Angers SCO 1-1 FC Girondins de Bordeaux (20ème journée de Ligue 1)

La feuille de match

Angers : Petric – A.Bamba, Thomas, Traoré (c), Manceau – Santamaria, Jean Tarhat (Wissa 76e), Mangani –  Bérigaud (Tait 68e), J.Bamba (Pavlovic 61e)

Bordeaux : Prior – Sabaly, Lewczuk, Pallois, Pellenard – Toulalan, Sertic (c), Vada (Plasil 74e) – Malcom (Kamano 68e), Laborde, Rolan

Buts : I. Traoré (14e) / B. Santamaria (27e, csc)

Avertissements bordelais  : Rolan (21e), Toulalan (60e), Kamano (83e)

Le résumé

Une dixième place bien en deçà des ambitions bordelaises, il fallait pour recoller au haut du tableau, l’emporter à Angers. Angers, cette équipe sur courant alternatif qui n’a pas gagné depuis sept matchs et qui comptait énormément d’absences à l’orée de cette rencontre. 11, pour être précis. Manquaient à l’appel Famara Diedhiou, Cheikh N’Doye, pour ne citer qu’eux. Incontestablement, Bordeaux pouvait prendre les trois points et ainsi se venger de sa piètre prestation de l’aller, où ils s’étaient inclinés 0-1.

Bordeaux, avant le match, a encaissé 8 buts dans le premier quart d’heure. Un vrai tendon d’achille. Et le SCO n’a pas hésité à sauter sur l’occasion. Après un corner mal repoussé, Thomas Mangani a eu tout le temps d’ajuster son centre dans le paquet. C’est là qu’Angers est le plus dangereux et encore une fois, ça n’a pas manqué. Ismael Traoré, capitaine à l’occasion, a pu boxer le cuir d’une tête piquée prenant à défaut Prior (0-1, 14e). Les locaux ont su se montrer dangereux en exploitant les failles bordelaises. La capacité à mettre la pression tôt mais aussi d’exploiter un côté gauche adverse défaillant. Le jeune Pellenard a eu, lui-aussi, du mal à se mettre dedans. Angers en a profité en le pilonnant.

Une entame encore ratée pour les Girondins, qui éprouvent encore une fois les pires difficultés à se mettre dedans d’entrée. La chance des bordelais, c’est d’avoir égalisé assez vite. Combatif sur le coup, Rolan a obligé l’ancien tourangeau Santamaria a marquer contre son camp. (1-1, 27e). Un but complètement moche, résumant bien jusque là l’entame visiteuse.

Par la suite, du mieux, même si les mouvements ne donnaient pas envie de décoller au plafond. Hormis un coup franc bien placé mais trop mou de Malcom (42e), rien de concret à donner. Malgré ça, il y avait de nouvelles velléités côté Bordeaux. Une projection vers l’avant plus poussée, avec l’envie de servir vite les créateurs comme Malcom ou Laborde. Diego Rolan a lui trop joué au physique contre plus costaud que lui. Son impact a donc été moins visible.

Le chiffre du soir, c’est peut-être celui-ci : 185. Tout de suite, ça ne vous dit peut-être rien, mais c’est le nombre de ballons perdus par l’équipe entière ce soir. Une moyenne de 15 ballons perdus par joueur, synonyme d’un problème risible : qu’est ce que les phases offensives étaient brouillonnes.

L’autre chiffre du soir, tout aussi peu reluisant : 1. C’est le nombre de tirs cadrés côté Bordeaux. Le coup-franc direct de Malcom cité précédemment. Avec seulement huit tirs au total, les Girondins n’ont pas su régler la mire.

Trois actions sont notables sur l’ensemble du match. Une des seules belles actions construites, côté gauche, où Malcom, Pellenard puis Laborde ont combiné parfaitement, s’est vu échouer avec un tir décroisé de Sertic complètement raté. Petric, resté droit, était battu (65e). Ensuite, c’est Nicolas Pallois qui aurait pu offrir un trophée Puskas au club avec un retourné acrobatique magnifique. Note technique, 10 sur 10. Malheureusement, son envolée gracieuse et son coup de canon ont atterri sur la transversale (81e). Mais quel mouvement individuel !

Enfin, la dernière action, celle dans le money-time, aurait dû finir au fond. Après une erreur de relance angevine, Laborde s’est retrouvé excentré mais en face à face contre Petric. Son choix de frapper en force n’a pas été le bon. L’attaquant formé au club à trop voulu en faire et son effort est passé à quelques millimètres de la lucarne droite (89e). Dommage pour Bordeaux, qui l’aurait emporté. Sans gloire, certes.

Résultat des courses, Bordeaux continue de s’enliser dans le ventre mou de ce championnat, « consolide » sa dixième place au classement (voir ICI). Sur les six dernières rencontres de championnat, les Girondins n’ont pas gagné le moindre match, comptant trois nuls et trois défaites. L’enlise continue…

Allez Bordeaux !




Laisser un commentaire