Deception BORDEAUX / Ilias HASSANI / Henri SAIVET

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après la nouvelle défaite à Bastia (1-0).

Le joueur AG du match :

Diego CONTENTO (5/10) : En étant moyen, Diego Contento est l’homme du match pour la Rédaction. Il faut dire que la concurrence n’était pas féroce… Depuis quelques semaines maintenant, l’Italo-Allemand a retrouvé une place de titulaire sur le flanc gauche de la défense, avec une certaine réussite. Défensivement, il a été l’un des plus surs, réalisant notamment plusieurs sauvetages décisifs (30′ 54′ 60′), même s’il a eu du mal à toujours bien contenir Danic ou Ayité. Offensivement, il a multiplié les montées… sans réussite. Une frappe non cadrée (27′), une volonté de se projeter vite devant (36′), un centre appliqué (67′), mais aussi beaucoup trop de déchet (21 ballons perdus) pour peser.

L’équipe :

Cédric CARRASSO (5/10) : Encore un but casquette encaissé par notre gardien ! Battu sur une offrande d’Hassani pour Raspentino (88′), notre gardien est-il irréprochable sur le but ? Difficile à dire, il veut aller chercher le ballon, son défenseur intervient… une belle preuve de la communication de cette « équipe » ! A part ce but encaissé, Cédric Carrasso n’a pas beaucoup été inquiété, captant un tir mou d’Ayité (32′), s’interposant dans les airs (38′ 47′), avant d’éviter le 2-0 (90+2′).

Frédéric GUILBERT (5/10) : Sorti de l’équipe au bout d’une vingtaine de minutes face à Caen, Frédéric Guilbert était de nouveau aligné ce soir. Défensivement, le jeune latéral a réalisé un match plutôt propre. Concentré, il a réalisé plusieurs tacles importants (44′ 53′), et plusieurs interventions bien senties (7′ 18′). Joueur ayant gagné le plus de ballons (22), il est également celui qui en a perdu le plus (24). Difficile dans ses conditions d’apporter beaucoup offensivement. Il a un peu tenté, mais trop maladroitement pour faire la différence.

Clément CHANTOME (4/10) : Titulaire en défense centrale, Clément Chantôme n’a pas semblé très à l’aise à ce poste. Son début de match est notamment très poussif, avec entre autres, un corner offert à Bastia (5′), ou une intervention ratée sur Ayité (7′). Par la suite, l’ancien Parisien a pris ses marques, réalisant notamment un joli tacle glissé (20′). Malgré tout on sent bien qu’il manque clairement de repères et d’assurance à ce poste, se faisant prendre dans son dos par la vitesse… de Brandao (54′). Touché, il a cédé sa place à Ilias Hassani (74′). Alors qu’il faisait une entrée convaincante (80′ 84′), le jeune défenseur de la CFA est devenu le héros malheureux, en glissant sur une intervention… offrant du même coup le but victorieux à Raspentino (88′). Totalement absent ensuite, il commet une nouvelle grossière erreur, réparée par Carrasso (90+2′). Son entrée ressemble à un scénario cauchemardesque, et même s’il est clairement coupable sur le but, vu l’équipe dans laquelle il entre, difficile de lui tirer dessus.

Cédric YAMBÉRÉ (2/10) : Voir commentaires des matchs précédents ! On en a marre de toujours répéter les mêmes choses sur ce joueur qui est tout sauf footballeur professionnel. Aucune sérénité, aucune intelligence de jeu, aucun sens du marquage… Battu sur toutes les occasions bastiaises, devancé sur le duel aérien amenant le but (88′), bref un atout précieux pour jouer en Ligue 2, même si cette division reste au dessus de ses capacités.

Henri SAIVET (2/10) : Capitaine ce soir, vu que son acolyte de boite de nuit était forfait (claqué sur la piste de danse ?), Henri Saivet a une nouvelle fois déçu. Notre numéro 10 peut montrer de belles choses, encore faut-il que l’équipe adverse l’inspire. Là, la Corse, Bastia, un mercredi, c’était trop peu motivant, semble-t-il. Des coups de pieds arrêtés tirés comme un infirme (2′ 36′ 38′), beaucoup de ballons joués (76), mais plus perdus (19), que récupérés (18), indécent pour un « récupérateur »… Aucune influence sur le jeu, aucun décalage intéressant, rien… Convoité par plusieurs clubs anglais… on signe où ?

