Conf Sagnol avant Lens

Lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match et avant d’évoqué le match à Lens, Willy Sagnol, a réagi devant de nombreux journalistes à la fausse polémique suite à ses propos sur les footballeurs africains. L’entraîneur des Girondins, était soutenu pour l’occasion par la direction du club au scapulaire : Nicolas De Tavernost, Jean-Louis Triaud et Alain Deveseleer. Afin d’éviter toutes interprétations, Sagnol est venu avec des notes. Voici sa déclaration :

« Si par mon manque de clarté et ma sémantique imparfaite, j’ai pu faire que des personnes se soient senties choquées, humiliées ou blessées, j’en suis désolé. L’interprétation que ces personnes ont pu faire ne reflète en rien ma pensée et surtout mes convictions humanistes. Il s’agissait d’un débat uniquement sportif, nullement politique ou sociétal. Lorsque je parle de l’Africain moins cher et prêt au combat, je parle simplement du jeune joueur africain arrivant en Europe avec toute sa volonté de réussir et souvent pour échapper à une situation précaire. Comme nous étions dans un débat sur le football, l’intelligence que j’évoquais était bien sûr l’intelligence tactique. La formation des jeunes joueurs en Afrique, certainement par manque de moyens financiers ou d’infrastructures, n’est pas toujours aussi complète que celle dispensée en Europe. Ces jeunes joueurs-là, à force de travail, complètent très souvent les manques dans leur formation lorsqu’ils arrivent sur notre continent. En aucun cas, je n’ai voulu parler de l’intelligence des individus au sens propre du terme.Concernant certaines accusations dont j’ai pu faire l’objet, notamment sur le racisme… J’ai 37 ans dont 32 passés dans des vestiaires de football. Je n’ai jamais eu des problèmes avec qui que ce soit. Malheureusement, comme c’est souvent le cas, ce débat uniquement sportif, dénué de toutes considérations de couleur, d’origine ou de religion, a été déplacé par certains sur la scène politique. Je regrette que ces mêmes personnes ne lisent pas les choses jusqu’au bout. Je dis, dans la même interview : une équipe de foot, c’est comme la vie, c’est comme la France, c’est un mélange. Je suis fier d’être français. »

Source : Girondins.com



Laisser un commentaire