Jaroslav PLASIL / Gaetan CHARBONNIER

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Reims-Bordeaux (1-0).

Le joueur AG du match :

Nicolas PALLOIS (8/10) : Est-il possible de le cloner ? Arrivé dans l’anonymat le plus total cet été, Nicolas Pallois est désormais le patron de la défense girondine. Même quand celle-ci tangue, lui reste droit, imperturbable et infranchissable. Ce soir encore, malgré la défaite, l’ex-niortais a été le meilleur bordelais pour notre rédaction, et de loin. Alliant rapidité, intelligence et sens du placement il a mis en échec les Rémois à plusieurs reprises (41′ 43′ 80′), réalisant notamment une double intervention digne des plus grands face à Fortes (45+1′). Très rarement pris en défaut, il a gagné beaucoup de ballons (17), très proprement, ne commettant aucune faute. Il aurait également pu être buteur si sa tête avait trouvé le cadre (58′). Si quelques relances ont été ratées, sa prestation d’ensemble est excellente, d’autant plus qu’il n’a pas franchement été aidé par ses coéquipiers.

L’équipe :

Cédric CARRASSO (3/10) : On l’avait quitté au top face à Rennes, on l’a retrouvé bien plus bas à Reims. Surpris par le tir involontaire de Fortes il anticipe trop le centre et est beaucoup trop avancé et statique sur la tentative du buteur champenois (32′). Peu mis en danger le reste du temps, il n’a eu aucun arrêt à effectuer, mais le mal était déjà fait malheureusement. Le reste du temps il a essayé de relancer court et sur les côtés, sans être toujours bien inspiré.

MARIANO (4/10) : Après son duel face à l’intenable Ntep, Mariano retrouvait deux autres ailiers rapides sur sa route : Fortes et Moukandjo. Moins pris à défaut que dimanche dernier, le Brésilien n’a pour autant pas été très rassurant, laissant comme trop souvent, beaucoup d’espace dans son dos. Si à l’aise techniquement, il est l’auteur de plusieurs imprécisions dans ses passes. Offensivement, il est beaucoup monté (12′ 26′ 68′), mais ses tentatives n’ont pratiquement jamais trouvé de Bordelais. Nicolas Maurice-Belay (77′) a pris la place de notre latéral, pour tenter de revenir au score. Le pari aurait pu être réussi lorsque sa remise à trouver la tête de Sala (79′), mais l’Argentin s’est manqué. Sa vitesse a fait du bien au côté gauche girondin, mais son seul centre a trouvé les bras d’Agassa (90+2′).

Tiago ILORI (non noté) : Plutôt moyen contre Rennes, le Portugais nous devait une revanche, mais son corps en a décidé autrement. Victime d’une blessure musculaire, il a du céder sa place après 26′. Younès KAABOUNI (3/10) l’a remplacé. Le capitaine de la génération Gambardella a eu beaucoup de difficulté à rentrer dans la rencontre. Un peu perdu sur le terrain, il a eu un mal fou à se situer, et à servir à quelque chose, se contentant la plupart du temps de redonner le ballon vers l’arrière ou latéralement. Trop tendre, il n’a pas su faire la différence au milieu du terrain. Il a tenté deux fois sa chance, ne cadrant pas (70′) ou trouvant Agassa sur un tir trop mou (85′) : les deux fois il y avait beaucoup mieux à faire… comme son match au final !

Julien FAUBERT (3/10) : Préféré à Maxime Poundjé pour tenir le couloir gauche de la défense, Julien Faubert n’a, ce soir, pas justifié ce choix. Très souvent débordé et mis en difficulté par la vitesse de Moukandjo (17′) ou de Fortes (43′), notre latéral a vécu une soirée très difficile. Régulièrement pris à défaut, il n’a pas pu compenser ses limites techniques et ses errances de placement par sa volonté habituelle. Il peut remercier Plasil (20′) ou Pallois (45+1′) qui sont venus l’aider à plusieurs reprises. Pour couronner le tout il dévie le but de Fortes (32′), dommage pour une fois qu’il était au marquage… En seconde période, il semblait plus à l’aise pour s’invectiver avec Fortes que pour servir ses attaquants, ses centres se soldant tous par des échecs.

Grégory SERTIC  (5/10) : De retour après son malaise vagal, Grégory Sertic retrouvait par la même occasion le brassard de capitaine. Placé au milieu de terrain jusqu’à la sortie d’Ilori, il a joué proprement (93% de passes réussies), mais a eu du mal à trouver le décalage juste pour amorcer des attaques intéressantes, et a manqué sa première frappe (7′). Passé en défense centrale suite à la sortie du Portugais (26′), il a eu une fin de mi-temps délicate, mais a eu la chance d’avoir Nicolas Pallois à ses côtés. Mieux après la pause il réalise plusieurs bons retours (51′ 71′), même s’il passe près du csc (67′). Sa position reculée ne l’empêche pas d’être le joueur ayant touché le plus de ballons (96) et celui qui a le plus inquiété Agassa d’un tir puissant (75′).

