Alors que les Girondins des Bordeaux se déplacent ce dimanche en Bretagne pour y affronter le Stade Rennais, Willy Sagnol est revenu devant la presse sur le désastre d’Ajaccio. Reconnaissant tout d’abord qu’il était difficile d’être positif quand on voit son groupe réaliser une prestation aussi faible que celle produite sur le terrain du Gazélec, le coach bordelais explique que toute performance collective est liée a l’état d’esprit et aux prestations individuelles de chaque joueur. Face au manque de solidarité affiché justement en Corse, principe qui se travaille en principe au quotidien lors des différentes séances d’entraînement, Willy Sagnol avoue que la semaine de discussion avec ses joueurs avait apporté certaines réponses mais qu’à aucun moment il ne s’était senti lâché par son groupe qu’il estime toujours composé de joueurs de qualité.

« La façon de jouer est dépendante de l’état d’esprit. Individuellement, il y a des joueurs de qualité au club et l’état d’esprit est le garant de la performance collective. Quand vous faites un sport d’équipe, vous êtes dépendant de la performance individuelle. La solidarité est une conséquence d’un travail fait au quotidien. Sur certains matches on ne l’a pas eue […] Quand vous êtes entraîneur et que vous venez de voir votre équipe pendant 90 minutes qui n’a rien fait de ce qui devait être fait pour essayer de gagner le match, forcément c’est difficile d’avoir des pensées positives […] Il y avait beaucoup de déception et de colère. On a beaucoup échangé avec les joueurs et on a eu quelques réponses à travers les discussions et on ne peut avancer qu’ensemble […] Un moment donné, il y a eu un relâchement psychologique dû à plein d’éléments, plutôt qu’à une équipe qui lâchait. On n’a jamais eu ce sentiment là (ndlr : d’être lâché par le groupe). »

Source : Girondins.com



Laisser un commentaire