Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Angers-Bordeaux (1-1)

Le joueur AG du match :

Jérémy TOULALAN (5/10) : Sans atteindre le niveau qui a été le sien lors des dernières sorties, Jérémy Toulalan est tout de même élu homme du match par la Rédaction ! Notre numéro 14 profite de la piètre prestation d’ensemble pour obtenir cette « distinction », bien aidé aussi par son travail à la récupération. Son nombre de ballons récupérés est impressionnant : 31. Notre milieu de terrain n’a donc pas ménagé ses efforts, réalisant de bonnes interventions (11′ 42′ 48′ 72′ 77′) et s’offrant quelques petites percées intéressantes (7′ 88′). Malheureusement, il a également connu du déchet (22 ballons perdus) et a été en retard sur certains duels, il a d’ailleurs logiquement été averti (60′). Avec 82 ballons touchés, il est, de loin, le Girondin le plus sollicité du match.

Les titulaires :

Jérôme PRIOR (5/10) : Très médiocre contre Guingamp, Jérôme Prior n’a pas pu se rattraper à Angers, malgré un premier arrêt facile (9′). Sur le but qu’il encaisse, il ne peut néanmoins pas faire grand chose, la tête de Traoré étant parfaitement placée (14′). Après cela, il passera finalement une soirée relativement tranquille. Une sortie aux poings maitrisée (25′), une autre trop précipitée qui aurait pu coûter cher (36′) et une parade sans problème face à Santamaria (59′). Une rencontre frustrante au final…

Youssouf SABALY (5/10) : A l’image de l’équipe, Youssouf Sabaly n’a pas trop forcé son talent ce soir. Notre latéral droit s’est montré plutôt sérieux défensivement dans le peu qu’il ait eu à faire (37′ 39′), les Angevins ayant passé la grande majorité de leur temps à attaquer de l’autre côté… Peu pris dans son rôle premier, notre numéro 20 pouvait en profiter pour se montrer à son avantage offensivement, mais cela n’a pas vraiment été le cas. Si l’on a souvent vu aider les attaquants avant le repos (27′ 29′ 40′), il a été beaucoup plus discret en seconde période. Dommage tant son apport aurait été précieux !

Igor LEWCZUK (5/10) : C’est un match discret, sobre, mais plutôt efficace qu’aura livré Igor Lewczuk. Le Polonais a passé 90 minutes assez sereines, puisque le seul attaquant de pointe, Kévin Bérigaud, était souvent au duel avec Nicolas Pallois. Cela se traduit également par les chiffres, puisqu’il a touché 41 ballons, soit 26 de moins que son compère de la défense centrale. Malgré tout, les rares fois où il a eu à intervenir, il l’a plutôt bien fait, notamment dans les airs (4′ 43′), même si la rentrée de Pavlovic en fin de rencontre lui a un peu compliqué la tâche.

Nicolas PALLOIS (5/10) : A quelques centimètres près… Comment parler du match de Nicolas Pallois sans évoquer cette reprise acrobatique exceptionnelle qui est venue heurter la barre (80′) ? Évidemment, si le ballon rentre, il est le héros de la soirée ! Offensivement, il s’était déjà montré avant en reprenant n’importe comment un ballon qu’il aurait du laisser à Laborde. Face à Bérigaud comme aux autres attaquants, notre défenseur a souvent su imposer sa puissance lors de ce match (36′ 37′ 45′ 73′ 83′). Solide, il a régné en maître dans les duels (23 ballons gagnés) sans commettre d’erreurs. En revanche, dans l’utilisation du cuir, ce fût proche du catastrophique ! De trop nombreuses ouvertures ratées (2′ 25′ 63′) et des chandelles qui pourraient plus satisfaire l’UBB que les Girondins…

Théo PELLENARD (4/10) : Auteur d’un premier quart d’heure totalement catastrophique, Théo Pellenard s’en sort au final presque bien. En effet, son début de match est un condensé de ce qu’il ne faut pas faire. Des fautes idiotes (2′ 16′), un placement approximatif (13′) et des passes ratées… Au fur et à mesure des minutes, notre latéral gauche s’est repris, ne jouant plus avec les mains et se montrant plus accrocheur face à Bamba, son adversaire direct (29′ 39′ 49′ 61′). Offensivement, on a longtemps cru qu’il était puni et qu’il n’avait pas le droit de participer aux attaques, avant une fin de match plus intéressante, puisque c’est notamment lui qui est à l’origine de l’action de Laborde (88′) et qui centre pour Rolan (90+1′).

