Zlatan IBRAHIMOVIC / Lamine SANE

Alors qu’ils avaient l’occasion de prendre trois points contre le SM Caen a domicile la semaine dernière, les Girondins ont eu la bonne idée de faire match nul (voir résumé ICI). Pas facile pour Bordeaux cette année de jouer les 19èmes respectifs (défaite à Guingamp, défaite à Reims, nul contre Caen : Equipes à chaque fois 19èmes avant le coup d’envoi). Trois points à prendre qui étaient d’autant plus important car ils auraient permis à la formation dirigée par Willy Sagnol de ne pas se faire distancer par l’OM, conserver une belle seconde place, et préparer psychologiquement au mieux ce gros match face au PSG, comptant pour la 11ème journée de Ligue 1. Malheureusement les bonnes voire très bonnes séquences de jeu vues lors des quatre premières journées de championnat semblent avoir disparu. Reviendront-elles face à un ogre (sur le papier) comme Paris ? Éléments de réponse.

PSG-FCGB : Le passé

Les 10 derniers Paris-Bordeaux en L1

1-1 (04/05) 3-1 (05/06) 0-2 (06/07) 0-2 (07/08) 1-0 (08/09) 3-1 (09/10) 1-2 (10/11) 1-1 (11/12) 0-0 (12/13) 2-0 (13/14)

A l’apogée du PSG entre 2006 et 2008, Bordeaux s’en est bien sorti avec de belles victoires (0-2) contre une formation parisienne composée à l’époque de Sammy Traoré, Céara et Bernard Mendy. Trêve de plaisanteries, le bilan ici présenté est assez équilibré. Depuis l’arrivée de QSI a la tête du club de la capitale, Bordeaux comme tous les autres clubs de Ligue 1 peine à s’imposer dans l’antre du Parc des Princes, normal. Mais ils n’ont pas à rougir, puisqu’ils sont allé chercher deux fois le point du nul lors des deux premières saisons de l’ère Gillot. Bon, pendant la saison 2012-2013 la rencontre n’était pas fameuse. Avec un plan de jeu en 3-5-2 (Henrique-Ciani-Sané), le but était de mettre trois blocs de béton devant le but de Carrasso pour ce qui était le dernier match sous les couleurs bordelaises de Mickaël Ciani. Tactique payante mais contenu réellement mis de côté. L’an dernier, pour le premier match de Yoann Cabaye à Paris, Bordeaux n’a pas existé. Avec notamment un Lucas étincelant (deux passes décisives pour Ibrahimovic et Alex), les Parisiens ont disposé facilement d’une équipe girondine venue encore pour défendre. Ça ne marche pas à chaque fois…

PSG-FCGB : Les forces en présence

Contre Paris, il faut s’appeller Barcelone pour les voir se concentrer à 100%. Éprouvant des difficultés dans le jeu en Ligue 1 (5 nuls en 10 matchs), le symbole des maux parisiens est Edinson Cavani. Pourtant buteur assez régulier il éprouve toutes les peines du monde à concrétiser ses actions, comme le PSG pour prendre des points. Depuis la blessure d’Ibrahimovic au talon (incertain pour samedi) l’équipe de Laurent Blanc semble jouer un peu à l’envers. La charnière centrale T.Silva-David Luiz qui a pris l’eau de toutes parts à la Coupe du Monde ne fait pas si peur que cela.



Laisser un commentaire