Jaroslav PLASIL (6/10) Le Tchèque a été le seul milieu de terrain à la hauteur ce soir, après le repositionnement de Sertic. S’il ne fût pas parfait, il a eu le mérite de bien orienter le jeu, faisant parler sa qualité de passes (89% réussie), et de tenter de donner un peu de vie au jeu bordelais grâce à ses déplacements. On peut juste lui faire le reproche de ne pas mener ses actions au bout et d’être resté trop éloigné de la surface rémoise, à l’exception d’un tir trop enlevé (50′). Défensivement, il a rempli sa part du travail, réalisant notamment un retour salvateur face à Fortes (20′).

Wahbi KHAZRI (3/10)Buteur sorti du banc dimanche, Wahbi Khazri retrouvait ce soir sa place dans le 11 de départ de Willy Sagnol. Comme lors du déplacement à Guingamp il nous a énormément déçu, mais à la différence du match en Bretagne, il est resté sur le terrain pendant toute la rencontre. Le Tunisien n’était pas inspiré sur la pelouse de Delaune, voyant ses tentatives contrées (40′), avant de faire une passe en retrait incompréhensible et dangereuse (41′). En seconde période, il a continué sur sa lancée, manquant de précision et de tranchant dans les derniers mètres. Notre milieu de terrain a été trop peu présent, son nombre de ballons touchés (49) prouve toutes ses difficultés à prendre le jeu à son compte. Averti pour contestation (90+3′), il est passé à côté de son match.

Diego ROLAN (3/10) : L’homme du début de saison bordelais marque clairement le pas depuis deux rencontres ! L’ailier uruguayen a traversé la rencontre comme une ombre, étant d’une inutilité totale. D’habitude si précieuse, sa relation technique avec Mariano ce soir a été totalement inexistante à l’exception des 15 premières minutes. Le numéro 9 bordelais n’a absolument pas pesé sur les débats, ne touchant que 28 ballons en une heure et ne tentant pas sa chance. Il n’a toujours pas marqué en dehors de Chaban-Delmas, mais aurait pu être passeur décisif pour Diabaté (60′), mais sa passe involontaire a été faite de la main… Emiliano Sala (62′) est venu le suppléer. Aussi à l’aise pour contester les décisions arbitrales que pour manquer une occasion en or (79′), l’Argentin vit décidément un apprentissage des plus délicats. Il n’aura touché que 5 petits ballons, et même si l’un d’eux aurait pu amener un penalty pour un contact avec Tacalfred (84′), c’est bien trop peu pour s’imposer en L1. Il va falloir en montrer beaucoup plus devenir important dans ce groupe girondin.

Cheick DIABATÉ (3/10) : Il aurait pu sauver son match avec un but opportuniste (60′), qui lui a finalement été refusé pour une main de Rolan au préalable. Dommage pour lui, on ne retiendra du coup que du négatif de son match, ou presque. Inexistant en première période (13 ballons touchés avant la pause), le Malien a bien été pris par la charnière des Rouge & Blanc. Après le repos, il s’est signalé par quelques déviations, mais surtout par sa propension à se mettre hors-jeu. Quand il ne l’était pas et qu’il était bien servi dans la surface (47′ 75′ 90′), il a mis un temps fou à prendre une décision, tirer, se retourner, passer… bref un ralenti à vitesse réelle en quelque sorte ! L’aide de Sala ne lui a absolument pas servi et sa maladresse technique a été flagrante (75′).

Thomas TOURÉ (4/10) : Héros du match face à Rennes, Thomas Touré enchaînait par une troisième titularisation consécutive. Il fut malheureusement beaucoup moins en réussite que face aux Bretons, malgré des mouvements intéressants (7′ 48′). Volontaire, il a tenté d’apporter par sa vitesse et ses dribbles, mais à eu tendance à en faire trop, ne donnant pas son ballon dans le bon tempo. Combatif, il a eu du mal à se montrer réellement dangereux et les chiffres ne parlent pas en sa faveur, puisqu’il est le girondin à avoir perdu le plus de ballons (18) et à avoir été le moins précis dans ses transmissions (71% réussies).. Il n’a pas rechigné dans les tâches défensives, récoltant au passage un nouveau carton jaune (83′).

Il y a comme un air de déjà vu après cette rencontre. Un copié collé du match de l’an dernier où un Bordeaux moyen avait été puni par un Reims réaliste et chanceux, un copié collé du match perdu à Guingamp (5ème journée), quand un Bordeaux favori rendait visite à une équipe relégable, pour au final se faire battre ! La défaite de ce soir est une réelle déception et un camouflet … le dauphin qui avait l’occasion de passer en tête s’incline chez le 19ème, rien de bien glorieux. Au vu de la prestation de nos joueurs, il y a pourtant peu à redire. Mis à part un Nicolas Pallois au-dessus du lot, et des techniciens comme Sertic et Plasil, Bordeaux n’avait rien ce soir ! Offensivement, les Girondins ont été en dessous de tout, les titulaires, comme les nouveaux entrants. Après 15 matchs de suite avec un but minimum inscrit, la série s’arrête ! Celle qui ne s’arrête pas est celle des blessures, puisque Tiago Ilori est venu ajouter son nom à l’infirmerie. Toujours 2ème (voir ici), mais sous la menace de Lille, Paris ou Metz, le club au scapulaire pourrait chuter du podium. Il faudra se racheter après la trêve en dominant Caen, dans deux semaines. Allez Bordeaux !

La rédaction AG



Laisser un commentaire