Grégory SERTIC (3/10) : Préféré à Jaroslav Plasil, Grégory Sertic était donc titulaire et capitaine sur la pelouse de Jean-Bouin. Si sa prestation en Coupe à Clermont était encourageante, celle de ce soir est plus déprimante ! Son apport offensif a été proche du néant. Notre numéro 27 n’a jamais su créer le décalage juste ou amener le danger dans la surface. La seule fois où il aurait pu (et dû) être décisif, il n’a pas su cadrer sa reprise alors qu’il était idéalement placé (64′). S’il a tenté d’exister à la récupération (16 ballons gagnés), il a plus brillé par ses pertes de balle (20) accompagnées d’inhabituelles imprécisions (12′ 57′ 79′). Très clairement loin du niveau que doit avoir un joueur des Girondins sur cette rencontre en tout cas !

Valentin VADA (5/10) : Titulaire pour la troisième fois en trois matchs depuis le début de l’année, Valentin Vada a sans doute livré sa partie la moins aboutie. S’il a plus apporté que Grégory Sertic, l’Argentin a aussi eu du mal à trouver ses attaquants. Des intentions intéressantes (12′ 25′ 30′) sont à mettre à son actif, tout comme certains mauvais choix (8′ 71′). Présent dans le cœur du jeu, il a essayé de jouer entre les lignes, avec plus ou moins de réussite. A la récupération, il a fait son travail en gagnant 19 ballons, mais en en perdant malheureusement beaucoup trop (20). Sorti en fin de match, il a cédé sa place à Jaroslav Plasil (73′).

MALCOM (5/10) : Avec l’aide de Youssouf Sabaly, Malcom a fait du couloir droit bordelais le côté fort de l’équipe. En jambes, il a réalisé quelques belles accélérations en première période (12′ 17′ 31′), même s’il a toujours manqué la touche finale pour transformer cela en véritable occasion. Le Brésilien aura malgré tout été décisif puisqu’il tire le corner sur lequel le csc est marqué (27′). Son coup franc, bien placé mais trop mou (42′) est le seul tir cadré du match côté girondin… Discret au retour des vestiaires, il a été remplacé par François Kamano (67′).

Gaëtan LABORDE (4/10) Homme en forme des Girondins en ce moment, Gaetan Laborde n’a cette fois-ci pas pu surfer sur sa bonne dynamique. Bien pris par la charnière centrale angevine, notre jeune attaquant n’a pas réussi à se montrer en première période, malgré sa combativité habituelle et un bon centre pour Rolan en début de rencontre (5′). S’il aurait pu être passeur décisif sans la maladresse de Sertic (64′), il manque surtout une balle de match dans les derniers instants. Profitant de l’erreur de Traoré, il tire au dessus du but de Petric (88′)… Une occasion gâchée qui restera comme la seule de sa rencontre plutôt décevante, compte tenu du talent montré ces dernières semaines.

Diego ROLAN (4/10) : Première titularisation de l’année pour Diego Rolan et match moyen de la part de l’Uruguayen. Si c’est lui qui pousse Santamaria au csc (27′), il n’a pas beaucoup pesé sur les débats, ratant de peu un ballon sur la première action du match (5′). Auteur de quelques courses intéressantes (12′ 55′), on l’a également vu maladroit, dans une intervention qui lui a valu un jaune (22′) ou sur un contrôle facile (25′) notamment. Notre numéro 9 a fait les efforts nécessaires, mais face à un défenseur qui vient juste d’arriver à Angers, on était en droit d’espérer plus…

Les remplaçants :

François KAMANO (+) : La vitesse de François Kamano a fait du bien à Bordeaux. Comme souvent, son entrée a été intéressante et a coïncidé avec une meilleure période pour les Girondins, même s’il n’a pas été décisif.

Jaroslav PLASIL (=) : Entrée discrète pour le Tchèque qui n’aura touché que 5 ballons en un quart d’heure…

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (3/10) : Notre entraîneur avait décidé de procéder à 3 changements par rapport au dernier match, relançant Pellenard, Sertic et Rolan, des choix pas vraiment judicieux. Au milieu du terrain, l’apport du capitaine du soir a notamment été très limitée ! Dans son coaching, Jocelyn Gourvennec ne nous a pas convaincus du tout. L’entrée de Kamano était intéressante, mais sortir Malcom n’était pas l’idée du siècle… Évidemment, nous aurions surtout aimé un peu plus de risques ! Pourquoi ne pas avoir fait entrer Adam Ounas pour 10-15 minutes par exemple, afin d’apporter un peu plus de vitesse ? Jouer petits bras chez le 17ème amputée d’une équipe entière, où sont les jolis discours de l’été ?

La rédaction AG




Laisser un commentaire