Willy SAGNOL

Dans un entretien accordé au quotidien L’Équipe, Willy Sagnol, présent la semaine dernière au Mondial de l’auto à la demande du partenaire du club : KIA, s’est penché sur ses premiers mois d’entraîneur à la tête de l’équipe professionnelle des Girondins de Bordeaux. Voici un extrait de ses propos :

« Sur la fonction elle-même, au bout de trois mois, non, je ne suis pas surpris de quoi que ce soit. Ce qui m’étonne, c’est ce qui peut se passer autour du foot, l’effervescence après une victoire ou les remises en question après une défaite. Est-ce que je suis un meilleur entraîneur qu’il y a trois mois ? Disons que j’ai dix-sept points de plus (sourire). Mais j’apprends tous les jours et j’espère que ça durera le plus longtemps possible. J’ai la même excitation, heureusement, mais je sais que l’être humain se lasse vite. […] Mes joueurs ont montré tout ce que j’attendais d’eux, mais ils ne l’ont pas tous fait au même moment et pas sur les mêmes matches. On a encore du mal dans l’analyse du jeu, comprendre quand il faut être plus direct, quand il faut garder le ballon. D’ailleurs, peut-être que si j’avais plus d’expérience moi-même, j’aurais trouvé des leviers pour atteindre cet équilibre plus rapidement. […] On se découvre encore les uns les autres, c’est intéressant. La seule chose simple, c’est de parler aux titulaires. Le titulaire, il est toujours content. Avec les autres, c’est plus compliqué. Il faut trouver les mots au quotidien, car on a besoin d’eux, tout en restant honnête. C’est même à eux qu’il faut le plus s’intéresser, en fait. »