Jaroslav PLASIL (4/10) : Sans faire un bon match, Jaroslav Plasil a été un peu plus en vue que son coéquipier… difficile de l’être moins, il faut dire. Défensivement, le Tchèque est parfois un peu léger, mais contrairement au Sénégalais, il s’est signalé par plusieurs retours, dont un capital sur Brandao (40′ 42′). Offensivement en revanche ce n’est guère plus palpitant. De la volonté d’aller de l’avant, mais de la maladresse, des mauvais choix (54′), un nouveau corner du gauche aussi levé que notre classement (29′). A sa décharge il a souvent été arrêté illicitement (4 fautes subies).

Diego ROLAN (2/10) : Diego Rolan doit siroter un verre quelque part sur une plage sudaméricaine… Depuis le début de saison, son remplaçant est juste immonde. On ne peut pas croire que ce joueur a marqué 15 buts la saison passée, et qu’il était convoité par beaucoup de clubs anglais… Ce soir, il aurait pu être passeur décisif pour Crivelli, même si sa transmission n’était pas parfaite (16′), mais à part ça, ce fût une catastrophe ambulante ! Son lob raté devant Leca (59′) est symptomatique de sa situation actuelle. Un fantôme, une ombre, un mort… Certes, il est plus à l’aise dans l’axe que sur le côté, mais il n’est pas non plus obligé d’être dégueulasse !

JUSSIE (3/10) : Enfin ! Enfin il est blessé ! On commençait à s’inquiéter de ne plus avoir de nouvelles de Jussiê du côté de l’infirmerie ! Imaginez, le ouf de soulagement lorsqu’il s’est effondré sur la pelouse en début de seconde période… Avant cela, il avait fait la même chose que depuis le début de sa carrière… Le Brésilien s’est souvent transformé en homme invisible, capable de quelques fulgurances, comme une passe pour Rolan (17′) ou un joli slalom (31′). Trop irrégulier pour réellement servir à quelque chose, qui peut encore être étonné ? Adam Ounas (50′) a pris sa place. Intéressant techniquement (71′ 76′), le jeune milieu de terrain a eu un peu plus de mal dans la zone de vérité, même si ce n’est pas toujours à lui de sauver le club…

Nicolas MAURICE-BELAY (3/10) : Décisif lors des 3 derniers matchs, Nicolas Maurice-Belay a fait un match nettement moins abouti ce soir. Par moment, il a su démontré son talent, comme sa « spéciale », contrôle orienté, accélération (27′), mais dans l’ensemble il a été trop approximatif pour pouvoir marquer ou offrir une passe décisive, n’arrivant jamais à se mettre en position favorable. Décevant, il a cédé sa place à Kévin Soni (82′) , auteur d’une entrée des plus anonymes.

Enzo CRIVELLI (4/10) : Le rayon de soleil girondin du moment n’a pas brillé sur Bastia. On retiendra notamment son contrôle raté qui aurait pu permettre à Bordeaux d’ouvrir le score (17′). Réduire son match à cette maladresse serait trompeur. Comme d’habitude, il s’est battu, à fait 2-3 remises intéressantes, et s’est offert une jolie frappe (41′). Malgré tout, il a eu du mal à exister ce soir, bien pris par la charnière centrale des Corses. Peu soutenu, il a notamment vécu une deuxième période pénible, ré-haussée par un bon sauvetage défensif (87′).

17èmes, avec un point d’avance sur la zone rouge… Voilà où en est Bordeaux ce soir ! Une catastrophe absolue et qui n’est peut-être pas terminée… Rien ne va pour les Girondins, les blessures s’accumulent, les défaites aussi ! En 16 journées, Bordeaux n’a gagné que 4 matchs, ajoutés à cela les 5 de l’Europa League… on vous laisse compter. Nous on va déprimer et pleurer. Ce soir, on a mal, très mal…

La rédaction AG