassé par les attaquants parisiens, le Serbe a été en retard durant toute la partie, ou presque. Pris dans son dos il laisse échapper Cavani pour le 2-0 (12′) et ne parvient pas non plus à couvrir correctement sur le but de Mbappe (58′). Evidemment face à ce Paris là, difficile de faire un match abouti, on pouvait néanmoins espérer un peu plus de la part de l’ex joueur du Zenith, intéressant le week-end dernier. Moins bon que Toulalan dans les duels (11 ballons gagnés seulement), il s’est en revanche montré irréprochable dans ses passes (aucun ballon perdu). Averti pour contestation (39′), il a donc écopé d’un jaune évitable…

Théo PELLENARD (3/10) : Dernier maillon de cette défense si perméable, Théo Pellenard n’a pas plus brillé au Parc. Son excellent travail sur le but de Sankharé (31′) est à signaler, mais hormis cela, toutes ses autres montées ont été inutiles et ont plus mis en difficulté l’équipe qu’aider les Girondins ! A l’image de l’action du but de Draxler (45′), il a peut-être joué trop haut, laissant un espace monstre dans son dos. Trop attentiste et en retard il laisse Meunier reprendre le but du 3-0 sans problème (22′). Notre jeune latéral gauche a également été trop fébrile commettant une grossière erreur de relance devant Mbappe (39′) et étant à deux doigts de perdre le ballon dans sa surface face à Di Maria (90′). Ce n’est pas non plus surprenant, mais Théo Pellenard n’a sans doute pas (encore ?) le niveau face à une telle adversité.

OTAVIO (3/10) : Après de nombreux compliments reçus grâce à son adaptation express, Otavio va avoir droit à quelques critiques méritées à l’issue de ce match ! S’il n’est pas l’unique responsable de la défaite, le Brésilien a eu du mal à se situer et s’est laissé aspirer trop facilement sur beaucoup d’occasions. Avec les percées de Draxler, et les décrochages de Neymar ou Mbappe, notre numéro 5 a été proche de l’agonie en première période. Sanctionné d’un penalty pour une faute de main (40′), il a vécu 45 minutes en enfer, donnant la sensation d’être totalement perdu malgré quelques interventions (29′ 37′). Un peu mieux après le repos, il a plus pesé et s’est moins affolé, mais le mal était déjà fait. Ses chiffres à la récupération (8 ballons gagnés) sont très loin de ses standards habituels.

Lukas LERAGER (4/10) Sans être particulièrement bon, Lukas Lerager a été un peu plus en vue que ses coéquipiers du milieu. Lui aussi souvent et rapidement dépassé en première période, le Danois a eu le mérite de ne rien lâcher, même s’il a commis plusieurs fautes, dont une très limite sur Neymar, qui a échappé à M. Letexier. Si c’est souvent dans le vide, il a tout de même beaucoup couru, et s’est offert plusieurs projections, notamment en seconde période, se comportant presque comme un second attaquant. A la récupération, il aura été le bordelais le plus présent (14 ballons gagnés). En revanche, dans l’utilisation du ballon, ce fût beaucoup trop brouillon (13 ballons perdus).

Younousse SANKHARÉ (4/10) : A défaut d’être brillant, Younousse Sankharé a encore soigné ses statistiques ! Parfaitement servi par Nicolas De Préville, il a de nouveau fait trembler les filets (31′), son sixième but de la saison , son quatrième en L1 déjà. Auteur d’une belle ouverture d’entrée de jeu (2′), il a ensuite souffert comme tous les autres. Trop attentiste en première période, il a plus couru après la pause, sans beaucoup plus de succès, malgré quelques ballons récupérés, et quelques actions initiées. Offensivement, hormis son but, il a été très discret. Logiquement averti pour une intervention en retard sur Neymar (64′).

Nicolas DE PRÉVILLE (3/10) : Ce n’était pas l’endroit idéal pour enfin lancer son aventure bordelaise, et cela s’est confirmé ! Si l’on veut voir le bon côté des choses, on retiendra sa première passe décisive offerte sur un plateau à Younousse Sankharé (31′), sa bonne volonté ou ses quelques appels, mais à côté de cela il faut bien reconnaître que c’est d’une faiblesse assez inquiétante. Une première frappe dans un angle fermée (3′), puis des tentatives désespérantes d’imprécisions, dans le jeu (22′ 28′) ou sur coup franc (50′). Volontaire, NDP a au moins eu le mérite de « rentrer » dans ses adversaires et de ne pas trop les regarder, mais pour un résultat insignifiant, sauf sur son nombre de fautes commises : 5. Alexandre Mendy (56′) a pris sa place en début de seconde période.

François KAMANO (3/10) : Meilleur passeur du club, François Kamano a été à l’origine de deux buts… parisiens ! En assurant mal des passes toutes simples, il a mis en difficulté toute son équipe, et les Parisiens se sont régalés, Draxler (45′) et Mbappe (58′) en tête. Sur le but de Meunier (22′), il n’a pas fait l’effort de se replier. Cela fait beaucoup pour un seul joueur, qui aura pourtant été assez intéressant balle au pied. S’il n’a pas tout réussi, il a eu le mérite de provoquer un peu, et d’inquiéter Areola, avec une tête non cadrée (28′) et un tir que le portier parisien a claqué (72′), avant de céder sa place à Jonathan Cafu (74′).

Les remplaçants :

Igor LEWCZUK (4/10) : Entrer au Parc des Princes, alors que Bordeaux avait déjà encaissé 3 buts, à un poste qui n’est pas le siens, c’était mission impossible pour Igor Lewczuk. Pourtant le Polonais n’a pas été le plus mauvais, loin de là même. Pas toujours serein derrière, il a eu la « chance » de jouer la meilleure des deux mi temps, ou plutôt celle où Bordeaux a été le moins en danger. Offensivement, il s’est même offert plusieurs montées, avec 6 centres au total !

Alexandre MENDY (=) : Auteur d’un tir sur le poteau (69′), Alexandre Mendy a fait une entrée assez intéressante au Parc, même s’il a eu du mal à mettre à mal la défense parisienne.

Jonathan CAFU (+) : Le Parc des Princes l’inspire ! Très bon avec Ludogorets dans la Capitale la saison passée, notre brésilien a fait une entrée dynamique, couronnée par un penalty obtenu (89′).

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (5/10) : Jocelyn Gourvennec est-il responsable de cet échec ? Difficile à dire, mais aller au Parc en 4-3-3 était un peu osé, après il a eu le mérite de ne pas renier ses idées et finalement pas certain que Bordeaux sache jouer défensif et mettre le bus ! Quoiqu’il en soit, notre coach n’a sans doute pas tout bien fait, mais il n’est pas non plus responsable de l’apathie de sa formation. Avec la blessure de Youssouf Sabaly, il a été obligé de faire rentrer Igor Lewczuk en arrière droit, alors que les deux autres changements ont apporté un plus, notamment celui de Cafu.

La Rédaction




Laisser un commentaire